Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 54
Invisible : 0
Total : 58
· ecrivaindunjour · NicoNavel · Daniel · VikThor
13122 membres inscrits

Montréal: 21 nov 12:14:33
Paris: 21 nov 18:14:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Anne et le chant du renard (2) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
625 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 28 juin à 01:09
Modifié:  28 juin à 02:50 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

II Le chant du loup.

L’autocar nous dépose sur le lieu de la colonie, en fait c’est isolé en pleine forêt, il y a quelques pâtures autour des bâtiments. On sort les valises et on installe les filles, nous prenons alors le chemin de la forêt pour une première promenade. Dans le groupe il y a deux adolescentes qui sortent un peu du lot, elles ont l’air plus enjouées et dégourdies. Elles s’approchent de moi et cherchent à faire connaissance, je me présente, leur demande leurs prénoms. Elles se nomment Aline et Coralie, ce sont deux copines. Elles me disent d’emblée :
— Vous savez, on n’est pas comme ces débiles, on a juste un peu de retard scolaire, alors sœur Agnès nous fait travailler.
Le groupe est, en effet, un mélange de cas hétéroclites, cela va du très gros retard scolaire aux filles autistes, trisomiques ou même handicapées physiques.
On avance tout de même bien, la forêt est plus dense, Aline traine un peu et elle me dit :
— Monsieur, si je me perds dans la forêt, vous viendrez me retrouver ?
Je manque un peu de psychologie et lui réponds sans réfléchir :
— Quand je sors du chemin, je suis un peu comme un loup, alors oui, je te retrouverai et je pourrais bien te croquer.
J’ai dit ça sur le ton de la plaisanterie, mais Aline reste bouche bée et ouvre de grands yeux. Sa copine éclate de rire, la plaisanterie passe.
Je lance à tout hasard un :
— Si on chantait une chanson ? , quelques oui fusent, alors je me lance, et entonne :
« Dominique ! nique, nique, s’en allait tout simplement »
« Routier, pauvre et chantant. »
« En tous chemin, en tous lieux »
« il ne parle que du bon dieu »
« il ne parle que du bon dieu »…

Je vois l’éducatrice, Olga, me faire les gros yeux, mais bientôt Anne et sœur Marie-Thérèse reprennent en cœur, puis c’est les enfants avec un grand sourire. On revient vers les bâtiments. Je découvre ma chambre, elle est à côté de celle des éducatrices. Sœur Marie-Thérèse et sœur Agnès dorment dans l’autre bâtiment, près des filles. Ma chambre est boisée, un peu rustique, mais ça me va bien.
On prend tous ensemble, le repas au réfectoire puis vient l’heure du coucher, j’accompagne les enfants avec Olga, Christine et Julie.
Les filles se dirigent vers leurs lits, elles ont chacune une petite armoire à coté ainsi qu’une table de nuit. Quelques-unes sont déjà couchées, mais voilà que la grande Aline se met à crier en me montrant du doigt :
— C’est le loup ! C’est le loup !
Tout d’un coup elles commencent toutes à crier, courir partout, renverser des tables de nuit, je me sens complètement dépassé. Cela tourne à l’hystérie. Je m’éclipse et vais chercher les sœurs à la rescousse, il leur faudra bien une heure pour ramener le calme. On convient par la suite que je ne m' occuperai plus du coucher.

 
EmikoLian


Tant que l'ouir, le hanter et le voir...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
186 commentaires
Membre depuis
24 mai
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 28 juin à 11:34 Citer     Aller en bas de page


Fried c'est heureux d'avoir la suite du prélude...chemin faisant je découvre.
Ah ce loup pourrait être congédié !
après lecture je comprends la vive réaction de cette jeune fille qui peu de temps avant, a certainement été surprise par la spontanéité de l'éducateur et en a gardé quelques craintes...

Beau récit, à suivre et ce sera à chaque parution le même plaisir.



  Lian, aussi vive que l'eau, née au coeur d'un lotus!
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
625 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 30 juin à 06:11 Citer     Aller en bas de page

Oui tu as raison c'est un vilain loulou et ça ne fait que commencer, merci Lian pour ton commentaire
:-)

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
1954 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 6 juil à 15:58 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Loup, pardon, Fried

Je continue à me délecter de ton histoire ! Ça t'apprendra à tourner ta langue dans TA bouche sept fois avant de parler ! Bref, tu as fichu la panique auprès de ces jeunes filles, vilain Monsieur...
Me tarde de voir ce dont tu es encore capable, je passe à la suite !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
625 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 7 juil à 03:43 Citer     Aller en bas de page

Elle n'étaient pas si bêtes les filles et elles m'avaient reconnu
Merci Mawr pour ta lecture

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 327
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0267] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.