Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 54
Invisible : 1
Total : 56
· Fried
13122 membres inscrits

Montréal: 21 nov 11:48:04
Paris: 21 nov 17:48:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Coup de chaleur à Apt Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
186 poèmes Liste
4858 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 16 juin à 00:44
Modifié:  16 juin à 00:45 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

 
Coup de chaleur à Apt

Jean Desbouys était un vieil ami de mon père. Il habite en Provence, dans le Lubéron. Du temps de son activité, c’était un viticulteur aisé. À plus de 80 ans, il a cédé, depuis longtemps, à Gilbert et Brigitte, ses deux enfants restés au pays, les immenses propriétés : vignes, champs et bois, mas, mazets et bergeries, mais il est resté viticulteur dans l’âme. C’est sa passion, sa seule raison de vivre depuis que Berthe l’a quitté, l’an dernier.

Bien que la vie ait été plus que généreuse à son égard, Jean est un être d’une extrême simplicité. À le voir, on le croirait démuni, mais le regard est interrogé par son grand soin et la noblesse de son port. Il est en bonne santé et l’exercice continu de son métier l’a maintenu dans une forme encore honnête. C’est un bel homme, chenu certes, mais à la poignée de main restée ferme. Son regard étrange et pénétrant vient de ce qu’il a un œil noisette, l’autre lilas. Il est de ces vieux provençaux, élevés encore au patois (pas à celui qu’on enseigne à l’école) et passionné des Félibres. Il n’ignore rien de Mistral, de Roumanille ou de Reboul, dont « La Cuisinière Provençale » trône, depuis toujours, sur le buffet de la grande cuisine familiale. À ses heures, il aime s’installer sous les platanes de la cour, quand le soleil tiédit ses ardeurs, pour faire naître de son flûtiau, des airs de pastoureau.

Lorsque je le rencontre, il m’invite près du guéridon du salon. Lui s’est assis sur une chaise basse à l’assise empaillée, de celles que l’on usait autrefois pour s’asseoir dans l’âtre, au plus près du foyer. Il a le coude gauche appuyé sur le coffre à pain, bien campé, il m’a livré ce récit que je vous conte ici.

En ces jours d’août finissant, Jean descend à Apt en tracteur. Il s’agit de prendre livraison d’une remorque neuve. Il est très heureux de se rendre utile, et voir la propriété familiale s’enrichir d’un nouvel outil le remplit de joie. En avance, il décide d’aller en ville, boire un café avec ses amis au Pastre, un café sur le Cours. Diable ! C’est jour de marché, ils doivent tous être là. Avec tous ces touristes, il est bien difficile de trouver une place pour stationner, surtout que le gros tracteur est assez large. La patience, qualité très paysanne, mène à tout, et à force de chercher, Jean voit une voiture quitter le stationnement et s’apprête à prendre la place libérée. Pendant qu’il est sa manœuvre... Ah ! Boudiou ! Cette marche arrière qui ne passe pas, et que ça gratte... Ça y est... Il se retourne et voit une Beetle s’engager sans façon dans la place. Le cabriolet est immatriculé 75... La conductrice à l’arrêt parfait sa beauté d’un coup d’œil rapide dans son rétroviseur et sort du véhicule. C’est une belle jeune femme brune, aux vêtements ajustés qui soulignent son corps sculptural. Jean descend du tracteur et l’interpelle. « Madame, vous avez pris la seule place où je peux me garer ! ». Et elle le crucifie de son regard vert et lui répond : « On n’a pas idée, Monsieur, de se promener en ville avec un truc comme ça... Et puis (grand sourire), soyez galant, vous ne pouvez refuser cela à une dame, jeune et belle. ». Sur ce, elle tourne les talons, faisant sautiller son panier d’osier dans sa main droite.

Jean remonte sur son tracteur, enclenche la marche arrière... du premier coup ! et recule d’un bon train. Le crochet d’attelage, la prise de force s’encastrent bellement dans le trop tendre véhicule et transforment l’avant-gauche de la Volkswagen en confettis. La parisienne revient en courant et s’écrie, furieuse : « Mais vous ne pouviez pas faire attention avec votre engin de merde ? » Ce à quoi Jean répondit : « Madame, cet engin de merde est un outil, que l’on appelle un tracteur. Il sert, entre autres, à produire votre nourriture. Je ne puis rien vous refuser, vous me l’avez demandé si gentiment. Je vous laisse donc la place. Je voulais juste vous montrer ce que l’on peut se permettre, si l’on choisit d’être impoli, lorsque l’on est vieux et riche. Faites-moi un procès, j’aurais grand plaisir à vous revoir. » Il sort son portefeuille de la poche arrière de son pantalon de gros velours et lui tend une carte de visite. « Montez donc me voir à la ferme, nous ferons le constat devant un bon verre de Carthagène, ou un petit pastaga. Au revoir Madame. »

Sur ces mots, il remonte sur le tracteur, embraye, et part en arrachant le capot et une aile... Coup de chaleur en perspective...

 

  La vie commence à chaque instant.
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
8686 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 16 juin à 01:54 Citer     Aller en bas de page

Haha JB.
Mon frère raconte une histoire semblable. Un de ses amis souhaitait se garer. Mais une jeune femme le coiffe au poteau et lui rétorque 'c'est ça, quand on est jeune et belle'. Le gars au sang chaud fonce et plie l'avant de la voiture et lui répond : ça, c'est quand on est vieux et con'. Cette histoire me fait bien Rigoler.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
186 poèmes Liste
4858 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 16 juin à 02:14 Citer     Aller en bas de page

Ha ha ha ! Même pas étonné.

J'avais écrit cette nouvelle en 2007, et l'avais publiée sur mon premier compte LPDP d'alors.

Ce n'est que pure fiction. J'étais parti d'une situation approchante que m'avait narrée ma sœur dans les années 70. Ce doit être une de ces vieilles légendes urbaines survenue on ne sait où ni quand, mais qui se perpétue sous des formes diverses.

Tu as rigolé. Objectif atteint. Cette nouvelle se veut humoristique.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
erd

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
195 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 16 juin à 03:34 Citer     Aller en bas de page

Bonjour !

J'ai souvent assisté à ce genre de scène entre deux voitures lorsque je vivais à Paris. Mais jamais avec un tracteur. Un texte plein d'humour fin et bien approprié à la situation. Un délicieux tableau campagnard. J'ai beaucoup aimé. Particulièrement ces images :

Citation de In Poésie
On n’a pas idée, Monsieur, de se promener en ville avec un truc comme ça...


Ce serait plutôt cette sans doute jeune parisienne, qui n'a pas idée que l'on puisse trouver régulièrement des "trucs comme ça" dans ces rues de province.

Citation de In Poésie
vous ne pouvez refuser cela à une dame, jeune et belle.


Par contre, à une mère-grand, vieille et ridée, on peut ?

Citation de In Poésie
s’encastrent bellement dans le trop tendre véhicule


Serait-ce un appel à tous les constructeurs automobiles, afin qu'ils utilisent de l'acier trempé pour "carrosser" leurs véhicules au lieu "d'acier mâché" ?

Citation de In Poésie
transforment l’avant-gauche de la Volkswagen en confettis


... et pour le final, une pluie de petits morceaux "d'acier mâché" ronds et de différentes couleurs, qui s'abat sur cet épisode carnavalesque ! Ha, j'allais oublier :

Citation de In Poésie
Coup de chaleur en perspective...


Là, si je puis me permettre, il semblerait que pour "un coup de chaleur", le «petit pastaga» (avec des glaçons) serait plus approprié.

Cette nouvelle est un régal. Ça tombe bien, nous sommes dimanche !

  ...
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5128 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 16 juin à 11:52 Citer     Aller en bas de page

Les histoire de places de parking sont nombreuses, parfois on en arrive aux mains. c'est toujours stupide! Mais, c'est pas facile de gérer son énervement.
En région parisienne je me garais toujours au bruit… (rire)

Amitiés

Yvon

  YD
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
569 commentaires
Membre depuis
22 avril 2018
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 16 juin à 17:56 Citer     Aller en bas de page

Il me semble que j'ai lu un poème publié sur le site traitant du même sujet.
Je crois que c'est dans les "poèmes par thème"
Je vais chercher.

5 U

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
186 poèmes Liste
4858 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 17 juin à 09:07 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous trois.

Cerdick, ton compliment me va droit au cœur.
Cela fait bien longtemps que les avants de voiture sont en résine...
Moi, de culture pastaga, suis passé sans problème à la culture du houblon. Qu'importe le flacon...

Yvon, à une époque on disait aussi au radar, mais la technologie a fait que le radar est devenu réalité. D'où nécessaire glissement sémantique.

Amanda, cherche fin limier ! Et fais-moi signe quand tu auras trouvé.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
569 commentaires
Membre depuis
22 avril 2018
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 22 juin à 07:00 Citer     Aller en bas de page

Citation de Toi

Amanda, cherche fin limier ! Et fais-moi signe quand tu auras trouvé.
Bizzz JB


Coucou
Bon, voila, j'ai mis un moment mais j'ai trouvé. (C'était bien dans les poèmes par thème)
Je te met le lien en MP cause ça pourrait-être considéré comme de la pub pour un autre membre et comme toutmodoquiserespecte tu n'hésiterais pas à appliquer le règlement. Alors gaffe.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
186 poèmes Liste
4858 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 27 juin à 03:00 Citer     Aller en bas de page

Merci Amanda.

Merci, bien reçu, mais à part l’anecdote d'une place de parking chaudement disputée il n'y a pas grand chose de commun avec le texte d'Aaalis.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 477
Réponses: 8
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0337] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.