Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 44
Invisible : 0
Total : 45
· Tychilios
13122 membres inscrits

Montréal: 21 nov 11:55:09
Paris: 21 nov 17:55:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Entre ciel et terre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Le fantôme
Impossible d'afficher l'image
'' Quand la marée monte le bateau s'élève'' phrase du Hagakure/samouraï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
26 mai
Dernière connexion
28 août
  Publié: 2 juin à 14:23
Modifié:  3 juin à 23:45 par Le fantôme
Citer     Aller en bas de page

renaissance



L'homme marchait en boitant, le corps brisé par la lourdeur du poids de son existence, dans la rue vide, où la vie était absente, baignant dans un silence absolu, n'allant nulle part. Seul le vent qui sifflait ses notes mélancoliques parcourait les rues, apportant avec lui quelques débris que les hommes avaient laissés derrière eux, vestiges témoignant de leur passage sur cette terre maintenant dépeuplée. Les débris flottaient librement dans l'espace vide comme des spectres qui erraient dans les rues, tourbillonnant parfois en groupe comme des âmes perdues dans cette cité déchue, devenue leur royaume à présent où ils régnaient, libérées de toute contrainte.

Les bâtiments et les magasins qui jonchaient la rue avaient perdu leur couleur et leur fraîcheur. Ils étaient les monuments de l'homme gravés en mémoire de sa vie jadis, comme s'il errait dans un énorme cimetière. Quand il passait devant eux, il ne pouvait s'empêcher de les regarder attentivement comme s'il avait voulu y voir un souvenir fantomatique enfoui jaillir de l'un de ces tombeaux fermés. Quand il posait son regard sur les ruines, sa mémoire redonnait soudainement une vague de fraîcheur à celles-ci. Elles semblaient reprendre leurs couleurs et leurs vies dans l'espace d'un instant... Mais cet instant ne durait jamais plus longtemps que l'instant d'une pensée.

L'homme marchait depuis plusieurs jours sur les ossements et les crânes qui fleurissaient sur le sol, ce décor unicolore qui ne changeait guère. Le temps y semblait suspendu, figé dans cette horloge au mécanisme brisé, ce présent de mort et de ruine, promettant des lendemains sans naissance. L'homme s'effondra alors sur ses genoux, épuisé, les yeux rivés vers le ciel qui était d'un gris saturnien, engloutissant toute lumière. Entre ciel et terre, l'homme cria de toutes ses forces, utilisant ses dernières réserves, comme s'il avait voulu que quelqu'un là-haut entende sa voix:

Pourquoi est-ce que mon présent n'est que ruine et que mort!!!?

Pourquoi je marche sans savoir où je dois aller si ce n'est que vers le funeste destin qui attend chaque homme dans ce monde!!!?

Pourquoi je continue de marcher sur cette route interminable de douleur et de chagrin, espérant y voir la lumière quand le chemin ne mène au final qu'au néant inévitable!!!?


Je marche depuis ma naissance pour finalement ne trouver que vieillesse et que mort. La vie et la jeunesse ne sont que promesse éphèmère, promesse qui nous anime d'espoir, mais ce n'est qu'un piège qui nous donne la volonté de chercher pour les retrouver quelque part sur notre route. Ce ne sont que des mirages et des illusions que l'on se crée pour continuer d'avancer et finalement faire face à un vide encore plus grand!!!


Pourquoi je vous parle à vous qui n'avez ni tête, ni forme!!!?

Je crie au nom d'un dieu qui n'est que mort et souffrance. Votre visage est pareil aux crânes qui jalonnent ma route. Je sais que ma voix ne se rendra jamais à vous, elle s'échouera sur les parois de ces ruines et la seule réponse que j'aurai sera l'écho de ma propre voix!!!

Je suis seul et je le serai toujours. Les seules réponses que j'ai se trouvent tout autour de moi, dans cette déchéance, dans cette moisissure d'existence!!!

Je n'ai plus rien mis à part ma tête qui n'est qu'un crâne vide de vie où l'essence de mes rêves a été sucée jusqu'à l'assèchement total!!!

Ce ne sont pas nos pensées qui créent le monde mais le monde qui crée nos pensées, j'en ai la preuve maintenant!!!



Après son monologue funeste, espérant une réponse qui ne serait pas l'écho de sa propre pensée, une lourde fatigue semblable à celle qui annonce la mort s'abattit tragiquement sur lui, tirant tout son être dans une chute le plongeant dans une déchéance semblable à celle d'un ange banni du ciel. Le temps pour lui sembla s'accélérer, le temps reprit soudainement son cours. Il sentit alors tout son corps se désagréger lentement en des centaines de particules de cendre comme les secondes d'une horloge qui s'écoulaient. Chacun de ses membres, l'un après l'autre, se détachèrent de son corps trop lourd et prirent leur envol d'une légèreté soudaine. Cette poudre noire se métamorphosa ensuite en une majestueuse envolée de papillons polychromes, apportant avec eux toute la gamme des couleurs que le monde jadis recelait en lui. Dans un élan, dans une pulsion de vie, libérant toute cette beauté enfouie, l'homme se libéra de l'austérité de ce monde monochrome.

L'essaim d'épiloptères multicolores s'envola alors, se dispersant sur tout l'horizon gris et morne, parcourant les ruelles et les rues dévastée, frôlant les bâtiments, les monuments en ruine, peignant de leurs ailes les surfaces sombres et abîmées de couleurs plus vives les unes que les autres.

Les derniers restes de cendres de l'homme tombèrent en amas sur le sol desséché. Elles s'enfoncèrent ensuite comme des noyaux, transperçant de leurs racines puissantes la terre froide et dure, faisant naître des centaines de fleurs peintes dans de magnifiques ton pastels.

Le ciel éclata en sanglot, pleurant sur la terre sèche comme si des milliers d'êtres, des nouvelles naissances, s'échouaient sur la terre sans vie. Les cimes des arbres dont la mort avait aspiré toute vie jusqu'à la sècheresse, reprirent toute leur fraîcheur et leur vitalité revenant d'un vert plus vif qu'il n'avait été auparavant. Leurs veines se gorgèrent de sève, faisant battre leurs coeurs à nouveau.

Le sol étouffé par toute cette mort respirait enfin. La renaissance était la promesse que la mort avait faite à l'homme. La mort tient toujours sa promesse...


Tout réservé à Jonathan Brunelle



  Jonathan Brunelle
La plume Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
1 commentaires
Membre depuis
Aujourd'hui
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 3 juin à 09:55 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup ce texte, car il est plein d'images, de contrastes. A la fois triste, dramatique, mais aussi plein d'espoir. Un vocabulaire riche aussi! Bravo le fantôme!

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
1954 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 3 juin à 12:45 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir le fantôme

Tu m'interpelles toujours par tes textes. Ils sont puissants. Ici les idées s'entrechoquent, les images de mort d'abord contrastent avec la vie ensuite... c'est très réussi à mon goût !

La seule chose où j'apporterai ma rectification, mais ceci est juste ma façon de penser est sur le final.

Tu dis :

"La mort tient toujours sa promesse." Dans ton sens, il faut mourir pour" re-vivre", donc, je serais incitée à dire :

"La vie tient toujours sa promesse" car c'est elle qui reprend toujours le dessus, tu nous le prouves par ton écrit,ce qui est magnifique en mon sens.

Ceci étant, nos deux points de vue sont discutables et aussi valables l'un que l'autre. C' est un peu comme l'histoire du verre vide et du verre plein !

Merci pour ce très beau partage.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Le fantôme
Impossible d'afficher l'image
'' Quand la marée monte le bateau s'élève'' phrase du Hagakure/samouraï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
26 mai
Dernière connexion
28 août
  Publié: 3 juin à 17:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Bonsoir le fantôme

Tu m'interpelles toujours par tes textes. Ils sont puissants. Ici les idées s'entrechoquent, les images de mort d'abord contrastent avec la vie ensuite... c'est très réussi à mon goût !

La seule chose où j'apporterai ma rectification, mais ceci est juste ma façon de penser est sur le final.

Tu dis :

"La mort tient toujours sa promesse." Dans ton sens, il faut mourir pour" re-vivre", donc, je serais incitée à dire :

"La vie tient toujours sa promesse" car c'est elle qui reprend toujours le dessus, tu nous le prouves par ton écrit,ce qui est magnifique en mon sens.

Ceci étant, nos deux points de vue sont discutables et aussi valables l'un que l'autre. C' est un peu comme l'histoire du verre vide et du verre plein !

Merci pour ce très beau partage.



Mawr

wow! Merci pour cette éloge et oui effectivement tu as raison pour la final. Je voulais inverser sens mais ton idée marche vie aussi je me demandais si beaucoup de personnes vont dans la rubrique ''nouvelle litteraire'' ou les poèmes prédominent, puisque le nom du site est ''lapassiondespoemes'' ? Entoucas encore merci

  Jonathan Brunelle
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 419
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0386] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.