Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 39
· doux18 · Lapoètesse · Hubix-Jeee
13109 membres inscrits

Montréal: 21 avr 08:31:23
Paris: 21 avr 14:31:23
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Les Deux Gentlemans : et le gang des verts Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Damné

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
17 avril
  Publié: 16 avr à 15:30
Modifié:  16 avr à 17:57 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Les Deux Gentlemans : et le gang des verts.


Nous étions en voiture, et cela faisait deux rues que nous nous faisions tirer dessus. Antoine, l'homme le plus adroit du monde, comme tout le monde le sait, ne mit pas moins de trois minutes pour sortir son arme à feu et tirer à son tour. Le but n'était pas de tuer, encore heureux ; mais le but était simplement de neutraliser le gang qui nous avait pris pour cible :
- Plus vite mon cher ! Plus vite ! s'angoissait Antoine.
- Je suis au max ! Contentez-vous de tirer !
- Tirer ? Avec plus aucune munition ?
- Quoi ? Vous voulez dire que vous avez usé toutes les balles ?
- Oui !
- Bon Dieu ! Qu'avez-vous fait pour cela ? Pourquoi sont-ils encore à nos trousses ?
- Vous roulez bien trop mal, je n'ai pas pu toucher les roues !
- Moi rouler mal ? Et c'est vous qui le dites en plus ? !
Tandis que nous parlions, et nous disputions pour savoir qui avait tort, nous vîmes au bout de la rue un camion arriver. Un homme, la tête par la fenêtre nous visa avec un bazooka :
- Antoine ?
- Oui....
- Antoine ! Dis-je avec plus d'intensité, vous voyez ce que je vois ?
- Quoi ? Que voyez-vous ?
- Je crois que nous allons périr ici... hélas. Avez-vous votre bible ?
Antoine retourna la tête :
- Tournez à gauche, vite ! Hurla-t-il, foncez donc dans cette eau !
- Nous allons nous noyer Antoine ! Ne racontez pas de bêtises !
- Si, foncez !
- Non !
- Siiii !
- Nonnn !
En un instant, nous nous sommes retrouvés au milieu du lac.
Nous ne savions pas ce qui s'était passé car nous avions tous les deux fermé les yeux :
- Glou, gloul, glou, dit Antoine.
- Glou, glou, glou ! Dis-je.
- Glou, glou, glou ! Répondit Antoine.
- Glou ! Lui répondis-je avant que nous décidions instinctivement de sortir de la voiture.
Nous étions encore en train de nous chamailler pour savoir qui était responsable de notre chute, je lui expliquais que quitte à mourir, selon-moi, autant mourir par l’explosion :
- Fou ! Lui dis-je une fois hors de l'eau.
- Pourquoi n'avez-vous pas ouvert la porte plus tôt ? !
- Vous vouliez que l'on fonce dans l'eau, non ?
- Et alors, je ne peux pas toujours avoir raison, non ?
- Non, mais c'est vous qui avez voulu qu'on saute...
- C'est vous qui aviez le volant.
Alors que je reprenais mon souffle pour lui renvoyer ma phrase ; j'entendis des voix qui venaient du pont :
- Patron ! J'les vois, y sont juste là...
- Fais ce que t'as à faire crapule. Et les rate pas.
- J'espère pour eux qu'ils ont fait leur bible.
Soudain, il lança un missile qui explosa notre voiture. Car, oui, cet idiot pensait que nous étions encore à l'intérieur.
Sans perdre patience Antoine et moi nous sommes dirigés vers la forêt sombre, où nous nous sommes reposés un instant et avons continué de nous disputer pour savoir comment le gang des verts nous avait retrouvés.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14404 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 16 avr à 16:18 Citer     Aller en bas de page




Bonsoir Damné,

Très beau récit !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Damné

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
17 avril
  Publié: 17 avr à 10:03 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Sybilla,

Ravie de votre retour !

Bonne soirée à vous.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 161
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0215] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.