Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 24
· Cerdick · Aude Doiderose · -LarmesDeNuit-
13123 membres inscrits

Montréal: 16 juin 03:35:51
Paris: 16 juin 09:35:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Les Deux Gentlemans : le son dans la nuit Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Damné

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 16 avr à 15:24
Modifié:  16 avr à 17:50 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Les Deux Gentlemans : le son dans la nuit

Je me trouvais en présence de la plus grande affaire que je n'avais jamais connue. Antoine bougea son cheval tandis que je bougeais mon roi. Je venais de subir une embuscade qui selon moi menait tout droit à l’échec :
- Échec et mat ! hurla Antoine avec les cheveux en pétard.
- Ce n'est que de la chance, lui dis-je de mauvaise foi, attendez donc la prochaine bataille et je vous garantis une humiliation.
- Je veux mes cinq-cents francs ! jubila-t-il, et ne soyez pas long.
- Vous les aurez à notre retour à Paris.
- Combien coûte votre montre ? dit-il me laissant égaré.
- Elle vaut cinq-cents francs. Mais, que voulez-vous savoir au juste ? Non... Antoine... ne me dites-pas que vous voulez désormais ma montre ?
- Pourquoi pas ?
- Vous avez vraiment tout d'un businessman, vous allez tous nous ruiner si on vous embauche avec ces yeux-là.
- Pauvre flatteur que vous êtes, répliqua-t-il avec le sourire, je vous laisse pour cette fois-ci, mais arrivé à Paris...
- Oui, c'est promis, je vous donnerai votre liasse.

Nous étions en train de parler lorsqu'un son dans la nuit retentit :
- Qu'est-ce donc ? ! Fis-je. Antoine ? Vous avez vous aussi entendu ?
- Oui... ça venait de là-bas, il désigna le couloir, nous devons y aller.
- Mais comment pouvons-nous savoir qu'il n'y a pas de danger ?
- Nous sommes venus ici pour enquêter, n'est-ce pas ?
- Hélas, oui.
- Donc enquêtons.
- Oui, seulement...
- Seulement quoi ? demanda-t-il étonné.
- C'est que, j'ai toujours eu peur des loups.
- Je le sais bien, mais, selon les témoignages, il ne s’agit que d'un loup ; grâce à mon fusil nous sommes hors de danger.
Il le sortit de son manteau :
- Où avez-vous trouvé ça ! lui dis-je.
- Je l'ai rapporté, c'est le...
- Oui, c'est bien le mien... Quel culot, Antoine, vous voulez mon argent alors que vous avez déjà mon fusil.
Quand il finit sa phrase, un grognement retentit dans l'autre pièce. Puis une silhouette. Des yeux rouges et brillants. Cela s'avance vers nous. Antoine prend un coup de patte. Il s'envole. La bestiole m'agrippe et me jette comme un cyclope jetant une pierre. Nous nous retrouvons Antoine et moi aplatis au même endroit, avec un horrible mal de crâne :
- Par tous les diables ! hurlais-je, et vous parlez d'un loup ?
- Comment pouvais-je savoir, dit Antoine, vous savez bien qu'il faut s'attendre à tout lors de nos expéditions !
- Pas à me faire dévorer, non !
La bête nous jeta une table, que nous esquiverons de justesse :
- Et maintenant ! 
- Essayons de récupérer le fusil !
- Antoine !
- Oui ! ?
- Je vous hais !
- Moi, je vous aime !
Au même moment, la bestiole nous balança le portrait ridicule qui se trouvait accroché au milieu du salon :
- Attirez-le donc vers le balcon ; je m'occupe de récupérer le fusil, dit Antoine.
- Très bien !
Je partis en direction du balcon en levant les bras pour attirer la bête. En un instant, avec la rapidité d'un fauve, sa tête se tourna vers moi, puis elle se mit à me suivre. Je ne m'en étais pas rendu compte, mais je le voyais désormais, elle faisait plus de deux mètres de hauteur et elle portait un pantalon de Gentleman ; ce qui, à mes yeux, était un signe d'une anormalité certaine. Si cela était ce que je pensais ; nous avions là affaire non pas à un monstre, comme on le croyait, mais bien à ce fameux scientifique fou nommé Maxence Débile. Il me semble qu'on l'a surnommé Débile le jour où il échoua à ses examens de médecine. Les gens ne l'aimaient pas beaucoup, parce qu’il était distant et vexant ; cependant, il ne méritait pas ça ; pas un sort pareil, quelle fin horrible - finir comme un monstre !

Antoine le toucha en pleine tête. Nous ne saurons donc jamais ce qu'il s'est réellement passé dans la tête de Maxence Débile, et où, par tous les Diables, il puisa ses connaissances.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14959 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 juin
  Publié: 16 avr à 16:19 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Damné,

Superbe !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Damné

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 17 avr à 09:59 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Sybilla,

Merci !
Belle soirée également.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 207
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0486] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.