Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 807
Invisible : 0
Total : 808
· Flora Lynn
13290 membres inscrits

Montréal: 6 juin 17:10:47
Paris: 6 juin 23:10:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: scarification : terme de chirurgie, action d'inciser Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Anticrépuscule


Soi toi même tout les autres sont déjà pris de Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
32 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2019
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 9 mai à 10:05
Modifié:  9 mai à 13:01 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Je reconnais pas mon corps,
Quand j'enlève mon t-shirt,
La porte de la salle de bain est close,
Et le verrou tourné ;
Ce corps que je n'apprécie pas,
Je fais avec.

Pourquoi hier je me suis fait ces marques ?
La lame des ciseaux semblait presque belle
A la lumière de ma lampe.
Alors je traçais mes peines sur mes bras.
Mais ce n'était pas assez fort,
Ce n'était pas la douleur que j’éprouvais.

Alors j'appuyais un peu plus,
Jusqu'à ce que ça rougisse légèrement.
3 nuits que je fais ça,
Pourtant j'ai l'impression que ça fait des mois.
Je suis donc folle ? C'est ça être fou ?
Faire des choses insensées ?

Et qui prennent un sens quand le sang se met à couler ?
Que les larmes coulent aussi,
Et moi avec.
Alors c'est ça ?
Avoir envie de crever mais savoir qu'on n'a pas le cran de se tuer ?
Dire que tout va bien,

Alors que les marques sur tes bras disent le contraire ?
C'est ça ?
Se faire mal pour oublier la douleur morale ?
Le pire c'est que ton esprit est hyper froid,
J'ai la conscience de me désinfecter,
De mettre des t-shirts qui cachent tout

Mais pas celle d’arrêter de me couper ?
Parce que c'est comme une drogue.
Cette douleur me fait du bien.
Un jour quelqu’un va-t-il accepter
Les marques sur mes bras abîmés
Et m'aider ?

Ne jamais aimer
Ne jamais détester
Ne jamais pleurer
Ne jamais changer
Ne jamais se mutiler
Ne jamais dire jamais.
Demain, mes bras seront cachés.

  C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière Edmond Rostand
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
200 poèmes Liste
2696 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 9 mai à 15:14 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir ecrivaindunjour,

Premièrement, tu n'es pas folle, OK, tu es en grande souffrance et il faut agir. Agir mais pas de cette manière qui ne fera qu'empirer ton état.

Ton texte m'a fait tilt, une gifle qui me ramène quelques années en arrière, j'étais encore en activité ( Assistante Familiale ) et j'en ai vu passer... des vertes et des pas mûres !

Ces scarifications infligées pour certains sont la preuve que si quelqu'un leur fait mal, ils peuvent se faire mal aussi... Ils n'ont besoin de personne de plus pour s'infliger la douleur.

Pour d'autres, c'est un rappel des blessures de l'âme qu'ils retracent sur leur corps. Quoiqu'il en soit, ce n'est jamais gratuit et il ne faut pas hésiter à consulter et à parler, parler pour libérer le malaise qui pousse à commettre ces actes de mutilation.

C'est toujours un appel au secours à la recherche d'une main qui se tend. Le tout est de ne pas masquer volontairement et indéfiniment ces marques pour que personne ne puisse les voir, sinon quelle main pourra venir en aide ?

Alors quand tu dis :

" Demain, mes bras seront cachés." Non ! Demain, ose les faire voir et parle, sois forte !

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Anticrépuscule


Soi toi même tout les autres sont déjà pris de Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
32 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2019
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 10 mai à 09:47 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
tous d’abord merci, merci d'avoir lu mon texte et d'y avoir réagit.
Pour information, je ne me mutile plus cela n'a duré que pendant 6 jours
suite à une dispute avec ma mère qui m'avait bouleversé.
Mes parents ne sont pas au courant mais étant donné que cela
a été passager je ne compte pas leur dire. (même si je sais très bien que je devrais le faire)

Je crois que tu as vu juste quand tu dis que c'est "un rappel des blessures de l’âme"
c'était exactement pour cette raison que je me "mutilai" (je le mets entre guillemets car je ne saignais pas et par rapport à d'autres personnes mes marques sont minimes).

J'en ai parlé avec une amie qui a su trouvé les bons mots et m'écoutée (Si vous avez une personne que vous connaissez vraiment si elle a besoin de se confier à vous écouter la ça fais un bien fous à la personne et c'est aide vraiment beaucoup).

Après j'estime que ma vie n'est pas du tout horrible comparé à d'autres qui vivent bien pire. C'est pour cela que j'ai arrêter de mon propre chef de me mutiler.

Bonne journée à vous et encore merci
ecrivaindunjour

  C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière Edmond Rostand
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
200 poèmes Liste
2696 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 10 mai à 10:42 Citer     Aller en bas de page

Re !

Je suis ravie de ta réponse et surtout que tu ais pu trouver une oreille attentive à qui expliquer ton mal-être.

Qui plus est, tu sembles réfléchie par le cheminement de tes pensées et en regardant autour de toi, tu t'aperçois qu'au final... tout ne va pas si mal que ça ! Le fait d'analyser et voir les choses d'une manière différente est très bénéfique et je te félicite !

Prends bien soin de toi



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 142
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0318] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.