Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 19
Invisible : 0
Total : 20
· SienKieWicz
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 13:32:23
Paris: 2 juin 19:32:23
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Vers toi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 30 avr à 12:44
Modifié:  30 avr à 13:27 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Nous sommes au printemps. Tout ressemble à novembre !
Le soleil est absent, les oiseaux se sont tus,
Je suis comme égaré, esseulé, abattu ;
Tout me ramène à toi au froid de cette chambre.

Alors le cœur fêlé et l’esprit taciturne,
Je me vêts de soupirs et m’en vais par les rues
Dans lesquelles ton ombre à jamais disparue
Me régalait jadis de ses baisers nocturnes.

Les gens ne me voient pas et je ne vois personne.
Je contiens un sanglot. Je suis seul et frissonne
Devant le lourd portail que je pousse, affligé.

Le jour devient morose, et glacial puis succombe,
Tandis que je parviens tout au bout de l’allée
Où je laisse mes pleurs ruisseler sur ta tombe.

 
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1288 commentaires
Membre depuis
1er mars 2019
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 30 avr à 13:32 Citer     Aller en bas de page

Très beau. J'ai lu, et relu ce poème, suivant sans difficulté son triste fil conducteur.

Amitiés
Rose-Amélie

  🌷
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 30 avr à 16:53 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir .....triste mais tellement beau ce souvenir du temps du bonheur et une écriture excellente qui ajoute au plaisir de lire.....merci

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 1er mai à 00:12 Citer     Aller en bas de page

Bonjour H.F. Teller. La douleur exprimée par des mots. un beau poème triste et solennel comme une longue marche funèbre. Amicalement, Georges.

 
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
300 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
9 mai
  Publié: 1er mai à 01:41 Citer     Aller en bas de page

Un jour morose où les souvenirs affluent , on se sent seul,très seul , triste très triste
Merci pour ce douloureux partage

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 1er mai à 03:24 Citer     Aller en bas de page

Sous tes mots, même la tristesse peut être belle...

Merci pour cette lecture

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
119 poèmes Liste
6688 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 1er mai à 03:26 Citer     Aller en bas de page

Un très beau (et triste) poème...

Sombre et froid comme la douleur de l'absence...

Amitiés...

Hubix.

 
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 1er mai à 03:51 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Rose-Amélie, Pieds-enVERS, Georges, Errant, Isabelle et Hubix, merci d'être passés par là et d'avoir apprécié ce poème.
Mes amitiés à vous tous.
Bernard

 
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
535 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 1er mai à 06:01 Citer     Aller en bas de page

Un sonnet si beau et si triste à la fois, sur lequel plane une douloureuse absence...On suit avec émotion le trajet du narrateur, jusqu'à cette chute ...qui glace... La progression dans cette poésie m'a fait un peu penser à celle de "demain dès l'aube", mais bien sûr, dans un décor et un contexte différent. Amicalement, Lucie

 
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 1er mai à 09:58 Citer     Aller en bas de page

Merci Lucie
et bien vu. Effectivement, moi aussi, en écrivant, ce magnifique poème d'Hugo m'est venu à l'esprit...et le problème avec Hugo, c'est qu'il a tout dit...et mieux que personne !
Mais voilà, chacun ses chagrins.
Amitiés.
Bernard

 
glycine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
120 poèmes Liste
694 commentaires
Membre depuis
8 août 2018
Dernière connexion
22 mai
  Publié: 1er mai à 19:08 Citer     Aller en bas de page

L'absence de l'être aimé est criante dans chaque mot...
Je ne m'attendais pas à cette triste chute... cette surprise a donné une intensité particulière à ma lecture...
Un sonnet douloureux porté par une belle écriture

 
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 2 mai à 05:41 Citer     Aller en bas de page

Merci Glycine et Gautama pour votre passage dans mes lignes de tristesse. Elles correspondent à une réalité qui, en l'occurrence, est mienne, mais aussi universelle.
Bien à vous.
Bernard

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
62 poèmes Liste
1142 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 2 mai à 05:51 Citer     Aller en bas de page

Un poème où tout est en harmonie pour traduire la tristesse de l'absence de l'être aimé.
J'ai beaucoup aimé. Merci pour ce partage.

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1275 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 2 mai à 06:49 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Bernard.
Tout a été dit avant moi. Je me suis laissée emporter par votre cheminement poétique dans cette errance qui mène au souvenir. La beauté dans la douleur, voilà mon ressenti.
Moi, je n'ai pas pensé à Hugo mais - moins richement - au roman "Changer l'eau des fleurs" que je lis actuellement. Le point commun, un cimetière.


Adria

 
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 2 mai à 09:31 Citer     Aller en bas de page

Merci Chlamys
oui, la tristesse de l'absence et, surtout, celle du retour qu'on sait impossible.

Merci Adria
Je lirai le livre de V. Perrin.
Il y a finalement tant de vie (vies) dans les cimetières !

Bernard

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 216
Réponses: 14
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0474] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.