Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 287
Invisible : 0
Total : 291
· Myo · lachinoise · Fried · Aude Doiderose
13149 membres inscrits

Montréal: 31 mars 12:31:23
Paris: 31 mars 18:31:23
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Covid1999 Taverny731 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Dimitryet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
27 mars 2019
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 27 mars à 02:54
Modifié:  27 mars à 07:17 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Le coronavirus chinois,
Les gens meurent presque comme des cochons d'Inde en désarroi,
Même le G20,
Il fallait pas être comme des Japonais envers moi,
Avec leurs expériences inhumaines,
À Taverny de Val-d'Oise,
Hôpital du Parc,
Où on me tuait par médisance pour priver de simples médicaments,
Quand j'ai eu la pleurésie tuberculeuse en "belle France",
Et j'accuse "Au bonheur des dames" le magasin,
Bien après, mon père à Moscou est devenu aussi malade,
En très grande souffrance,
Le soufre tombe alors sur les méchants,
La mafia en loi de silence,
Brûle la cathédrale Notre-Dame,
Quand sur son Fils crucifié Elle regarde,
Et me dit de regarder sur la récompense sans plus de soin,
Elle, qui suppliait les Français en vanne tant de fois,
En sa ceinture de Lourdes de couleur blanc roi,
Sans reconnaître le bonnet de Marianne,
Les mauvais samaritains "double s" Poujol et Dardour des "médecins",
Si toujours vous les applaudissez, mes condoléances, hélas.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
278 poèmes Liste
9185 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 27 mars à 04:06 Citer     Aller en bas de page

bonjour et merci Dimitryet pour cette sensibilité.
- je n'ai pas tout perçu dans les évocations qui me sont inhabituelles.
- moi aussi je suis en révoltes quotidiennes contre des choix médiatisés et de penseurs pour nous, sur nos vivres ensembles en conscientes de responsabilités, et aux constats de non sondages des perceptions du terrain.
- certains artisans pourraient travailler sur commandes, (bouchers, charcutiers, pressings, garagistes, et bien d'autres), avec des lieux de dépôts. sans contacts dans les espaces dits de contaminations. ces emplois vont mettre la clef sous la porte, dans l'indifférence, de nos dirigeants non élus par le peuple)
- de nombreuses personnes non occupées en ces moments, pourraient même sans diplômes (les papiers sont préférables à des bras) ou expériences d'élites (ils ou elles n'ont pas fait d'études en ça, comme pasteur, et d'autres), pour des utilisations devenues prioritaires (brancardiers, secrétariats, transporteurs de médicaments, d'outils à désinfecter, de linges à passer en stérilisations, de toilettes aux malades, de disponibilités pour du paramédical, soulager les besoins hospitaliers qui actuellement font défauts.
- pour les occupations d'enfants, ne nombreuses initiatives sont interdites administrativement ou par des experts qui ne veulent pas évoluer. comme l'on fait les dits esclaves chinois ou coréens, nous leur serions-nous supérieurs ?
- de nombreuses interdictions que nous allons bientôt regretter seraient à évoquer, sans toucher nos supériorités de cultures ayant les vérités.
- évidemment aucune réactivité ne seront lisibles, dans les queues à 1 mètre de distance, personne ne semble vouloir parler les mots seraient contagieux, les bonjours à distances signes de reconnaissances le seraient aussi.
- j'arrête car je commence à devenir chiant.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 87
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0366] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.