Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 41
Invisible : 0
Total : 43
· Ossette · kitcat35
13272 membres inscrits

Montréal: 21 oct 19:45:10
Paris: 22 oct 01:45:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémères 2019 Bain de lumière :: Hiver nucléaire Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
186 commentaires
Membre depuis
19 mars
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 4 juil à 18:01
Modifié:  4 juil à 18:19 par Franck
Citer     Aller en bas de page


" Hiver nucléaire "



Un ours blanc affamé déambule en pleine ville loin de son habitat.
Une marche militante ne désespère pas de faire écho au climat...
De ce printemps passé sous terre naîtra une flamme pour nos lanternes.
Retournerons-nous vivre de cailloux et de pierres à l'âge des cavernes?


De boursoufflures en meurtrissures, la planète se meurt.
Un déclin annoncé autant que le nôtre, question d'heures.
Dernier rayon de soleil, le bronzage n'a pas pris, les dés sont jetés:
La synthèse ne se jouera pas à coup de vitamine D.


À trop vouloir prendre la lumière - effet mutagène -
Le profit a pris le pas sur le sens de nos responsabilités.
Simple pression sur un bouton, missile à tête chercheuse, formalité
Surexposant la Terre aux ultraviolets: baignade cancérigène…


Effroyable bain de lumières en des particules incendiaires
Plante le décor fantomatique d'un hiver nucléaire
Quand, par le bûcher, s'embrase le feu mystique
Au bouquet de Satan tel un champignon atomique.


Et de nos résidus de chair happés sous ce ciel boulimique
N'en reste qu'un squelette de plomb à l'odeur cadavérique,
Balayant l'air éventré le long des plages irradiées;
Tsunami au coeur du réacteur, des usines transpercées.


Le globe en hypothermie? À sa surface s'enténèbre l'horizon,
Les bons morts des mauvais vivants à la lueur des néons.
De ces kystes nourriciers au fibrome des plus viles protubérances,
Nous étions prévenus: agir ou les regarder nourrir la panse?




Franck (04/07/2019)





Un hiver nucléaire: est un phénomène climatique hypothétique de baisse globale des températures de surface, prédit comme pouvant être le résultat d’une guerre nucléaire massive.
Il serait analogue à l’hiver volcanique ou à l'hiver d'impact.


 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
1884 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 5 juil à 14:51 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Franck

Heureuse de pouvoir te lire à nouveau !

Un retour plein d'une lumière... malheureusement atomique qui nous guette n'importe quand ! Il suffirait qu'un "déréglé" appuie sur le bouton et s'en est fait !

Tes textes pointent souvent du doigt des sujets sensibles et sont des appels à la mobilisation pour qu'une catastrophe, comme celle-ci par exemple, ne puisse exister.

C'est vrai, nous ne sommes que des petites fourmis par rapport à ces géants qui détiennent La puissance !
Mais, car il y a bien ce mais... si toutes ces petites fourmis œuvraient dans le même sens et avaient cette prise de conscience alors le pire pourrait-être évité.

Même si ce texte est dur, il peut-être notre demain ou celui de nos enfants, alors, merci à toi pour ce partage à méditer...



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
5069 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
13 octobre
  Publié: 9 juil à 02:29 Citer     Aller en bas de page

Voilà un bain de lumière qui n'est guère réjouissant.
Un texte qui fait froid dans le dos.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 317
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0334] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.