Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 184
Invisible : 0
Total : 185
· monthery
13173 membres inscrits

Montréal: 3 juin 11:44:15
Paris: 3 juin 17:44:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Migrations Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
intertato

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
84 commentaires
Membre depuis
13 avril 2008
Dernière connexion
8 juin 2019
  Publié: 18 oct 2015 à 05:11
Modifié:  19 oct 2015 à 03:47 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

MIGRATIONS
Dans le froid vif du matin
J'ai entendu passer les grues
J'ai vu leurs vols incertains
Cherchant leur chemin dans les nues

Guidées par leur instinct de vie
Elles fuient les contrées dangereuses
En quête de ces paradis
Où la nature est chaleureuse.

Ce grand voyage est incertain,
Des cadavres parsèment leur route
Mais à aucun moment le doute
N'interviendra dans leur destin

Et c'est ainsi pour les humains
Sédentaires par vocation
Mais à la migration contraints
Pour des histoires de religion.

Leur fuite n'est qu'une illusion
Pas d'espoir de paradis
Point d'heureuses destinations
Devant eux que des interdits....

 
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
4502 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 18 oct 2015 à 05:43 Citer     Aller en bas de page

Les grues quant à elles n'ont pas d'interdit
Elles se déplacent car le temps et la végétation de l'endroit où elles sont ne le convient plus et elles savent où trouver mieux par acquis et instinct grégaire

Néanmoins j'ai aimé le poème

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 18 oct 2015 à 06:18 Citer     Aller en bas de page

Très belle idée d'avoir mis en parallèle les oiseaux migrateurs et les migrants.

C'est bien écrit aussi.

Merci à toi

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
pengyou42
Impossible d'afficher l'image
bientôt la voie lactée sera notre autoroute
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
271 poèmes Liste
1884 commentaires
Membre depuis
10 octobre 2015
Dernière connexion
13 février 2018
  Publié: 20 oct 2015 à 11:33 Citer     Aller en bas de page

les grues (et les oies) retrouvent partout les mêmes prédateurs c'est pourquoi elles sont tjrs sur leurs gardes. En tant que pays ou l'herbe est plus verte nous ferions bien d'en faire autant!!
pengyou

  pengyou42
intertato

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
84 commentaires
Membre depuis
13 avril 2008
Dernière connexion
8 juin 2019
  Publié: 25 oct 2015 à 04:23 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos commentaires. Pour ma part, je pense ,hélas, que les grues ont moins de prédateurs que les migrants.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 547
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0375] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.