Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 781
Invisible : 1
Total : 788
· Jean-Claude Glissant · SHElene · Amanda · Tychilios · Aude Doiderose
Équipe de gestion
· Maschoune
13112 membres inscrits

Montréal: 15 nov 14:59:26
Paris: 15 nov 20:59:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: L'aspi Rateur Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
BJORANGELK
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2005
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 12 juil à 18:24
Modifié:  14 juil à 07:34 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

L'ASPI RATEUR ?


D'une personnalité, j'ai bien cru à sa route
D'une âme, j'ai tant cru à ses blessures
D'un corps, j'ai expliqué chaque goutte
D'un geste, j'ai battu le temps qui perdure
D'un cerveau, j'ai mainte fois voulu l'éteindre
D'un je ne sais quoi, comment m'y contraindre ?

Il fut un jour où mon cœur s'est arrêté,
Il eu redémarré.
Aujourd'hui ?
C'est mon histoire qui s'est arrêtée,
Elle m'inverse son sens de lecture.
Elle a redémarré.
Et aujourd'hui ?
Est-ce une fracture ?

Ça c'est pour l'aspect technique,
Pour ce qui est de l'esthétique,

Mon univers est si grand.
Il va, il va car il est latent.
Qui aurait alors pu le comprendre ?
Je ne l'ai moi-même pas vu s'étendre.
Aurais-je pu avoir des outils ?
Plus, bien sûr, à quoi bon !
Un seul mot aurait suffit
Et je battais toutes les raisons.

J'en aurais dessiné des poèmes,
Chanté des conversations,
Décousu des films,
Sculpté des photos,
Dansé des peintures,
Cuisiné de la musique.

Sachez cela... le miroir dit que :

Vous êtes des poèmes dessinés,
Des conversations chantées,
Des films (dé)cousus,
Des photos sculptées,
des peintures dansées,
De la musique gratinée.

Ça c'est pour le beau,
Pour ce qui est de ces autres,

Il y a de mes semblables qui errent
D'autres qui espèrent
Certains ont compris alors
Que nous pouvons rester encore
Si tant est que tous abordiez cet air
Que vos valeurs ne se terrent.

Il y a longtemps...
J'ai tenté de modeler mon être,
Je n'y suis pas arrivé.
J'ai alors filtré chaque centimètre.
Ô toi ! Pression sociale,
Embarque ta collégiale
Et Dégage !
Il n'y a de code ici
Que son introduction.
Le reste, j'en fait mon affaire.

Pour finir,
Car tant de choses sont à dire,
Ce MOT, voyez-vous, je l'ai trouvé.
Et je vous dirais ceci :

Aux gestes éternels,
Universels corps d'étincelles,
Ta belle du tout de votre âme,
Incarnez-là sans querelle.
Sinistre bagatelle sociétale,
Tentez la vie avant quelle ne vous crame,
Enrichir le Réel du faux c'est :

Amour d'un soi inconditionnel.
S'émerveiller sans attente de ce qui est déjà.
Paraître est un bien triste piège cruel.
Encrer les vers de soi.
Rien n'écrasera la venue ou l'avenir
Galvanisés mais sous le joug de la normalité.
Équilibre trouvé par la découverte du nouveau-né.
Rattrapez votre intemporelle identité et vous serez libérés.

J'aspire enfin au repos.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8740 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 13 juil à 04:03 Citer     Aller en bas de page


BJORANGELK
- ton texte est trop long.
- il donne envie de le zapper avant même de commencer. je l'ai relu 4 fois, avant de le commenter comme ça.

qu'est-ce tu sous entends par;
J'aspire enfin au repos.

- ton texte aurait été plus reposant pour toi en en faisant, des offrandes plus courtes. moi j'y ai lu 4 textes qui auraient pu être autonomes.
- es-tu d'une ouverture à des propositions de découpages et de présentations qui soient différentes ?
- je sais c'est très compliqué de reconnaitre que ce ne serait plus toi, mais une présence extérieure, qui chercherait à faire vivre autrement tes pensées.
- je suis passé par là moi aussi.
- c'est très agréable de lire des commentaires, si, si, tu peux me croire.
- à bientôt peut-être en MP, si tu en éprouves la curiosité.

 
BJORANGELK
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2005
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 13 juil à 05:31 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Samamuse,

Merci pour ton retour.
Bien sûr je suis ouvert.
Mais sache qu'il est ainsi posé, de ma volonté à donner le reflet d'un état actuel: maladroit, sensible, froid, questionné et répondu...
S'il est long, c'est ainsi, je n'écris pas par économie du temps, c'est sans compromis.
Si peu le lisent, alors c'est ainsi.
En voyant la tartine écrite, si l'on estime qu'il serait trop long de le lire, alors ne pas le lire est plus qu'une option.
Si l'on voit une tartine, peut être qu'il est à considérer que le temps est nécessaire. Qui prend le temps? Qui veut prendre le temps? ça c'est l'affaire de chacun.
On ne veut pas de vidéos longues, on ne veut pas de textes longs... Est ce réellement un manque de temps? Une habitude à consommer une lecture rapide et en nombre?
Je ne dis pas que c'est ton cas, mais bien souvent, c'est ce qu'il ressort. Je répondrai finalement que si l'on manque de temps, pas envie de le prendre, alors ne pas lire est plus qu'une option.
Et bien sûr on peut ne pas apprécier mes écris aussi, pas de soucis.

Merci encore et au plaisir de te lire.

Poétiquement,

BJORANGELK

 
BJORANGELK
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2005
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 13 juil à 05:42
Modifié:  13 juil à 05:44 par BJORANGELK
Citer     Aller en bas de page

Ha et pourquoi j'aspire au repos?

Et bien peut être n'as-tu pas assez creusé la lecture même si lu 4 fois.
Les éléments sont là pour répondre à ta question.
Pour être en accord avec ce que je t'ai écrit ci-dessus. Je ne te donnerai la réponse, à toi de la trouver si tu assez curieux.
Le temps donne souvent des réponses. J'ai trouvé ma réponse principale à 33 ans.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
1927 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 13 juil à 16:16 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir BJORANGELK

J'ai lu attentivement ton texte dans lequel se dégage une belle leçon !

Le repos auquel tu aspires si ardemment ne se trouve que lorsque l'on se trouve réellement et que l'on est soi inconditionnellement. Bravo !

Chacun devrait prendre le temps d'une analyse profonde, se poser les bonnes questions. Savoir ce qu'il veut vraiment, ce qu'il aime, qui le motive. Ressembler aux autres, faire comme le voisin... mauvaise pioche, le tribut un jour devient lourd à payer car aller contre son moi profond est une absurdité.

Il faut savoir s'écouter et tout mettre en œuvre pour s'accomplir, voilà le plus beau cadeau que nous puissions nous faire pour bien vivre, sereins et en paix avec nous-mêmes !

Merci pour cet intéressant partage.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 199
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0473] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.