Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 23
· Ashimati · Jean-Louis
13069 membres inscrits

Montréal: 21 mai 13:01:28
Paris: 21 mai 19:01:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Les ongles noirs Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 15 nov 2018 à 17:12
Modifié:  15 nov 2018 à 17:13 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page



Ce soir, j’ai les mains sales et les ongles très noirs
J’ai eu beau les laver, les traces ne s’enfuient pas.
Allons, qu’importe, c’est le travail qui prend le pas,
L’encre m’imprègne, le métier rentre, j’ai de l’espoir.

Pourtant ce soir règne le brouillard, mais, allez,
Le métier rentre, j’ai de l’espoir. Mes poumons hument :
Hélas, l’air de ce soir est imprégné de brume.
Pourquoi cette tristesse tombée sur mes vallées ?

Alors, je rentre tard et je bois et je fume
Je suis lasse, ce soir, de mes déceptions
Et si je les écris, c’est sans faire attention ;
Mes mains se sont salies de pensées importunes.

Que s’enfuient ces idées, le métier rentre enfin,
Me rendant gaie et triste : il est dur de changer.
Allons, ce soir encore je me force à ranger
Ma mélancolie noire dessous mes ongles fins.



  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
409 poèmes Liste
13025 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 15 nov 2018 à 21:33 Citer     Aller en bas de page

Que s’enfuient ces idées
Il le faut. Les mains sales sont douces à caresser. Le temps est à la brume jusque dans tes poèmes. La tristesse est menteuse, ne la crois jamais.

 
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
347 poèmes Liste
3597 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 17 nov 2018 à 01:51 Citer     Aller en bas de page

bonjour Aude,
les mains sont le prolongement de la pensée lorsque l'on veut écrire. Bien souvent ce sont les pensées noires qui donnent les plus beaux textes.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 22 nov 2018 à 05:03 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Que s’enfuient ces idées
Il le faut. Les mains sales sont douces à caresser. Le temps est à la brume jusque dans tes poèmes. La tristesse est menteuse, ne la crois jamais.



C'est vrai que la tristesse est menteuse. Je retiens le conseil !

Citation de Pichardin
bonjour Aude,
les mains sont le prolongement de la pensée lorsque l'on veut écrire. Bien souvent ce sont les pensées noires qui donnent les plus beaux textes.
Amicalement
Pichardin



Peut-être, mais je n'aime pas quand j'écris des choses tristes. Ça me rend triste
Merci de ton passage Pichardin

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
224 poèmes Liste
4026 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 19 jan à 06:26 Citer     Aller en bas de page

Il m'arrive de penser que le spleen te va bien. Sous ce côté drôle que j'adore par ailleurs. Hein, qu'on ne s'y trompe pas.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 16 mars à 14:04 Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie
Il m'arrive de penser que le spleen te va bien. Sous ce côté drôle que j'adore par ailleurs. Hein, qu'on ne s'y trompe pas.

Bizzz JB



C'est gentil, mais il me va comme le bleu marine : ça me donne une mine affreuse.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
208 poèmes Liste
3907 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
18 mai
  Publié: 17 mars à 16:50 Citer     Aller en bas de page

... en recherche du meilleur savon pour ces traces là ...
Mais , je n'ai pas encore trouvé le produit miracle...

Si ce n'est le partage de quelques maux en quelques mots.

Merci Aude, de l'avoir fait.

Myo

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 18 mars à 02:39 Citer     Aller en bas de page

Citation de Myo
... en recherche du meilleur savon pour ces traces là ...
Mais , je n'ai pas encore trouvé le produit miracle...

Si ce n'est le partage de quelques maux en quelques mots.

Merci Aude, de l'avoir fait.

Myo



Il faut frotter avec une petite brosse dure.
Merci Myo

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
208 poèmes Liste
3907 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
18 mai
  Publié: 18 mars à 13:45 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude
Il faut frotter avec une petite brosse dure.



Oui, peut-être... à avoir mal aux mains... on oublie qu'on a mal ailleurs


Myo

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 18 mars à 16:23 Citer     Aller en bas de page

Citation de Myo

Citation de Aude
Il faut frotter avec une petite brosse dure.



Oui, peut-être... à avoir mal aux mains... on oublie qu'on a mal ailleurs


Myo



Exact

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Kill.A.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
55 commentaires
Membre depuis
13 janvier
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 17 avr à 12:34 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup ce texte qui résonne comme un air de blues , comme la scène d'un film en noir et blanc sur la mélancolie d'une femme ..


Joli !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 17 avr à 13:49 Citer     Aller en bas de page

Citation de Kill.A.
J'aime beaucoup ce texte qui résonne comme un air de blues , comme la scène d'un film en noir et blanc sur la mélancolie d'une femme ..


Joli !



C'est juste, il y a de l'espoir aussi, comme dans le blues.

Merci Kill.A.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 237
Réponses: 11
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0465] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.