Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 187
Invisible : 0
Total : 187
13279 membres inscrits

Montréal: 22 oct 11:30:08
Paris: 22 oct 17:30:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Egoïste Noël Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 23 déc 2016 à 06:38
Modifié:  18 avr 2017 à 02:07 par Varh
Citer     Aller en bas de page

Bientôt Noël … La trêve pour certains, le moment de partage pour d’autres, un moment d’allégresse pour beaucoup… et pour moi ?

Stupéfaite de ma propre interrogation, je m’assois un instant pour déterminer la raison pour laquelle j’ai déposé sur la table, ces kilos de gâteaux sortis de mon four et tous ces cadeaux au pied du sapin aux couleurs bleue et blanche.
Oui, évidemment, j’adore offrir cadeaux insolites et biscuits à ceux que j’aime ; mais qui sont-ils vraiment? Ma toute petite famille, maintenant composée uniquement d’un frère, d’une belle sœur et de leur fils revenu du pays du soleil levant pour passer dans la joie ce moment, mêlant retrouvailles et partage… Oui, je suis impatiente de prendre dans mes bras mon neveu, le serrer fort contre moi sans un mot d’amour, je sais qu’il en serait mal à l’aise alors je tairai ces petits mots : « tu m’as manqué, je t’aime ». Je les tairai une fois de plus et pourtant ce jour-là, j’aurais pu les prononcer…

Tant pis, ils ne sortiront pas, ils resteront une fois de plus dans ma solitude verbale… Peut-être les écrire alors… Oui, je vais prendre mon stylo et une feuille trop longtemps restée vierge.
Me voilà, en train de m’appliquer dans la forme de mes lettres … Un petit mot de rien du tout, juste quelques phrases signifiant : bien que fière de son parcours, son absence est pesante.
Oh ! Le contact de l’encre sur le papier me procure un élan que je pensais éteint ; un nouveau souffle. Par magie les mots ’s'enchaînent. Avide, je perds l’objectif initial en déviant sur l’amour en général que je recentre quelques instants plus tard sur ma vie... Une envie irrésistible d’écrire encore et encore et de décrire mes années heureuses remplies de rencontres singulières et de bonheur intense. Oui j’ai été gâtée : des grands parents merveilleux, des tantes hors du commun et des parents fabuleux… Quant aux hommes de ma vie, peu nombreux mais exceptionnels, seule la Dame me les a ravis. Etrangement, la tristesse est absente de mes mots, seule une douce mélancolie s’empare de mon âme en s’y logeant petit à petit. Tant de richesse à partager, tant d’aventures à raconter mais à qui ? … Sans enfant que deviendront mes souvenirs ? Seront-ils à jamais perdus ?

Les pages se noircissent rapidement, je suis pressée moi que rien ni personne n’attend… Pourquoi accélérer, ne pas prendre le temps ? Mes doigts et mon stylo se mettent au diapason de mon cerveau, les synapses vives et actives me rappelant que je possède encore quelques neurones… les derniers survivants … à l’image de mes proches.

Quelles étranges associations ! Un mot, une pensée puis une autre pensée, un autre mot ... une phrase et soudain une signification inédite apparait … une nouvelle direction sur les chemins escarpés de mon imbroglio neuronal… J'enchaîne sur cette voie, découvrant des angles de vue inconnus à mes sens éperdus dans cette folle chevauchée de mots, de phrases … Brutalement, je lève mon stylo ; stupéfaite de la clarté de mes propos et de leur accord avec mes desseins…

J’ai souvent si peu pensé à moi; cette année pourtant, je désire combler cet oubli …N’est-ce pas Noël, le temps des cadeaux ? Je m’habille chaudement, je démarre la voiture et roule jusqu’aux magasins… Magie de Noël, toutes les boutiques sont achalandées comme jamais dans l’année et je trouve rapidement les plantes que je recherchais pour égayer ma table de Noël; un aconit, une belladone et enfin un magnifique pot de digitales… Elles sont magnifiques… puis quelques ficelles colorées, un joli papier… un pilon et un mortier… des pistaches et leur arôme.

Me voici à nouveau dans la cuisine, beurre, sucre, œufs et farine…j’ajoute les pistaches, et quelques gouttes de leur essence, finalement je verse le flacon entier…

Je m’interromps un instant pour préparer l’ingrédient final celui qui fera la différence entre de simples gâteaux et ceux de ma soirée. … Une heure, plus tard la fournée dans une assiette. Brûlante, je ne peux la goûter. Je fais alors couler un bain aux senteurs douces…
Que manque-t-il ? Une bougie, un livre… La bougie rapidement allumée est posée sur la baignoire, le choix du livre s'avère délicat… Je remue tous ces ouvrages si souvent ouverts et savamment étudiés… Je le veux en harmonie avec le moment … Ce sera le Banquet ; Platon et Aristote ne sont-ils pas avec Euclide, Archimède, Socrate et Sénèque et tant d’autres mes préférés ? Ces hommes ont traversé les siècles et toute ma vie, ils ont été mes maitres cachés. Combien de fois ai-je rêvé de me retrouver l’une de leurs disciples assistant à leurs cours, développant en harmonie pensée et corps ? Mon rêve absolu, celui qui ne m’a jamais quitté malgré les fins malheureuses de Socrate et de Sénèque. Quelles que soient les époques, la vie n’est jamais linéaire dans le bonheur.

Je plonge avec délice dans cette eau chaude et parfumée… La bougie éclaire suffisamment pour lire aujourd’hui à voix haute… L’odeur de fleur d’oranger, le toucher de mes doigts sur le papier, ces mots que mon oreille perçoit… D’un geste lent, je prends de l’assiette posée sur un tabouret, un biscuit vert délicat… il embaume, il est doux, il craque sous ma dent et… son goût. … mmmmmm le meilleur gâteau que j’ai jamais cuit… celui-ci je ne le partagerai pas, il est pour moi, égoïstement… Un gâteau en appelle un autre puis un autre et encore un…

Je mange, bercée par la musique des mots de Platon ; bientôt je me retrouve dans un semi sommeil où Socrate est là bienveillant près de moi, rejoint par Sénèque. Ils me sourient et j’entends leurs voix « Varh, ne pouvant choisir entre l’un et l’autre, tu as trouvé le compromis… Tu sentiras enfin ce qu’est de tutoyer la sérénité avant d’arriver à la paix intérieure, celle qui te permettra d’atteindre un état supérieur rendant impossible toute nouvelle descente »… Confiante dans les bras de Morphée, enfin je m’élève avec le sourire, à la rencontre de mes professeurs secrets pour la dispense de leur première leçon.

Des voitures et un fourgon aux gyrophares bleus, stationnent devant la maison où seule une bougie éclaire une fenêtre, c’est le soir de Noël et ne me voyant pas arriver, mon frère s’est déplacé avant de les appeler. Sur la table, ils ont trouvé les pots vides de plantes, juste quelques feuilles et tiges mourantes et dans le mortier ma décoction… Mon ingrédient magique dont je serai seule à connaître la suave douceur. Ce jour-là, la mélancolie fut mon amie… Ce fut le dernier.
…….. Ils diront plus tard… « Le raptus de Noël »






PS : J'ai retravaillé le texte en prenant compte des remarques soulevées. Il est maintenant plus dense et moins nébuleux. En raison de modifications majeures, je prends donc la responsabilité de le présenter à nouveau dans une forme plus aboutie et définitive.

Varh

[/font][font=Arial][/font]

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
4742 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 23 déc 2016 à 13:01
Modifié:  27 déc 2016 à 05:22 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Varh,
Un bien triste Noël;, Avec ces trois plantes impossible d'en réchapper !
Les philosophes grecs vous soutiennent dans cette épreuve ou la vie s'enfuit.
Vous avez eu raison de publier à nouveau ce texte, cette version mérite l'attention. Merci à vous.
Amitiés.

  Poésie, la vie entière
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 23 déc 2016 à 13:13
Modifié:  23 déc 2016 à 14:02 par Varh
Citer     Aller en bas de page

"Rien n’est moins mystérieux que le suicide du mélancolique, ce qui reste mystérieux, c’est la mélancolie elle-même".... Freud

J'essayais de me placer dans la peau d'une personne qui tout d'un coup alors que rien ne la prédispose au suicide se décide de passer à l'acte... le pourquoi le comment... cette pelote cérébrale dont des fils sont tirés soudainement et s'agencent de telle manière que la solution fatale apparaît comme évidente... et la période de Noël sont des jours joyeux pour certains mais pour d'autres des jours d'une extrême mélancolie...

Amitié
Excellentes fêtes de bout d'an

V

 
PA...

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1012 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2016
Dernière connexion
28 février 2018
  Publié: 28 déc 2016 à 15:33
Modifié:  30 déc 2016 à 15:03 par PA...
Citer     Aller en bas de page

Salutation et paix
En réaction à ce texte sur les dernières phrases
Moi qui joue avec des symboles, je les touches du doigt et le poète en moi jongle avec ces histoires. Pourtant, j'ai tremblé un instant avant de voir une réponse plus bas.
Voici un petit rien pour voir passé la vie.

Rien
Voilà la dernière heure de vie dans ce bas monde. À quoi dois-je penser au moment de partir ? Aux choses matérielles ou bien spirituelles ? Rien, le vide, l'inconnu, un reflet dans la glace, ce retour en arrière, le néant, seul. Mon Dieu, je crève de peur, tous les membres de mon corps tremblent. Je respire, crie, pleure et supplie, et chaque instant qui passe me laisse lâche et impuissant, devant cette inconnue qui s'approche de moi. Mais, les aiguilles du temps ont fait leurs œuvres, et le corps se réveille encore tout étonné de retrouver la vie. Les yeux égarés comme un enfant sortant d'un cauchemar, je cherche l'affection d'une mère, pour calmer ma douleur, réconforter mon âme et apaiser ma peur. J'ai le souffle, la raison, rien n'est perdu pour moi, dois-je en prendre conscience ou bien mourir ce soir ?

PA…

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 28 déc 2016 à 16:23 Citer     Aller en bas de page

PA.V....?

Décrypter les symboles est un art délicat, car selon l'apprentissage, l'éducation, les lectures, l'obédience, leur perception peut s'appréhender de manière légèrement différente mais cette différence d'angle aussi légère soit-elle peut erroner le symbole originel. Il est vrai aussi que l'habitude de jongler avec eux, ramène la probabilité d'erreur à un niveau acceptable. Vous n'avez pas tort, il existe quelques symboles dans cette nouvelle ...


Rien...beau texte... Personne ne peut présager de sa dernière pensée mais " Pourquoi ce qui vaut à l'orée de la vie ne vaudrait-il pas à son crépuscule?" (je regrette mais je ne me souviens plus de la personne qui a prononcé ces paroles)...

Ce texte n'est qu'un arbre qui cache une forêt d'interrogations...

Merci bcp
V

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
720 poèmes Liste
15373 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 11 jan 2017 à 17:28 Citer     Aller en bas de page






Bienvenue.



  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 11 févr 2017 à 19:04 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Galatea de votre lecture...

Mon amitié

V



 
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 12 mars 2017 à 13:31 Citer     Aller en bas de page


Un texte qui se lit avec une sérénité qui dénote par rapport au thème abordé. Votre écriture est envoûtante.
La fiction n'est souvent qu'une vérité cachée.
Merci du partage Varh.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 12 mars 2017 à 20:11 Citer     Aller en bas de page

Lucas,
Votre message me fait plaisir... et je dois avouer que mon égo est flatté .... "Ecriture envoûtante"

La fiction n'est souvent qu'une vérité cachée... tout à fait exact.

Merci du commentaire

Ma sincère amitié

V

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
518 poèmes Liste
23601 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 5 avr 2017 à 15:38 Citer     Aller en bas de page

Nous sommes au printemps mais combien j'ai apprécié ce récit qui m'a émerveillé malgré sa tristesse. Je suis contente de l'avoir découvert.
Tu écris vraiment bien, tu devrais écrire un livre.
Merci de me faire replonger dans l'atmosphère de Noel.
Tous les Noels ne se ressemblent pas.
Bises VARH
Avec toute mon amitié
Bises ODE 31 - 17

  OM
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 6 avr 2017 à 19:14 Citer     Aller en bas de page

Oh Merci beaucoup Ode pour tes gentils mots... Non tous les Noëls ne se ressemblent pas... Mais la magie peut se changer en triste sort pour certains...
Une grande saga est écrite ... juste pour moi... un challenge...
MErci Ode pour tous tes textes merveilleux

Bises et bonne nuit
Ma sincère amitié
V

 
De Margotin


savoir bien faire! Sans le poète la plume n'a aucun sens. Sans critique le poète ne vit pas.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
2434 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 29 avr 2017 à 03:14 Citer     Aller en bas de page

Triste noël, mais beau texte

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonnerre. ”
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
293 poèmes Liste
9746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 29 avr 2017 à 03:32 Citer     Aller en bas de page

bonjour Vv,
en lisant ton texte, texte que tu nous présentes comme étant celui qui te represente le mieux, j'ai eu l'impression que ces mots ne m'étaient pas étrangers.
maintenant que ma petite famille d'affections et de reconnaissances, se résume à ma femme, et par SMS, liaisons téléphoniques venant de ma part, messages @ pour les convenances, pour en faire une journée comme les autres, mais ça c'est de ma faute, il existe des lieux qui seraient heureux de nous recevoir mon épouse et moi-même, pour remplacer toutes ces solitudes par des réconforts de présences. mais que me manque t-il pour m'offrir à ces presences qui appréciraient ma présence. merci Vv, de me m'avoir permis de lire tes quelques lignes.
grosses bises virtuelles, à défaut de pouvoir te serrer dans mes bras, et de vivre des transfusions énergétiques, qui ont un sorte d'acouphène: "c'est agréable, n'est-ce pas".

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 29 avr 2017 à 04:27 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Margot, bonjour Sam,

Ce texte est important pour moi pour deux raisons essentielles...

- il est un exercice difficile i en raison de sa concision; j'ai l'habitude d'écrire de très longs textes et il était une sorte de gageure .... et finalement je suis assez heureuse du résultat.

- il fut aussi un moyen personnel pour mettre un terme à certaines noires pensées qui m'ont assaillies lorsque j'ai appris le suicide de deux personnes que j'aimais. Suicides dits non expliqués seul le mot raptus revenait dans la bouche des spécialistes auxquels j'ai demandé quelques explications...

Si jeune, je ne pouvais concevoir le suicide que dans la délivrance d'une souffrance physique intense et fatale, maintenant, je l'appréhende aussi sous sa forme de rupture d'une souffrance psychologique mais aussi sous l'emprise d'une impulsion subite...

La solitude est un autre thème qui me tient à coeur puisqu'elle est cause de beaucoup de détresse ... Etonnant, nous sommes de plus en plus nombreux dans ce monde et jamais il n'a existé autant de gens délaissés ... si j'adore la vie et notre terre, je hais ce manque d'entre aide et cette envie de vouloir plus au détriment des autres... ceci est tout de même un autre débat...

Bises Margot, Sam....
Qui sait si un jour nous passerons du virtuel à la réalité..... ? La vie garde encore ses mystères

Mon amitié à tous les deux

V.V






 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1379
Réponses: 13
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0380] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.