Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 24
· Lafleurquirime
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 04:20:21
Paris: 2 juin 10:20:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: En vrac Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 23 déc 2016 à 05:07
Modifié:  23 déc 2016 à 15:39 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Je t'ai téléphoné, il y a deux mois
Depuis je t'appelle au moins une fois par semaine. Et nous parlons. Nous parlons :
Du temps de l'enfance, au temps de la télévision en noir et blanc, que nous allions regarder, curieux, chez des voisins. Ce temps, lointain pour nos enfants, incroyable pour nos petits-enfants, si proche pour nous, qui nous souvenons de tout.

Tu te souviens de Rosette ? Elle a attendu de fêter ses 100 ans pour mourir, cet été.
- Oui, je m'en souviens. Quand son premier mari est mort, pour refaire sa vie, elle a mis ses six filles à l'Assistance Publique, puis elle a fait trois autres enfants avec son nouveau mari.

Et Clorinda ? Qui ne parlait jamais, à personne...avec ses robes noires, longues, qui vivait seule, dans une seule pièce, sans eau courante, au bout de l'impasse.
- Oui, je m'en souviens. Elle faisait pipi debout, dans la rue, devant nous, en écartant les jambes, tout simplement.

Et Vincent ? Grand-père l'aimait bien.
- Oui, aussi, je m'en souviens. Quand sa mère est partie en abandonnant sa famille, avec le frère de Victor, quand son père s'est tué accidentellement, ou non, en moto, lui, Vincent, l'aîné, a courageusement élevé seul ses quatre frères et sœurs. Je revois sa sœur, la plus grande, dans la petite épicerie du quartier, compter ses sous un à un, dans la paume de sa main, après avoir fait les « commissions » de première nécessité, mais pas à crédit, non jamais à crédit.
Grand-père les a souvent aidés en leur faisant passer, discrètement, des légumes de son jardin et quelquefois un lapin ou un poulet de son petit élevage personnel... Notre seule viande ou presque.

Nous étions pourtant, nous-mêmes, tellement pauvres, avec sa seule et maigre retraite, mais le jardin, pompeusement appelé la campagne, qu'il cultivait, nous faisait presque entièrement vivre tous les quatre, Grand-père, Grand-mère, qui étaient les parents de notre mère, décédée à 28 ans.... Ils nous avaient recueillies, abandonnées par notre père, si vite remarié. Nous avions sept et cinq ans.
Nous avons grandi comme nous avons pu, sans mère, sans père, sans psychologue, sans argent mais avec beaucoup d'amour et de pudeur, en liberté, dans la rue, dans « la colline », un peu sauvages.

….C'est pourtant pas si vieux, ce temps-là, quand on nous apprenait que notre liberté s'arrête où commence celle des autres. Et le respect des autres, du bien des autres, à nous qui ne possédions rien, qui ne demandions rien et qui ne nous plaignions jamais.
Il n'était pourtant pas si éloigné du centre de la Ville, ce quartier appelé, je n'ai jamais su pourquoi « le Château », sans bus qui « montait » jusque là-haut, au nord de cette banlieue des quartiers Nord de Marseille. Ce quartier recroquevillé sur lui-même et ses habitants, situé à un point culminant de la ville avec une vue magnifique sur toute la rade, jusqu'à l'horizon, là-bas, au bout du ciel quand il se confond avec la mer, mais qui n'avait encore pas de tout-à-l'égout, il y a un demi-siècle. Pas de stade non plus, ni de terrain de foot, pas de centres sociaux, pas d'animateurs sociaux, même pas de médecin... Ce quartier qui ressemblait étrangement à un village de campagne mais on s'en échappait, nous, les jeunes, pour faire, à pied, les quelques kilomètres qui nous séparaient de la plage, de la mer.
Pourtant nous n'étions pas malheureux. Nous nous aimions. Mais à cette dure époque quand les enfants n'étaient pas encore des rois, on ne se le disait pas.
Puis la vie nous a séparées, après le décès de ceux qui nous avaient élevées... Nous avons continué la nôtre, chacune de notre côté, dans une autre région, un autre pays.
Au début de notre séparation et pendant des années, une visite, une lettre, une carte postale, des vœux pour une année nouvelle.... puis plus rien. La vie, la mort, les nombreux déménagements.

Le temps est maintenant venu de nous retrouver. Nous avons tellement encore de choses à nous dire, avant de nous revoir... toutes les deux :

Après dix ans de silence......




Sidonie............. 23 décembre 2016

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
5408 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 23 déc 2016 à 05:43 Citer     Aller en bas de page

"Et la vie sépare ceux qui s'aiment
Tout doucement
Sans faire de bruits..." Là : Les feuilles mortes
A se retrouver on redonne vie à ses fantômes. Voilà un joli conte de Noël.
Merci pour cette belle tranche de vie et joyeuses fêtes en famille.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 23 déc 2016 à 07:09 Citer     Aller en bas de page

Emouvant

Merci à toi !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 23 déc 2016 à 08:19 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Sidonie,
Je connais cette séparation dont vous parlez, sans pour le moment l'espoir d'y mettre fin...
Un récit émouvant , une belle écriture.
Amicalement

  Poésie, la vie entière
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15508 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 23 déc 2016 à 10:44 Citer     Aller en bas de page

Comme toujours chère Sidonie une écriture soignée et des mots qui sonnent vrai d'un vécu que beaucoup d'entre nous ont du vivre aussi...

Merci ma douce amie...

Alexandra

 
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 24 déc 2016 à 03:13 Citer     Aller en bas de page

Merci l'Oncle - ce n'est pas un conte, mais ça aurait pu -
Isabelle, Alex...

Jean-louis, suite à un événement la concernant, j'ai appris son immense solitude..... c'était facile de faire le premier pas...Fais-le ....

Je vous souhaite de très bonnes fêtes.....

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 26 déc 2016 à 05:10 Citer     Aller en bas de page


C'est exactement cela, Jiçé

Symbole, affection, mémoire.....

Merci

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
314 poèmes Liste
2719 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 28 déc 2016 à 07:46 Citer     Aller en bas de page

Exactement, chacun se replonge dans son passé, et voici le temps de se remémorer nos vies, nos amis, notre famille, nos chemins empruntés, un tour d'horizon quoi...

Sidonie merci pour cette épopée simplement racontée

Je suis ému de ta belle écriture


Je te souhaite une heureuse fin d'année, que la nouvelle te donne une plume aussi riche qu'aujourd'hui

J'espère bien te lire au sommet de la colline, et dégringoler de légèreté emporté par ta douce écriture aux mille aventures...


Je t'embrasse poétiquement



marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
5477 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 28 déc 2016 à 11:52 Citer     Aller en bas de page

Je me suis retrouvé dans tes mots, le destin des petites gens après la guerre c'était cela, le seul avantage que nous avions, le travail n'était pas rare et on pouvait se projeter dans l'avenir aujourd'hui ce n'est pas le cas et je me demande si ce n'est pas pire?

Amitiés

Yvon

  YD
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 28 déc 2016 à 12:52 Citer     Aller en bas de page

Marchepascal, je suis très touchée par ton commentaire, merci pour tes voeux, merci
J'ai mis longtemps avant de le faire, le premier pas, ...Je ne le regrette pas.

Yvon, de tous temps il y a eu des galères, peut être plus pour certains que d'autres, mais je crois à la volonté de vouloir s'en sortir...

Je vous souhaite une bonne fin d'année


  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
2957 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 3 jan 2017 à 17:58 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Sidonie
J'ai trouvé ma lecture fort agréable en parcourant Marseille à tes côtés.
Merci et bonne année
Cidnos

 
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 4 jan 2017 à 02:48
Modifié:  9 jan 2017 à 03:22 par Sidonie
Citer     Aller en bas de page

[url=[/URL]][/url]

L'Estaque peint par Cézanne


Merci Cidnos... Cézanne a immortalisé le quartier de ma jeunesse

Je vous souhaite à tous le meilleur pour 2017

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 930
Réponses: 11
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0773] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.