Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 790
Invisible : 0
Total : 790
13137 membres inscrits

Montréal: 6 avr 23:05:26
Paris: 7 avr 05:05:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Cahier de vacances : Une nouvelle pour l'été (2009) :: Interprétons Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 2 sept 2009 à 05:19
Modifié:  2 sept 2009 à 05:44 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

L’ombre des arbres défile de chaque côté. La lune éclaire la nuit d’une lumière blême, maladive. Il y a du vent peut-être car les feuilles mortes volent, tourbillonnent avant de retomber brutalement sur le bitume. Tout est nimbé dans une sorte de ouate asphyxiante.

Je n’entends plus rien. Je ne vois plus rien. Je ne sens plus rien. A peine, les larmes qui glissent le long de mes joues. A peine, les virages, à peine les crissements des pneus tentant tant bien que mal d’accrocher à la route.

Dans le flou de mes pupilles, des flashes bleus commencent à clignoter. Je me rappelle avoir souri. J’entends le chant de sirènes. Ça veut dire que je n’étais pas loin de mon terminus.

Ma tête commence à tourner… Mon corps aussi… Les lumières se mélangent… Les images défilent… A l’envers et à l’endroit…
Qu’ai-je fait ? Pourquoi ? Pour toi je crois, je me souviens juste de ta main. Tu m’avais juré de m’attendre, que l’on partirait ensemble, que notre histoire ne se terminerait pas en un solo. Mais tu n’en as fait qu’à ta tête. Comme d’habitude.
Mardi 24 août, je te vois encore dans la cuisine. Chantonnant cet air qui te va si bien, ce doux refrain « je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai ». Comme si depuis longtemps, tu avais prévu ce départ, comme si tu savais que cet air serait le seul à m’accompagner.

C’est d’ailleurs grâce à lui que nous nous sommes rencontrés. Je me souviens encore de ce petit lycée de province. Tu étais en train de pleurer, ta mère venait de quitter ce monde. Un simple accident de voiture m’as-tu dit. Tu voulais me montrer que tu n’étais point faible, que tu saurais te débrouiller mais mon épaule fut ton salut. Je me souviens encore de ton visage empli de larmes ce matin là. Je me sentais vraiment mal, je ne savais que dire. Alors j’ai chanté. Point de mot, juste une musique. Tu as reconnu, cela t’a fait sourire, tu m’as embrassé.

Depuis ce temps là tu ne cessais de me répéter qu’il était notre hymne, notre compteur. Que sans lui, qui sait, nous ne serions peut être pas là, nous ne compterions peut-être pas pour 2. Toi et tes philosophies, qu’importe les sujets, qu’importe ce qu’elles disaient, je les buvais d’un trait.
Mais voilà, en ce mardi 24 août, ta mélodie se fit étouffée et je te vis tomber, abandonnant le ciel pour te retrouver face contre terre. J’eus beau courir pour te rattraper, tu avais déjà perdu connaissance.
Les médecins m’ont dit que c’était mieux ainsi, que tu commençais déjà à ne plus te rappeler de moi, de nous. Qu’Alzheimer t’emportait doucement et que dans quelques mois tu aurais eu peur de moi. Mais qu’est-ce qu’ils en savent ces médecins. Mais ces semaines que nous laissaient Alzheimer, c’était encore du temps, des souvenirs, une vie, notre vie, ma vie, mon espoir. Moi je les aurais voulus ces moments en plus qu’importe les souffrances que cela aurait engendré. J’aurais encore vécu avec toi. Avec ton corps. Toi simplement.
Mais non, la vie en a décidé autrement. Cette hémorragie t’a rongée et t’a prise sans laisser un brin d’espoir. Ils m’ont dit que tu n’as pas souffert. Mais qu’est-ce qu’ils en savent. Tu savais souffrir en silence et s’il faut je n’ai rien vu. Pourquoi as-tu voulu jouer cet acte en solo ?

Tu ne nous as même pas laissé d’enfant. Comment dois-je vivre ? Après avoir connu le bonheur, je dois vivre au rythme de la solitude ? Est-ce cela que tu veux ?
Tu n’en fais qu’à ta tête et moi ? je n’ai pas mon mot à dire ? Je fais partie de ta vie non ? Par moment j’en viens à te haïr de n’avoir pas pensé à ce que tu faisais. Tu agis sans réfléchir. Je t’en veux tu ne m’as laissé que les « je t’aimais, je t’aime……. »
Ma tête commence à tourner… Mon corps aussi… Les lumières se mélangent… Les images défilent… A l’envers et à l’endroit…

Nous sommes le 28 août, je n’en peux plus, je ne peux plus. Je m’appelle François et je n’ai plus la force de vivre. Ma chère Suzie est partie à 78 ans et moi du haut de mes 80 ans je vais m’arrêter là. Merci à la vie. Juste pour nous mais ma tendre amie, je m’arrête là, je vais retrouver la compagne que tu m’as tendrement présentée. Adieu….


Faits divers du 29 aout :
Un homme âgé de 80 ans s’est éteint dans la nuit de samedi à dimanche dans la rue de Saint marie à Toulouse. Les autorités et pompiers sont arrivés sur les lieux et ont constaté sa mort. D’après leurs analyses, la personne âgée serait partie de ce monde sans souffrir. Que cette âme repose en paix.



Si j’ai souffert……


Angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20742 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 2 sept 2009 à 12:36 Citer     Aller en bas de page

Aie...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Aeshne

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
2871 commentaires
Membre depuis
22 mars 2008
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 3 sept 2009 à 12:40 Citer     Aller en bas de page

...
Que dire de plus qu'Eriune ? .....

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
660 poèmes Liste
18608 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
5 avril
  Publié: 4 sept 2009 à 15:09 Citer     Aller en bas de page

C'est bien équilibré... J'aurais bien voulu en savoir un peu plus sur sa vie à ce monsieur... Un peu court...

Mais bien...

Merci.

Amitiés
Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9815 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
30 mars
  Publié: 14 sept 2009 à 09:49 Citer     Aller en bas de page

angetine au sol

Que dire oui comme mes précédant commentateurs, que c'est triste

Et une autre chanson de ce beau poète Cabrel "C'est écrit"

Très émouvant

Merci à toi de ce partage

Sélénaé

 
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 14 sept 2009 à 14:51 Citer     Aller en bas de page

Eriune toi?
j'espère pas! je ne voulais pas!
désolé mais en même temps il a eu une belle vie ce monsieur!!!

Crépuscule toi aussi? et bien je ne pensais pas faire autant impact!

Tilou8897 oui mais lui n'avait plus le temps, c'est pour cela, il en avait assez, il voulait partir!
en tout cas merci d'être passé!!


CHRIS_CHARMEUR oui voilà c'est tout à fait ça!
merci beaucoup!

Sélénaé (La Lionne) je n'y pensais même pas et maintenant que tu me le dis! effectivement!
en tout cas merci d'être passé!
vraiment


amitié tendre à tous
Angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 14 sept 2009 à 17:00 Citer     Aller en bas de page

merci je ne sais que dire face à tes mots surtout venant de toi


merci

amitié tendre
angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1524
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0329] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.