Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 124
Invisible : 0
Total : 124
13100 membres inscrits

Montréal: 12 nov 00:40:37
Paris: 12 nov 06:40:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Maternité du douze décembre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
460 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 11 déc 2016 à 13:50
Modifié:  11 déc 2016 à 15:21 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Il y a quarante deux ans, j'entrais à la maternité
pour passer la nuit dans le couloir.
Pourtant ta naissance était bien prévue pour le DOUZE...
Six heures du matin te voilà enfin sortie de moi
Quel bonheur !!!
J'attendais ce moment là depuis l'âge de mes quinze ans
où quand j'avais été voir une voisine à la maternité
ça avait été comme une révélation pour moi...
être mère... faire n'importe quoi de ma vie,
mais être mère, même sans père !
Serrer un enfant dans mes bras,
rien ne pouvait être le plus beau cadeau
que la vie pouvait me faire...
Le téléphone sonne...
c'est ton papa qui vient aux nouvelles...
il me dit "alors c'est quoi ?"
je lui réponds... "une fille" il me dit "oh merde" !
et il raccroche... il voulait un garçon...
Voilà ma poupette ton entrée bénite dans ma vie !
Mais aujourd'hui pas de gâteau...
pas de bougies...
Juste des pleurs sur les pétales de fleurs
devant ta tombe encore si fraîche
DUR de te DIRE Bon ANNiVERSAiRE ma tite Chérie
Tu ne seras plus jamais là pour aucun autre anniversaire
et j'ai le coeur en lambeaux...
ma vie qui part à la dérive
Apprendre à vivre sans toi
y arriverai-je ????
je ne sais pas, c'est si difficile
imaginer ne plus te voir,
ni entendre ton rire...
ta voix, plus rien de toi
Comment imaginer cela ???
Je ne sais pas !!!
JE NE SAIS PAS...
©annie... ninette195Ձ

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
3443 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 11 déc 2016 à 14:10 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Ninette ;

Terrible !

Courage...


  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
4019 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
2 novembre
  Publié: 11 déc 2016 à 14:22 Citer     Aller en bas de page

Il n'y a pas de mot pour consoler une mère orpheline de son enfant....

Elle est là, en chacun de tes mots.



Myo

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15720 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 12 déc 2016 à 10:12 Citer     Aller en bas de page


  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 470
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0789] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.