Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 40
13016 membres inscrits

Montréal: 16 nov 23:58:26
Paris: 17 nov 05:58:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: La Corrida Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
265 poèmes Liste
4507 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 15 sept 2016 à 11:44 Citer     Aller en bas de page

La corrida

Nous sommes en novembre, c’est une journée d’automne sans gelée mais fraîche. En soirée peut-être même un peu de pluie viendra mouiller les blés d’hiver semés après les moissons. Un soleil bas masqué en partie par un ciel changeant, donne une clarté laiteuse à la campagne.

Des aboiements de chiens, des moteurs qui pétaradent, des voix fortes qui s’interpellent me font sortir… Des attelages modernes : Automobiles et remorques à chiens en caravane passent sur le chemin. Ils se dirigent vers un petit bois au sud de ma demeure.
C’est une tâche noire sur l’horizon, elle m’apparaît bien triste en cette saison. Le couvert feuillu a perdu ses jolies couleurs d’automne, les arbres ont revêtu leurs habits de deuil, les fourrés touffus regorgent d’humidité et la faune qui y vit, peine à trouver des refuges et de la nourriture suffisants pour affronter l’hiver naissant.

Des chasseurs ! Comme si la mauvaise saison ne suffisait pas à la faune locale : La guerre vient de lui être déclarée.

Bardé de leur gilet fluo, le fusil arrogant, les voici qui cernent le bosquet. Un faux homme de Cro-Magnon posté tous les 25 mètres, la corrida peut commencer. Comme dans une arène, il n’y a pas d’issue pour le renard, le sanglier ou le chevreuil. Les verrous de la liberté ont été tirés !
Des coups de feu claquent, je sais que les matamores en toute bonne conscience ont assassiné la vie.

Des vers de THIERRY MARICOURT (1960) me reviennent à l’esprit

Un coup de feu
Deux coups de feu
Trois coups de feux

Se plaindre à toutes griffes
A toutes dents
A toutes peurs

Des pièges, des pièges
Pattes blanches
Pattes rouge sang

S’envoler
Galoper
Simplement s’enfuir

Il me plaît de penser, que les balles de leurs coups de "fuzique" se sont perdues dans l’écho de la plaine et que le renard, le sanglier ou le chevreuil a pu simplement s’enfuir.

  YD
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
410 poèmes Liste
21115 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 15 sept 2016 à 13:03 Citer     Aller en bas de page

Un très beau récit que je partage et il y aurait beaucoup à dire , les chasses à courre en particulier.
De très belles images au début du texte.
Les animaux n'ont plus de territoire et c'est si facile de les piéger.
Comme les taureaux dans une arène, sont à moitié drogués.
A l'heure où on lutte contre bien des violences, celles gratuites pour soit disant parler d'art, ne sont que pour le fric.
A mettre sans doute dans la rubrique opinion, mais le début de ton poème est fort joli
Bises amicales YD
Les rambos sont lâchés attention...Chaque année il y a de multiples accidents.

  OM
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars
  Publié: 16 sept 2016 à 02:15 Citer     Aller en bas de page

Je partage bien sûr ton point de vue.. Chasser, comment peut-on encore chasser et soi-disant préserver la nature ?
Les chasseurs, je les ai vus et entendus surtout, de près dans le Luberon... "Heureusement qu'ils sont là, parait-il, pour équilibrer la faune"...
Et à la question qu'on me posait quelquefois : Vous ne mangez pas de viande ? .. J'en mange très peu et pas de celle-ci...

Un texte bien écrit. Je ne connaissais pas ces vers de Thierry Maricourt, courts, concis mais qui nous parlent tellement bien.

Merci

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
136 poèmes Liste
3397 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 16 sept 2016 à 03:29 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Yvon,
Bravo à toi pour ce beau texte court et dense qui, bien plus qu'un long rapport, nous montre les méfaits de la chasse à tout va.
Amitiés et partage

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
josette


la vie est une belle rose qui s'épanouit lentement
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
642 poèmes Liste
4125 commentaires
Membre depuis
20 février 2010
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 16 sept 2016 à 07:25 Citer     Aller en bas de page

superbe et poignant récit, sur les ravages de la chasse. mes pensées rejoignent les tiennes YVON, car j'adore la nature et les animaux, et suis indignée de voir le sort qui leur est réservé en ces beaux jours d'automne!

merci pour ce remarquable et talentueux partage,

délicieuse journée,

sincères amitiés,

Josette



 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
265 poèmes Liste
4507 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 17 sept 2016 à 07:50 Citer     Aller en bas de page

Ode, Sidonie, Jean Louis, Josette

Merci, il vrai que la faune doit être régulée, mais je n'indigne toujours de la chasse qui ne laisse pas une petite porte de sortie à l'animal traqué. pour la chasse que je décris c'est plus de l'abattoir que de la chasse, lorsqu'ils cernent un bois l'animal ne peut s'échapper, la partie de chasse est très rapide une petite heure à peine un ou deux coups de feu un coup de corne pour dire aux participants que la chasse est terminée, chacun remonte dans sa voiture et tous se dispersent... quel plaisir!!!

Amitiés

Yvon

  YD
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
130 poèmes Liste
3074 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 18 sept 2016 à 12:52
Modifié:  18 sept 2016 à 13:23 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Je ne peux que , Yvon...je développe pas, ce serait trop long...; _). Ms ça fait un bail que la régulation ne se fait plus, parce que l'Homme a déglingué tte la chaîne naturelle en abattant les prédateurs. Pr les "chasseurs-cueilleurs", c'était une question de survie. Je vois pas l'intérêt de traquer un renard -allusion à la chasse à courre qui n'est qu'une curée sanglante pr le "plaisir" sans risques de quelques précieu(ses)x ridicules en habits rouges. Et arguer la "tradition" pr ces "jeux" là -dem pr la corrida-, je dis "non !" surtt dans une société de surconsommation...qui détruit l'équilibre et la beauté. Pis c'est lâche....f'in bref, je stoppe là ^^...

Amitiés....
Riaga....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
265 poèmes Liste
4507 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 22 sept 2016 à 07:35 Citer     Aller en bas de page

Riaga

merci pour ton passage sur mes lignes toujours apprécié

Amitiés

Yvon

  YD
Brin d'harmonie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
427 commentaires
Membre depuis
15 juin 2017
Dernière connexion
30 juillet
  Publié: 28 août 2017 à 07:53 Citer     Aller en bas de page

Le ridicule peut en effet tuer, mais pas toujours ceux qu'on croit.

Ces hommes en recherche d'une gloire, quitte à tuer l'innocence, mais de quel cœur sont-ils faits ? Un souci de virilité ?
Rien ne justifie...
Merci pour mère Nature Yvon, merci de mettre en exergue le niveau d'égocentrisme et de non-empathie de ces ...

Amicalement à toi.

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
265 poèmes Liste
4507 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 29 août 2017 à 10:16 Citer     Aller en bas de page

Brin d'harmonie

Heureux que ce texte t'a intéressé

Amicalement

Yvon

  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 598
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Parodie prétentieuse de la tirade de Cyrano (Loufoques)
Auteur : SélénaéLaLouveFéline
Prenez-soin du feu qui brûle (Tristes)
Auteur : MonCielEstCrypté
Son et cuisine (Loufoques)
Auteur : Pieds-enVERS
Inspire-moi (Amour)
Auteur : Lilania
Et je voulais aimer ... (Amour)
Auteur : Maschoune
Pour le reflet de ton âme (Amour)
Auteur : Galatea belga
Il attendait le bus (Tristes)
Auteur : QUOIQOUIJE
Godzilla ou ma minute de perfidie. (Loufoques)
Auteur : Adamantine
Du bleu, bon dieu ! (Autres)
Auteur : Jeanne
Le chemin du deuil (Tristes)
Auteur : ladysatin
complètement fauchée (Autres)
Auteur : rimarien
Un an glisse vers la courbe de l'eternité (Amour)
Auteur : Galatea belga
une girafe pas complètement hase (Loufoques)
Auteur : rimarien
Un café? (Tristes)
Auteur : Xenia
Nuit d'orage sur l'étang (Autres)
Auteur : Vénusia

 

 
Cette page a été générée en [0,0379] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.