Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 204
Invisible : 0
Total : 207
· Poex · dreampop
Équipe de gestion
· Allantvers
13159 membres inscrits

Montréal: 26 mai 15:50:06
Paris: 26 mai 21:50:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Je ne t’ai pas (sonnet) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22542 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 2 sept 2016 à 10:19 Citer     Aller en bas de page




Je ne t’ai pas dit ce poème
Il est trop acre ou trop amer,
J’ai dans la bouche un goût de fer,
Tu n’aimes que le sucre et la crème.

Tes mots d’amour ne coulent plus
Jusqu’à mon cœur ; ces relents fades,
À l’arrière-goût de rebuffades,
Ne m’ont pas nourrie, mais déplu.

Je préférais tes serrements
Et tes baisers à tes serments,
L’amour qui n’est pas fait est vain.

J’irai ailleurs donner ma messe
De chair et non de ces promesses
Qui ne me sont ni pain, ni vin.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Naej  Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3770 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
25 février
  Publié: 2 sept 2016 à 10:31 Citer     Aller en bas de page

Serais-tu victime d'une indigestion ou peut être d'une anorexie amoureuse ! ?

En tout cas ton texte ne m'est pas indigeste et je reviendrai au "restaurant de tes mots" avec un plaisir gourmand...

Amicalement
Naej

  Carpe diem...
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22542 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 2 sept 2016 à 10:37 Citer     Aller en bas de page

Citation de Naej
Serais-tu victime d'une indigestion ou peut être d'une anorexie amoureuse ! ?

En tout cas ton texte ne m'est pas indigeste et je reviendrai au "restaurant de tes mots" avec un plaisir gourmand...

Amicalement
Naej



Avec plaisir, le service fonctionne en continu.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16331 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 2 sept 2016 à 11:14 Citer     Aller en bas de page

très plaisante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22542 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 2 sept 2016 à 11:23 Citer     Aller en bas de page

Citation de mido ben
très plaisante lecture



Oui, si tu n'es pas le destinataire !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
441 poèmes Liste
14047 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 2 sept 2016 à 14:49 Citer     Aller en bas de page

Il devrait le lire pourtant. Les mots tus tuent.

 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
117 poèmes Liste
3468 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 3 sept 2016 à 06:24
Modifié:  3 sept 2016 à 06:25 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,

J'adore ton poème.

Une amertume brillamment exprimée !

La fin m'a impressionné.

A bientôt

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12248 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 3 sept 2016 à 06:34 Citer     Aller en bas de page

C'est très bien dit et bien envoyé

Merci à toi

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
482 poèmes Liste
22855 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 3 sept 2016 à 10:01 Citer     Aller en bas de page

" Qui ne me sont ni pain, ni vin "
Alors tu pourrais dire " Et tes baisers à tes " sarments " Je plaisante, mais j'ai aimé ce poème.
Toujours fidèle à tes sentiments sincères et beaux
Bises AUDE
ODE 31 - 17

  OM
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
379 poèmes Liste
4063 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 4 sept 2016 à 02:04 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,
la messe est dite pour ce messire.
Bises
Pichardin

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22542 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 4 sept 2016 à 08:55 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Il devrait le lire pourtant. Les mots tus tuent.



Mais les mots dits sont…

Citation de Poète Masqué
Bonjour Aude,

J'adore ton poème.

Une amertume brillamment exprimée !

La fin m'a impressionné.

A bientôt



Merci

Citation de Maschoune
C'est très bien dit et bien envoyé

Merci à toi



Ben non, justement je ne l'ai pas envoyé. Je me méfie de ma spontanéité.

Citation de Ode3117
" Qui ne me sont ni pain, ni vin "
Alors tu pourrais dire " Et tes baisers à tes " sarments " Je plaisante, mais j'ai aimé ce poème.
Toujours fidèle à tes sentiments sincères et beaux
Bises AUDE
ODE 31 - 17



Cep pas bête ! Bisous Ode

Citation de Pichardin
Bonjour Aude,
la messe est dite pour ce messire.
Bises
Pichardin



Ite missa est. Jusqu'à dimanche prochain.
Merci Pichardin

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Idem


C'est beau un arbre dans un cimetière : on dirait un cercueil qui pousse
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
2032 commentaires
Membre depuis
19 juin 2002
Dernière connexion
31 décembre 2019
  Publié: 7 sept 2016 à 10:07 Citer     Aller en bas de page

Amen !

  Ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 994
Réponses: 11
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Joli ruisseau (Autres)
Auteur : vivalavie
Fuori dai Gangheri (Tristes)
Auteur : Galatea belga
(Autres)
Auteur :
Le critique (Autres)
Auteur : Naej
Des Mots dans un Tableau (Autres)
Auteur : Lamarlaine

 

 
Cette page a été générée en [0,0972] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.