Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 29
Invisible : 0
Total : 30
· Jean-Louis
13069 membres inscrits

Montréal: 21 mai 12:59:14
Paris: 21 mai 18:59:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: In Repair Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 30 juin 2016 à 14:22
Modifié:  1er juil 2016 à 13:15 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page


In Repair*




Certains moments sont des passages
Tu m’ostracises et je m’éloigne,
Je n’enverrai pas ce message.

Léchant mes plaies pour ma défense
Comme un animal qui se soigne,
Moins je t’en dis et plus j’en pense.

Me négliger est un impair
Appelons ça « convalescence »
Tu n’en sais rien, mais tu me perds.



* En réparation



  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
229 poèmes Liste
15271 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 30 juin 2016 à 17:46 Citer     Aller en bas de page

un bel écris

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 1er juil 2016 à 04:00 Citer     Aller en bas de page

Citation de Tristanic
Six cents... qui peuvent mériter un satisfecit et une mention !

Je n'irai pas lire les cinq cents et quelques précédents, mais je sais que celui-ci est un sommet...
La construction est soignée, originale, et particulièrement.. émotive !

Je te souhaite le meilleur dans cette voie, mais tu as un potentiel énorme !



Merci pour tes encouragements Tristanic, dommage que tu ne lise pas les autres, mais je comprends... ça fait beaucoup.

Citation de Mido Ben
un bel écris



Mercit

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aalis


Qu'importe la manière pourvu qu'on ait l'orgasme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
113 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
7 juin 2014
Dernière connexion
1er février
  Publié: 1er juil 2016 à 07:53 Citer     Aller en bas de page

Je n'aime pas les poèmes tristes, pour diverses raisons.
C'est une rubrique dont j'ouvre rarement la porte.
Mais j'ai bien aimé le tien

Bien à toi
Aalis

  Mes définitions: Salope: Don Juan au féminin - Erotisme: Parfum discret du porno - X: Côté pile de la moralité - Hymen: Soi-disant lys (À jeter aux bigots)
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 1er juil 2016 à 13:29 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aalis
Je n'aime pas les poèmes tristes, pour diverses raisons.
C'est une rubrique dont j'ouvre rarement la porte.
Mais j'ai bien aimé le tien

Bien à toi
Aalis



Il n'est pas vraiment triste et moi non plus j'aime pas lire les plaintes des autres. Merci d'avoir poussé la porte

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
347 poèmes Liste
3597 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 2 juil 2016 à 02:17 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,
Quand l'impair l'autre ne gagne pas non plus.
Et puis ouvrir le parapluie pour se protéger de l'orage qui couve, ça aussi c'est un sacré imper.
Bises
Pichardin

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 2 juil 2016 à 03:24 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pichardin
Bonjour Aude,
Quand l'impair l'autre ne gagne pas non plus.
Et puis ouvrir le parapluie pour se protéger de l'orage qui couve, ça aussi c'est un sacré imper.
Bises
Pichardin



Merci de ta lecture mon Pichardin

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
21615 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 4 juil 2016 à 11:58 Citer     Aller en bas de page

"Moins je t'en dis et plus j'en pense "
J'aime cet écrit un peu mystérieux et c'est ce qui fait son charme.
En ce qui me concerne moi je pourrais dire " Moins je t'en dis et plus j'en panse" Parfois les blessures sont silencieuses, mais il faut les soigner
Biz ODE 31 - 17

  OM
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 4 juil 2016 à 14:08 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
"Moins je t'en dis et plus j'en pense "
J'aime cet écrit un peu mystérieux et c'est ce qui fait son charme.
En ce qui me concerne moi je pourrais dire " Moins je t'en dis et plus j'en panse" Parfois les blessures sont silencieuses, mais il faut les soigner
Biz ODE 31 - 17



Quand tes jeux de mots prennent des tournures psychanalytiques !
Tu es adorable et clairvoyante ma chère.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
2682 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 8 juil 2016 à 07:39 Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé ces quelques phrases incisives.
Le tout possède beaucoup de caractère.
Bonne journée
Cidnos

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 8 juil 2016 à 11:31 Citer     Aller en bas de page

Citation de Cidnos
J'ai bien aimé ces quelques phrases incisives.
Le tout possède beaucoup de caractère.
Bonne journée
Cidnos



Merci Cidnos.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
279 poèmes Liste
4863 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 9 juil 2016 à 08:48 Citer     Aller en bas de page

Rien ne nous rend si grands, qu'une grande douleur... ton poème m'a renvoyé au thème du prochain éphémère. dans route chose il faut savoir garder sa dignité, sans problème, car je sais que la force est en toi

Yvon

  YD
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 9 juil 2016 à 17:42 Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
Rien ne nous rend si grands, qu'une grande douleur... ton poème m'a renvoyé au thème du prochain éphémère. dans toute chose il faut savoir garder sa dignité, sans problème, car je sais que la force est en toi

Yvon



Les grandes douleurs sont à venir, pour l'instant ce ne sont qu'égratignures.
Que la force soit en moi, comme tu le dis gentiment.
Bises Y.D.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
375 poèmes Liste
1252 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 10 juil 2016 à 06:26 Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé tes mots.
Le texte est court mais efficace.
Bravo!

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 10 juil 2016 à 07:03 Citer     Aller en bas de page

Citation de ***Cocci***
J'ai aimé tes mots.
Le texte est court mais efficace.
Bravo!



Merci Cocci, je cois qu'on peut dire beaucoup en peu de mots.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 792
Réponses: 14
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

L'intransigeant (Autres)
Auteur : RiagalenArtem
Un Rat enrobé (fable) (Autres)
Auteur : josette
Trois vers sur un tableau... (Tristes)
Auteur : pyc
Mon Apprenti Boucher (Amour)
Auteur : La Brune Colombe
Pourquoi, m'empoisonnez-vous la Vie ? (Autres)
Auteur : KYRICE
Le poids de son silence (Tristes)
Auteur : Maschoune
L'hiver et le clochard(sextine) (Tristes)
Auteur : Vénusia
Un crayon de soleil (Tristes)
Auteur : Aude Doiderose
Elle et lui (Autres)
Auteur : Pichardin
Mélancolie automnale (Tristes)
Auteur : Vénusia
La mort du saule (Autres)
Auteur : Vénusia
Ouroboros (Tristes)
Auteur : Bombadil
Le souffle-douleur (Tristes)
Auteur : Aude Doiderose
Elle, mon île (Autres)
Auteur : Rousselaure
Solfège  (Amour)
Auteur : fleurdelune

 

 
Cette page a été générée en [0,0530] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.