Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 8
13121 membres inscrits

Montréal: 19 nov 22:40:46
Paris: 20 nov 04:40:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Un Fou DerriÈre De Hauts Murs Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
460 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 3 mai 2016 à 05:29
Modifié:  30 mai 2016 à 05:46 par ❀ninette1952
Citer     Aller en bas de page

UN FOU DERRIÈRE LES MURS

Un fou était dans la maison
sans qu'on ne le sache
il avait fermé sur elle une prison
Je le savais lâche
mais il cachait son jeu
se croyant heureux...
Un alcoolique vivait sous son toit
cachait son addiction
mais si j'avais su toutes ses raisons
Qu'aurais- je pu dire contre lui
Il ne voulait plus me voir
car je voyais bien en lui
et je gardais quand même l'espoir
Qu'elle se réveille enfin
et ce jour est arrivé
ce jour tant attendu
où elle ne l'aimait plus...
Ne voulant pas revenir dans sa geôle
il préféra lui retirer la vie
et pour éviter tous ces regards
il est parti aussi...
Fini de jouer son rôle
Tout le monde allait savoir la vérité
Derrière ces grands murs
La vérité allait éclater au grand jour
Une banale histoire d'amour
qui finit en drame
et l'on entend ce murmure
"Oh comme il l'a aimée cette femme"
Alors j'ai mal oui j'ai mal
Un mois de bonheur avec elle
c'est tout ce qui me reste
Aujourd'hui juste un cri un râle
et je sens encore sur moi son dernier geste
ses bras autour de moi
se laissant câliner pour une fois
ne sachant pas que c'était ma dernière joie ...

©annie...ninette1952

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 693
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0281] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.