Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 43
Invisible : 0
Total : 45
· Flora Lynn
Équipe de gestion
· In Poésie
13110 membres inscrits

Montréal: 14 nov 16:25:56
Paris: 14 nov 22:25:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Elles Deux... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
460 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 13 mars 2016 à 14:02
Modifié:  6 juin 2016 à 09:45 par ❀ninette1952
Citer     Aller en bas de page

ELLES DEUX...
Elles étaient là me parlant
Pendant que mes pensées vagabondaient
Elles m'embrassaient et tout en chantant
à mon cou se pendaient...
Elles offraient un baiser furtif
La tête tournée le soir vers les étoiles
Toute pleine de mots doux vers le ciel
Elles lançaient un regard affectif...
Elles étaient jeunes et belles et tendres aussi
Près de moi et ma vie était douce mais douloureuse !!!
Elles ne savaient mon chagrin
je le cachais dans un coin de mon grenier
avec des tiroirs que je n'ouvrais plus...
Elles se moquaient de moi gentiment
riaient aux éclats simplement...
Elles arrivaient brusquement dans mon destin
pour m'offrir une nouvelle vie...
Des moments tumultueux et chaleureux
Elles réagissaient bizarrement sans plus
et je m'en accommodais malgré mon chagrin...
Elles s'épanouissaient pourtant à mes côtés
Pourquoi sont-elles parties ???
Elles me manquent toutes les deux
quand je repense à nos jeux !!!
Nos ébats chahuteurs sur le grand lit de l'amour...
Elles sont parties emportant mes larmes
ma joie et je reste seule avec mes états d'âme...
Même si elles sont mes petites-filles pour toujours
Elles ne me fêteront pas aujourd'hui
ne me sauteront plus au cou désormais
Elles ne me diront plus jamais
"Mamie je t'aime
tu es la meilleure mamie du monde
entre dans notre ronde
Chantant je t'aime... je t'aime"
Elles étaient mon rayon de soleil !!!
Elles étaient mon rayon de soleil...


©Aηηie-ηiηette195Ձ

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 421
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0201] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.