Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 186
Invisible : 0
Total : 186
13167 membres inscrits

Montréal: 1er juin 00:39:58
Paris: 1er juin 06:39:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Suicide Boulevard Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 23 avr 2015 à 07:40
Modifié:  3 avr 2016 à 13:31 par Eylork
Citer     Aller en bas de page

Suicide Boulevard

Pourquoi tu t’en vas
Tout au fond là-bas
De cette rue-là

Les talons en pleurs
Fuyant mon bonheur
Créant mon malheur

Je n’ai pas voulu
Cet amour qui tue
Tes rêves déçus

J’voulais une histoire
L’histoire sans histoire
Pas broyer du noir

Pourquoi tu t’en vas
Sous la pluie qui bat
Vers le pont de l’Alma

Je te suis de loin
Je te crie « Reviens »
Mais tu n’entends rien

Puis ta robe vole
Comme une valse folle
Pour un dernier vol

Et la nuit se forme
Comme le dernier tome
D’un livre fantôme

Pourquoi t’es partie
Vers ce paradis
Sans avoir rien dit

Cette nuit qui te prend
Cette nuit qui me ment
Ah si seulement

Je t’avais parlé
Au lieu d’ignorer
Tous tes maux secrets

Maintenant la Seine
Coule dans mes veines
Comme autant de haine

Et je m’en vais seul
Boulevard des sales gueules
Hurler…
Et crever.

Thierry
20 avril 2015

 
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
3660 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 23 avr 2015 à 07:49 Citer     Aller en bas de page

Poignant.
Le manque, l'absence de l'autre... comme tes mots me parlent.
Amitiés.
Emme

  la vida son dos dias...vivelos !
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 23 avr 2015 à 16:28 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Ashimati,

Merci pour le partage de tes émotions
Très émouvant !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Mai Bee


Toujours la vie nous rebalance, le poids des maux que l'on ne panse...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
394 commentaires
Membre depuis
21 février 2015
Dernière connexion
15 mai 2017
  Publié: 24 avr 2015 à 06:03 Citer     Aller en bas de page

Terriblement humain, et ça pique où ça fait mal...
Une écriture sans compromis qui remue les tripes.
Merci Ashimati
Mai Bee

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 7 mai 2015 à 20:27 Citer     Aller en bas de page

Un écrit bouleversant...C'est vraiment beau Ashimati, fort, intense...

Amitiés
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9820 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 24 mai 2015 à 20:49 Citer     Aller en bas de page

Ashimati,

Toujours autant de charme dans cette écriture

Sélénaé Amitiés

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 25 mai 2015 à 21:59 Citer     Aller en bas de page

Un grand merci à tous d'être passé par ici
Amitiés et bises

 
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
11 juin 2019
  Publié: 13 juin 2015 à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Les vers courts et le rythme du poème restituent bien l'impression d'une marche haletante sur un boulevard, avec une profusion d'images et de mots qui jaillissent....
Un bel accord entre fond et forme en somme.
Amitiés
Jeanne

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 13 juin 2015 à 23:03 Citer     Aller en bas de page

Merci Jeanne, j'apprécie
Amitiés
Thierry

 
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
2345 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 5 avr 2016 à 04:31 Citer     Aller en bas de page

Sans mots, tout est si fort....

amitié

Saldday

  Nous sommes le temps qui nous reste.
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 6 avr 2016 à 11:22 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup

 
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
462 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 19 mai 2016 à 14:10 Citer     Aller en bas de page

Oui beau et sombre

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 19 mai 2016 à 19:27 Citer     Aller en bas de page

merci à toi

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1787
Réponses: 12
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2015
Décerné le 3 avril 2016
7e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0598] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.