Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 462
Invisible : 0
Total : 464
· Wilhelm · Enjoyment
13204 membres inscrits

Montréal: 28 jan 10:36:47
Paris: 28 jan 16:36:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Innocence perdue Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ikaro


Et j'y crois dur comme fer / C'est au bout du rouleau que j'échouerai sur de belles plages
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
15 septembre 2011
Dernière connexion
12 décembre 2020
  Publié: 16 jan 2014 à 17:15
Modifié:  18 mars 2014 à 17:54 par Ikaro
Citer     Aller en bas de page


De la haine dans les prunelles
Alors je baisse les yeux
Dans l’esprit des pensées opinels
Alors je me fais silencieux
Torse nue sous la grêle
Des envies de foutre le feu
En regardant ce foutu ciel
Qui m’a fendu les ailes en deux
Un restant d’force de déporté
Ma douleur sur la feuille j’excrète
Un ciel noir trop lourd à porter
Risquant de s’écraser sur tout mon être
Plus envie de faire la fête
Lorsque l’âme ne fait que sombrer
A mes maux j’écris des lettres
Simplement pour ne pas finir timbrer
L’inspiration de poète
Me permet d’expirer chaque meurtrissure
Etonné de ne pas perdre la tête
En moi il peut y avoir tant de fissures
Mais je ne veux pas de vos louanges
Dans l’ombre je gravis les plus hauts monts
Et certains me prennent pour un ange
S’ils savaient comme je lutte contre mes démons
Ne pas me défoncer à la picole
Lorsque les peines se font trop grosses
Toujours ramener les meilleures notes de l’école
Car celles de ma vie sont fausses
Et il n’existe pire solitude
Que celle ressentie entouré
Comment atteindre la plénitude
Loin de l’âme sœur tant désirée
Mon cœur une terre infertile
Personne pour la labourer
J’aimerais tant la trouver cette fille
Capable de m’énamourer
Que face à elle je me dénude
Sans être complètement bourré
Qu’elle me libère de ma servitude
Porter un fardeau à m’en écrouler
Et puis ce monde me dégoûte
Pour du papier regarde-les qui se couchent
L’humanité le cul rempli de foutre
N’ont de couilles que dans leur bouche
Je n’me reconnais qu’en si peu de gens
J’aimerais tant trouver mon âme sœur
Qu’elle soit le pieu de tous ces suceurs de sang
Le soleil blanc de mes noires langueurs
Si dur de garder les pieds sur Terre
Lorsque l’on souhaiterait être sur Vénus
Malgré tout je m’enrichis de mes misères
Pour faire la guerre à tous mes rictus
J’ai trop vite perdu mon innocence
A survivre dans une vie carencée
J’aurais aimé profiter de mon enfance
Mais y’a encore tant de plaies à panser
Souvent les tripes qui agonisent
Un mal-être qui me tranche la gorge
Mais ce que la douleur brise
La volonté la reforge

 
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3850 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
9 novembre 2020
  Publié: 17 jan 2014 à 02:46 Citer     Aller en bas de page

Il y a des passages excellents à mon sens, avec de très fortes images. J'ai plus de mal avec le rythme haletant, qui pour moi dans certains poèmes est utile, mais là je trouve qu'au contraire ton texte perd de sa force. Une lecture que j'ai appréciée

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Ikaro


Et j'y crois dur comme fer / C'est au bout du rouleau que j'échouerai sur de belles plages
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
15 septembre 2011
Dernière connexion
12 décembre 2020
  Publié: 17 jan 2014 à 05:22 Citer     Aller en bas de page

Thierry,
Je suis content que cela te plaise, encore plus de t'avoir fait frissonner.
Merci pour ton passage.


Elyezer,
C'est vrai que la forme est un peu traître, elle pousse le lecteur à lire plus ou moins vite... Pourtant quand j'écris, j'écoute souvent en même temps une musique lente... Je rappe ce que j'écris lentement, pour que les mots restent en suspens, puis s'écrasent dès que le vers suivant part. En fait, il faudrait que je mette avant le poème : lire ce poème comme si on le chantait, ou comme si on le rappait lentement, mais pas évident lorsque l'on n'est pas adepte de la trap music (en rap), pour voir ce que ça donne.
Merci pour ton commentaire.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
3640 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 17 jan 2014 à 05:59 Citer     Aller en bas de page

Ce n'est pas insoutenable,non, c'est mieux et c'est pire.
Ton texte est comme un miroir. Il est de glace, il y dans ces coulées de lave, un feu qui est comme un grand cri. Je m'y retrouve, c'est peut-être la raison pour laquelle, j'y appose mes serres ;-).
"J’aurais aimé profiter de mon enfance
Mais y’a encore tant de plaies à panser
Souvent les tripes qui agonisent
Un mal-être qui me tranche la gorge
Mais ce que la douleur brise
La volonté la reforge"

Amicalement :-)
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
16809 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 17 jan 2014 à 09:49 Citer     Aller en bas de page

très fort
avec cette rage dans les mots
j'adore

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Ikaro


Et j'y crois dur comme fer / C'est au bout du rouleau que j'échouerai sur de belles plages
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
15 septembre 2011
Dernière connexion
12 décembre 2020
  Publié: 19 jan 2014 à 09:54 Citer     Aller en bas de page

RiagalenArtem,
Merci pour ton commentaire, j'apprécie.
Amitiés

Mido,
Ma marque de fabrique, tu sais bien.
Merci pour ton passage

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1131
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Me Prendre Dans Vos Bras (Tristes)
Auteur : mido ben
Langue vivante (Textes érotiques)
Auteur : Menahelle et Shimeri
Sur un piano (Poèmes par thèmes)
Auteur : Bibenja
Douloureux silence. (Tristes)
Auteur : HerzeleidRammstein
Sous un éclair... (Autres)
Auteur : -LarmesDeNuit-
Vérité (Tristes)
Auteur : ALPETE LION

 

 
Cette page a été générée en [0,0309] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.