Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 326
Invisible : 0
Total : 326
12945 membres inscrits

Montréal: 22 nov 00:48:10
Paris: 22 nov 06:48:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Le chant des sirènes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
LeVentQuiSeLève


Faut dire qu´elle était belle Et ... je ne suis pas beau...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
24 commentaires
Membre depuis
16 août 2013
Dernière connexion
4 septembre
  Publié: 26 sept 2013 à 12:42
Modifié:  18 sept 2016 à 10:34 par LeVentQuiSeLève
Citer     Aller en bas de page




Le chant des sirènes



C’est le grand beau temps
Le navire amical trace sa route dans une mer d’huile, d’aquarelle et d’acrylique,
Accompagné de dauphins bleus

Le zéphyr se lève
Les sirènes s’éveillent, rient, s’échauffent la voix
Elle jouent et plaisantent avec les marins,
Lesquels manœuvrent le bateau depuis ses différents postes avec amour et aisance.
La sainte-barbe où sont les ocres, le charbon, la céruse et le vert de gris.
Le carré des pastels et des fusains
Le passavant des peintres, celui des dessinateurs.
La hune ou de douces chansons bercent la mer
La guitare à califourchon sur le bout-dehors

Mais l’aquilin se déchaine
Les sirènes crient leur terrible joie
Les marins gardent le cap : la confiance, la sérénité
Ils restent en contact, se parlent, s’écoutent.
Ils sont calmes

Et les sirènes s’enhardissent
Loin de disperser leurs chants, les vents les rassemblent,
Et les amplifient. Elles hurlent, se déchaînent.

Les marins sont déboussolés
Ils n’entendent plus les voix de la dignité et de la raison
Ils ne trouvent plus le nord de la paix et de la sagesse
Il sont sourds
Ils crient leur stress, cherchent à dompter celui de l’autre marin.
Le vacarme est terrible : la tempête

Et le navire est désemparé
Il louvoie, tangue et dérive de tout les cotés ensemble.
Les cris des sirènes et des marins couvrent celui des paquets de mer que le navire embarque

Las !
Le vaisseau se fracasse sur les écueils de la tête cassée
Il sombre dans la fatigue et le désarroi

Les naufragés espèrent une terre hospitalière
Ils nagent dans les courants souterrains ou aériens

Il existe de nombreuses îles accueillantes et sereines dans la grande mer

  J´aime tout, malgré mon air de rien..... Tout toucher tant que ça m´fait du bien. - Enzo Enzo
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
353 poèmes Liste
19376 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 27 sept 2013 à 11:47 Citer     Aller en bas de page

J'ai apprécié ce récit et j'ai frissonné.
" Si reines " il y a, n'en seraient pas moins des rois, ces marins... S'ils ne s'étaient pas laissés piéger par ces enjôleuses..
Bel écrit
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
3926 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 28 sept 2013 à 03:13 Citer     Aller en bas de page




Très bel écrit !...

Une scène percutante entre marins et sirènes au grès d'un vent, maitre des sorts...
La métaphore est grandiose qui veut laisser pleurs et douleurs s'infiltrer en chaque mots....

Un crescendo d'émotions qui libère les pleurs..et laisse en sa chute tous les espoirs au renouveau de l'île de vie des beautés....



  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 413
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0372] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.