Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 252
Invisible : 0
Total : 253
· Romuald Augustin
13173 membres inscrits

Montréal: 3 juin 10:42:58
Paris: 3 juin 16:42:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Aléas de liquidités Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 7 sept 2013 à 12:41
Modifié:  7 sept 2013 à 14:06 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page




Et mon âme transie est livrée à Charon,
Cet habile nocher me guettait sur la rive.
Et mon âme saisie va passer l’achéron,
Atrabile cocher des souffles à la dérive.

Mais je suis sans le sou et ne peux donc passer,
Le cupide vieillard réclamant trois oboles.
Mais je n’ai pas un clou et ne peux traverser,
Le sapide pillard ne prend pas les symboles.

Me voilà condamné à errer sur la berge,
Pour cent ans à marcher sur la rive en long.

Eussiez-vous sur mes yeux déposé de ces ronds,
Qui me font tant défaut et mon passeur désole.

Mais mon corps n’est pas froid et déjà on me vole,
Mes amis, ma famille, l’avarice submerge.





  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
JVK

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
25 avril 2013
Dernière connexion
7 août 2017
  Publié: 7 sept 2013 à 16:25 Citer     Aller en bas de page

Un texte très fort, j'ai beaucoup aimé la force des mots dit avec "légèreté"

Amitié

JVK

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16128 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 8 sept 2013 à 11:40 Citer     Aller en bas de page

voila un texte qui sonnetise vraiment bien

j'aime...

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 12 sept 2013 à 05:34
Modifié:  12 sept 2013 à 05:39 par Philippe
Citer     Aller en bas de page

Citation de Saphariel
Voilà une fort belle lecture... j'aime... merci Philippe...

Saphariel



Merci beaucoup,



Philippe

Citation de XII
Oui, belle écriture, comme déjà dit.
J'aime ce travail de recherche de style et de mots qui font que poésie prend ici tout son sens.



Merci,



Philippe





Citation de JVK
Un texte très fort, j'ai beaucoup aimé la force des mots dit avec "légèreté"

Amitié

JVK



Merci,

Philippe

Citation de Guid'Ô
voila un texte qui sonnetise vraiment bien

j'aime...



Voila un commentaire qui "remercise" vraiment bien aussi

merci,

Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 569
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0326] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.