Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 35
· La Brune Colombe · Drôle d'oiseau
12901 membres inscrits

Montréal: 22 août 10:40:29
Paris: 22 août 16:40:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (juin 2017) : "En apesanteur" :: L'ultime passage Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3293 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
20 août
  Publié: 11 juin à 16:19 Citer     Aller en bas de page

L'ultime passage

Puis s'en vient le moment, attendu ou surpris,
Où il nous faut partir pour un tout ou un vide,
Si loin de ces soucis qui ont creusé nos rides
Et des sourdes douleurs qui n'ont plus de répit.

Enfin libre du poids qui habillait nos souffles
Et entravait l'espoir de nos rêves légers,
Sonne à l'heure nouvelle où il nous faut plonger
Un sentiment étrange où le silence souffle.

Mais malgré la frayeur de l'adieu sans demain
Et de cet inconnu où toute vie s'écoule,
Reste la certitude à l'aube qui s'écroule,
D'avoir posé sa flamme au brasier de l'humain.

Quand s'annonce la mort à l'arrêt du compteur,
Laissez-moi croire encore à ce moment présage
Suspendu au dessus de l'ultime passage,
Là, le cœur et le corps comme en apesanteur.


11/06/2017

 
De Margotin


savoir bien faire!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
1851 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
22 août
  Publié: 11 juin à 18:07 Citer     Aller en bas de page

Un bon moment de

Bonne soirée

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonnerre. ”
Maschoune

Modératrice
Impossible d'afficher l'image
Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
7700 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
21 août
  Publié: 12 juin à 01:55 Citer     Aller en bas de page

Toujours un immense plaisir de te lire Myo

Merci à toi

----------

  ISABELLE
THOMAS Cet utilisateur est un membre privilège


Ne crains pas d'être ignoré, mais d'être ignorant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
143 poèmes Liste
2690 commentaires
Membre depuis
1er juin 2007
Dernière connexion
22 août
  Publié: 12 juin à 04:27 Citer     Aller en bas de page

J'apprécie toujours autant le doux ronronnement de tes vers, même si il est vrai que le thème est funeste.

Amitiés

 
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1052 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
21 juin
  Publié: 12 juin à 06:19 Citer     Aller en bas de page

Belle poésie même si tous les quatrains sont habillés par ce départ inéluctable ....et pourtant aucune angoisse seulement un constat

Bien à vous
Merci

 
Rimevasion


reconcilier avec son passé , vivre à fond son présent, ne pas craidre son futur
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
66 poèmes Liste
479 commentaires
Membre depuis
22 novembre 2012
Dernière connexion
21 août
  Publié: 12 juin à 11:39 Citer     Aller en bas de page

hop hop dans mes favoris !
J aime bien ton poème, triste à vrais dire qui fait écho en mois

J'ai me particulièrement

Mais malgré la frayeur de l'adieu sans demain
Et de cet inconnu où toute vie s'écoule,
Reste la certitude à l'aube qui s'écroule,
D'avoir posé sa flamme au brasier de l'humain."


A bientot
Riméva

  Mes vers fuiraient,doux et frèles,vers votre jardin si beau,si mes vers avaient des ailes,des ailes comme l'oiseau
Big Lebowski


- Il se fout de tout, c'est un nihiliste. - Ca doit être épuisant comme activité !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
3 décembre 2016
Dernière connexion
21 août
  Publié: 12 juin à 12:40 Citer     Aller en bas de page

on ne meurt pas
on s'éparpille en particules élémentaires
qui sont respirées par ceux qu'on a aimés

  Big comme gros Lebowski comme polak
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
540 poèmes Liste
3081 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
22 août
  Publié: 12 juin à 13:51 Citer     Aller en bas de page

Texte travaillé

 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
2232 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
14 août
  Publié: 12 juin à 15:48 Citer     Aller en bas de page

Oui, je pense au requiem de Fauré qui est un accompagnement vers la mort...

Il est belle, mais bien sûr il y a la frayeur ...

Un plaisir avec une crainte, la crainte que le monde n'est que
" je ne sais pas on verra..."

Une lecture qui bouscule aucun doute



marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
2989 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
21 août
  Publié: 13 juin à 01:07 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Myo,
Une belle réflexion sur le passage de vie à trépas.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
4505 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
12 août
  Publié: 13 juin à 01:16 Citer     Aller en bas de page

Je ne vois pas d'émotion dans tes vers plutôt un constat et une espérance.
Le jour où libéré des contraintes humaines on flottera serein conscient d'avoir été. Très beau texte.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
236 poèmes Liste
3796 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
20 août
  Publié: 13 juin à 13:03 Citer     Aller en bas de page

Très beau, qui va bien avec le thème - bravo et merci pour ce moment de lecture

Amitiés

Yvon

  YD
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
2012 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
22 août
  Publié: 17 juin à 04:27 Citer     Aller en bas de page

Bonjour

Voilà une belle réflexion sur notre dernier instant ... ce que nous laissons sur terre, et l'espoir que nous avons (ou pourrions avoir) quand nous marchons vers l'au delà.

Citation de Myo

Quand s'annonce la mort à l'arrêt du compteur,
Laissez-moi croire encore à ce moment présage
Suspendu au dessus de l'ultime passage,
Là, le cœur et le corps comme en apesanteur.



Bonne journée
Christophe

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 188
Réponses: 12
Réponses uniques: 12
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0412] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.