Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 38
· Enola alonE · Trafalgar le grand · actuaire · josette
12352 membres inscrits

Montréal: 17 sept 11:31:49
Paris: 17 sept 17:31:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Les feuilles joufflues de l'automne Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Sacha M Franhof

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2012
Dernière connexion
28 février
  Publié: 5 nov 2012 à 16:40 Citer     Aller en bas de page

Les feuilles joufflues de l'automne

Rouges comme mes joues sur lesquelles Éole
Dépose une bise, la plus froide qui soit,
Plus froide encore que la dernière de toi ;
Rouges comme mes joues, les feuilles dégringolent,
Délaissant leur arbre, sûrement à jamais,
Reconnaissant pourtant croire encore m'aimer.

Trempées comme mes joues sur lesquelles roulent
Les durs crachats de Zeus se déversant du toit,
Bien moins ardents que mes larmes pensant à toi ;
Trempées comme mes joues, les feuilles dégaroulent
Sur le triste pavé de la ville enrhumée,
Malade à la vue de notre idylle inhumée.

Alors que Zeus gronde, qu'Éole s'époumone
A aider la chute des organes caducs,
Provisoires comme le bonheur sur sa nuque
Violemment renversé en cette nuit d'automne,
Les genoux à terre, mes deux joues s'abandonnent
A ouvrir les vannes ; ma fierté leur pardonne !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 165
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0187] secondes.
 © 2000 - 2014 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.