Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 26
· saldday
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 22:24:45
Paris: 1er juin 04:24:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Été 2016 - Jour et Nuit :: Un jour sans fin Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
410 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
25 juillet 2019
  Publié: 7 août 2016 à 14:44
Modifié:  7 août 2016 à 22:21 par banniange
Citer     Aller en bas de page

Ce collier des beaux jours brillait au fond du fleuve
Tandis que le paon blanc se changeait en fontaine,
Nos regards reflétaient l’aurore toute neuve.
Nous marchions tendrement sur la drève des frênes.

Tandis que le paon blanc se changeait en fontaine,
Un soleil somptueux empourprait les nuages,
Nous marchions tendrement sur la drève des frênes
Confiant aux forêts bleues ce bel amour sans âge.

Un soleil somptueux empourprait les nuages
Ses flèches ondoyaient de lueurs boréales,
Confiant aux forêts bleues ce bel amour sans âge,
Tes mains douces frôlaient l'or mûr des céréales.

Ses flèches ondoyaient de lueurs boréales,
Elles étincelaient dans un dais de saphir,
Tes mains douces frôlaient l'or mûr des céréales,
Nous fûmes aveuglés par de profonds désirs,

Elles étincelaient dans un dais de saphir,
Quand la brise alanguie embaumait la vallée,
Nous fûmes aveuglés par de profonds désirs,
Tu glissas lentement dans les eaux déchaînées.

Quand la brise alanguie embaumait la vallée,
Le torrent emporta la jonquille noyée,
Tu glissas lentement dans les eaux déchaînées,
Comme un rêve incertain dissipé en fumée.

Depuis ce triste jour, je promène ma peine
Le long de ces sentiers que mes larmes abreuvent
Tandis que le paon blanc se changeait en fontaine,
Ce collier des beaux jours brillait au fond du fleuve.

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 7 août 2016 à 16:30 Citer     Aller en bas de page

Bel exercice Je ne peux qu'applaudir la performance

Merci à toi

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
410 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
25 juillet 2019
  Publié: 7 août 2016 à 16:38 Citer     Aller en bas de page

Merci Maschoune(j 'aimerais comprendre le pseudo), c 'est un exercice très contraignant( et votre pseudo et le pantoum!)

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 7 août 2016 à 16:43 Citer     Aller en bas de page

Citation de banniange
Merci Maschoune(j 'aimerais comprendre le pseudo), c 'est un exercice très contraignant( et votre pseudo et le pantoum!)



Réponse en MP

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
5408 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 8 août 2016 à 03:48 Citer     Aller en bas de page

Musical et nostalgique un bien joli pantoum

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4576 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 9 août 2016 à 07:45 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Je trouve une agréable mélodie dans cette forme de poésie; encore faut-il la vêtir de vers sensibles ce que vous faites si bien.
Amicalement

  Poésie, la vie entière
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
410 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
25 juillet 2019
  Publié: 10 août 2016 à 04:44 Citer     Aller en bas de page

Merci Lacase et Odin pour vos commentaires sympathiques.

 
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
410 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
25 juillet 2019
  Publié: 10 août 2016 à 04:46 Citer     Aller en bas de page

Merci Jean Louis, c'est une forme assez contraignante à utiliser avec modération

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 11 août 2016 à 10:49
Modifié:  11 août 2016 à 16:33 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

J'M ce "collier" de gemmes....on plonge dans ce rêve avec volupté...et ce, malgré les contraintes de la "forme". Tout va de "soie"...
"Quand la brise alanguie embaumait la vallée,
Le torrent emporta la jonquille noyée,
Tu glissas lentement dans les eaux déchaînées,
Comme un rêve incertain dissipé en fumée."

Amitiés...
Riagal...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
410 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
25 juillet 2019
  Publié: 16 août 2016 à 03:21 Citer     Aller en bas de page

Merci Riagalen, l'autre jour me rendant à la médiathèque( je suppose que vous avez l'équivalent en France), j'ai découvert un superbe coffret consacré à ce pur joyau qu'est "La nuit du chasseur" ,il contient un livret d'une cinquantaine de pages avec commentaires, synopsis, superbes photo etc...
Si vous avez l'occasion de le trouver n'hésitez pas. Evidemment le prix est dissuasif, là je l'ai juste loué.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 17 août 2016 à 05:15
Modifié:  17 août 2016 à 07:00 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Ce n'est pas pur coïncidence ^^...et je re_viens juste pour dire que ma première impression fût étrangement pour The Night of the Hunter, un film qui bascule dans le conte "noir". En particulier le passage où les enfants fuient dans la nuit, comme bercés par le mouvment de l'eau sous les frondaisons qui les protégent du prédicateur Harry Powell. Et cette musique envoûtante.
Non, je n'ai pas le coffret, ms je me "projette" souvent ce pur chef oeuvre qui fût un échec à sa sortie....Trop innovant et déroutant, perhaps...

Bonne journée...:-)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1134
Réponses: 10
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1069] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.