Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 303
Invisible : 0
Total : 304
Équipe de gestion
· Maschoune
13575 membres inscrits

Montréal: 28 sept 14:22:21
Paris: 28 sept 20:22:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Lettres amoureuses (2) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 26 févr 2010 à 10:44 Citer     Aller en bas de page

Ma tendre amie,


Je suis encore allé sous les toits.
Vous savez, la petite pièce éclairée par cette chandelle, à moitié consumée par les souvenirs du passé. Tout y est encore à sa place, la poussière de nos rires se trouve encore figée sur chaque poutre sur lesquelles nous nous sommes assis. Votre sourire résonne encore si clairement dans le reflet de ce miroir brisé, vous vous rappelez de cette nuit… Vous m’avez offert ma première valse, j’étais si maladroit et vous en souriez. C’est ce sourire qui m’aidait à ne pas renoncer, à continuer d’évoluer dans le creux de vos bras… c’est cette nuit que j’ai brisé votre miroir, en trébuchant sur le coffre où il était posé. Vous en avez ramassé le moindre éclat et m’en avez fait présent en déposant un baiser sur chaque morceau. Ils sont encore délicatement posés sur ce même coffre où mon regard est rivé. Je n’ose m’approcher, redécouvrir ces secrets partagés, ces confidences échangées, murmurées par nos yeux et tendrement enfouis dans cet écrin de velours.
J’aimerais, pourtant, revivre chaque instant passé ensemble, sous ses toits, gardiens de nos sentiments naissants. Il me suffirait d’ouvrir ce petit carnet, de soulever une à une, les pages d’une histoire écrite par nos deux plumes enlacées. Un seul geste suffirait, un seul, celui qui m’entraînerait dans l’océan d’hier, vers les heures où je me noyais dans la profondeur de votre âme. Il me suffirait de lire, de vous lire, vous et l’encre puisée à même votre ciel. Cette voûte qui recouvrait mon univers, dessinant les saisons d’une vie qui prenait sens sur la douceur de vos lèvres. Avez-vous le souvenir de cette seconde, où pour la première fois nous unîmes nos promesses entremêlées de larmes… Elle reste pour moi, cet astre qui m’éclaire aujourd'hui.
Vous savez, douce amie, le temps n’a jamais cessé de s’enfuir… lorsque nous nous accrochions l’un à l’autre au moment de se séparer, le temps n’existait pas, il nous laissait vivre, respirer la moindre parcelle de bonheur. Il cascadait sur nos visages, perlant nos yeux de myriades d’étoiles sur lesquelles, on pouvait y lire nos rêves d’avenir… Aujourd'hui, le temps me fuit et n’essaye pas de me rejoindre.
Il m’a oublié.
Il m’a oublié dans cette petite pièce éclairée par une chandelle à moitié consumée.
Le temps est loin maintenant, pourtant j’essaye désespérément de donner naissance à une petite flamme, une étincelle du passé… il reste encore un peu de cire, juste de quoi me rappeler votre départ mais non le mien. Alors je reste là, à attendre votre retour, que vous puissiez prendre ma main tremblante et avec un sourire, allumer une dernière fois le feu de ma vie.
Je vous aime…

23/02/2010
Pascal

 
opium
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
1707 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2007
Dernière connexion
2 mai
  Publié: 26 févr 2010 à 12:42 Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé cette déclaration, aux saveurs romantiques.

 
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 27 févr 2010 à 05:46 Citer     Aller en bas de page

dominique
Les miennes se sont déversé également
Merci de tout cœur d'avoir ressenti pareil émotion cela me touche au plus haut point et me pousse à continuer.
Amitiés
Pascal

opium
Une saveur que j'essaye d'améliorer et d'en découvrir de nombreux aspects.
Merci de ton passage toujours apprécié
Amitiés
Pascal

Kiona
Le silence suffit parfois, seule la trace suffit... il parle souvent bien mieux par lui même.
Merci beaucoup (et encore une fois pour ton câlin)
Amitiés
Pascal

 
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 1er mars 2010 à 13:26 Citer     Aller en bas de page

Malika
Merci mon amie, une lettre chargée d'émotions qui me traversent...
J'ai dans le cœur, une sorte de flèche qui ne s'en va, alors je lance mes sentiments dans des lettres pour essayer de ne pas ressentir cette douleur...
Gros bisous
Pascal

 
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9821 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
28 septembre
  Publié: 5 mars 2010 à 08:02 Citer     Aller en bas de page

Pascal

Comme une impression d'avoir déjà écrite cette lettre..les souvenirs sont vivaces, s'accrochent au cœur, tourner le dos aux souvenirs il le faut quelquefois, ..

Votre lettre m'a parlé, un cœur saigne..

Très jolie lettre, mais tellement "tristesse" où m'emmènes tu ?

Sélénaé Amitiés j'aime vous lire

 
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 22 avr 2010 à 06:13 Citer     Aller en bas de page

Sélénaé
Vous savez en écrivant je me suis perdu, je partais sans savoir où aller... un passé qui n'était pas le mien mais que je me suis approprié, un passé dont les souvenirs m'ont attristé et que je n'ai pas réussi à garder...

Merci Chère amie de me lire avec cette fidélité qui est votre, j'espère simplement que mes mots continuer de vous plaire.

Mon amitié sincère
Pascal

(pardonnez moi du retard de ma réponse)

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1573
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0236] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.