Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 471
Invisible : 0
Total : 471
13147 membres inscrits

Montréal: 24 févr 00:00:03
Paris: 24 févr 06:00:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: A vous mes 2/3 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 20 déc 2009 à 18:55
Modifié:  21 déc 2009 à 02:54 par Corwin
Citer     Aller en bas de page


A vous mes 2/3

C’était un soir d’hiver, il y a bientôt dix-huit ans.
Dans une bulle on grandissait, et on attendait le grand moment, l’instant où le plus courageux, le plus fort, pousserait la porte de la vie. C’est toi mon frère, un peu plus grand, un peu plus intelligent que celles que tu laissais derrière toi, qui a voulu découvrir la lumière en premier. Promis à un bel avenir, tes pieds nous ont éloignés, nous sommes repartis bien au fond de ce ventre rond, et toi tu es né. Ton absence m’a laissé un goût d’abandon, tes pleurs de là-haut je les ressentais, je t’ai suivi, tu m’a épaulée, mais dans l’excitation de cet appel de la vie nous l’avons oublié...

Venir au monde demande beaucoup d’énergie, et toi tu en avais tellement... ce ne fut pas mon cas, et le diagnostic tomba. Séquelles, lésions. La naissance est un jour particulier, seule c’est déjà bien compliqué, mais se partager ce n’est peut être pas une bonne idée.

Elle est venue à nous dans le silence, a découvert le monde à nos côtés, nos poumons respiraient, mais 1/3 de notre air s’est envolé, comme une déchirure qui n’a jamais su se refermer. Plus aucun mot, seulement des constatations, l’éclat du futur lui a fait perdre la raison.

Voilà plusieurs années se sont écoulées, ce crépuscule où nous sommes venus au monde nous a nargué, l’appel de la vie a désenchanté, et malgré ça, aucun regret… de ces quatre minutes où nous avons été réunis, est née une connexion, une impression étrange, difficilement compréhensible, un ultime but, celui de vivre pour toi, pour elle, pour 1/3 de nous qu’on a laissé là.
J’aime me comparer à un brouillon, celui de l’homme que tu es devenu et je suis fière d’avoir servi d’essai, à un être aussi coloré... elle aussi doit être fière, son propre brouillon était bien trop inachevé, je regrette parfois qu’on n’ait pas pu échanger.

Aujourd'hui tu es loin de moi. Tellement loin que ton image s’efface. Je sens ta solitude, à chaque fois que j’entends le son de ta voix. Est-ce que tu sens la mienne ? Je sais que oui, je sais également que malgré la lutte acharnée de nos géniteurs à nous éloigner, je ne t’ai jamais perdu, car tu restes une partie de moi qui vit. Je peux lire ton sourire quand tu m’écris.

Cette année est bien spéciale, elle marque notre majorité, la liberté de pouvoir très bientôt te serrer dans mes bras… d’ici peu ton regard croisera le mien, ma tête se remplira à nouveau de ton image, toutes celles que j’ai perdues me reviendront, et je sentirai l’oxygène m’envahir.

Dans quelques jours nous seront ensemble, et on ne se quittera plus jamais...
Anou béa atou li ani

A toi mon ange, un simple sourire, tu vis en moi.

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1022 poèmes Liste
16502 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
28 décembre 2019
  Publié: 22 déc 2009 à 00:58 Citer     Aller en bas de page

J'espère que cet espoir de revoir ton frère te permettra de retrouver plus de lumière pour que tu sois heureuse...le principal est la !
je penserais très fort à toi, souhaitant de tout coeur que tout se passe bien.
Que les fêtes pour toi soient les plus belles possibles.
une lettre où l'espoir a sa place, et ça touche beaucoup !
Amitiés les plus chaleureuses à toi.
pyc.

 
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 22 déc 2009 à 16:44 Citer     Aller en bas de page

Merci de votre passage, oui faut retenir que les belles choses de cette lettre, je l'ai écrite en étant super heureuse, plus que quelques heures et l'on sera réunis

Amitiés a vous

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Elféemère

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1570 commentaires
Membre depuis
10 février 2010
Dernière connexion
1er novembre 2011
  Publié: 22 févr 2010 à 03:55 Citer     Aller en bas de page

Angita, je ne te connais pas, mais alors là tu as mis mon coeur de maman en émoi. D'abord parce-que ma fille aimée et première née a 18 ans, ensuite parce que mes deux derniers fille et garçon sont jumelé...Ha moi qui n'ai pas de fois je dis mon dieux qu'ils sont beau ces deux être là, faite que ma Douce et mon Raphaël ressente ces sentiment délicat.....Je sais tu ne me connais pas mais un instant je te serre dans mes bras, un gros bisou a toi, qui a mis mon coeur en émoi

 
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 22 févr 2010 à 09:08 Citer     Aller en bas de page

Merci elféemère mes frère et soeur sont les plus belles choses qui m'est arriver

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1450
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0281] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.