Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 67
Invisible : 0
Total : 69
· Andesine · marchepascal
13176 membres inscrits

Montréal: 4 juin 08:10:48
Paris: 4 juin 14:10:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (mai 2016) : "Te revoir" :: Sous tous les oliviers de la terre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
romain candis


Ferme tes yeux, imagine. Si tu ne peux voir l'espoir invente le
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
21 commentaires
Membre depuis
16 septembre 2012
Dernière connexion
11 mai
  Publié: 10 mai 2016 à 13:32
Modifié:  23 mai 2016 à 15:54 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Je me rappelle encore de ces longs après-midis.
Que nous passions, ensemble, à l’ombre des oliviers.
C’est sous l’un de ces arbres que l’on s’était promis
Que même après la mort on continuerait de s’aimer.

On a passé tant d’heures blottis sous ces arbres
Discutant, s’aimant, à l’abri des rayons du soleil
Nous avions les cigales comme troupe de bardes
Et quand l’envie me prenait, je chantais avec elles.

Elles jalousaient mon grand talent d’imitateur
Et se taisaient souvent pour me faire arrêter
Mais ces silences qu’elles créaient, pour mon plus grand bonheur
Étaient ceux où tu riais à gorge déployée.


Cela va faire trois ans maintenant, que tu n’es plus là
Parfois encore, je parcours la garrigue
Et il arrive que je verse, quelques larmes de joie
A l’ombre des oliviers fleuris que j’irrigue

Quand je m’installe sous l’un d’eux, d’ailleurs, les cigales se taisent
Je crois qu’elles aussi t’ont toujours regretté
Si tu savais à quel point ces silences m’apaisent
Car quand elles s‘arrêtent, je t’entends rigoler.

Il arrive aussi que sous un arbre voisin, je vois ;
Ta silhouette qui se dessine dans une ombre.
Et même si pour d’autres, tu n’es plus là
Je te retrouve sous tous les oliviers de ce monde

 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
315 poèmes Liste
2720 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 10 mai 2016 à 14:42 Citer     Aller en bas de page

Merci de me faire écouter les cigales et surtout de ne plus les entendre me plonge dans ton histoire triste je crois bien que non finalement

Merci Romain !

Bel écrit

Marchapascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
1048 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 12 mai 2016 à 05:10 Citer     Aller en bas de page

Un brin nostalgique
Belles descriptions
Bien joué

  -
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
462 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 12 mai 2016 à 11:25 Citer     Aller en bas de page

J'ai l'impression d'entendre les cigales en lisant votre texte
''tu riais à gorge déployée''j'ai écris cela dans un de mes petits textes..ma fille riait tout le temps ..un rire communicatif qui me manque tant..

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
2958 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 12 mai 2016 à 17:57 Citer     Aller en bas de page

Voilà une histoire bien racontée, avec de la belle image des cigales, que j'ai beaucoup aimé lire, malgré sa tristesse
Cidnos

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 871
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0434] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.