Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 30
· Ashimati · Jean-Louis
13069 membres inscrits

Montréal: 21 mai 13:00:30
Paris: 21 mai 19:00:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (mars 2016) : "les oubliés" :: Mes oubliés Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 09:56
Modifié:  7 mars 2016 à 10:16 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page




Ce poème est pour vous, mes pâles écuyers,
Lisez-le doucement, qu’il vous soit comme un baume
Ou un certificat, votre premier diplôme :
Nous couchâmes ensemble, je vous ai oubliés.

Votre conversation fut-elle lénifiante ?
Vous ne fûtes, peut-être, que médiocres amants.
Pour l'avoir oubliée aussi négligemment
Votre personne fut, je crois, insignifiante.

Il en est de vous autres, comme des romans qu’on lit
Achetés à la gare, ces lectures hâtives.
Rayés de ma mémoire, Ô combien sélective,
Vous meublez un moment mais n’ornez pas un lit.




  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Bethsabée Mucho

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
1205 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2013
Dernière connexion
3 mars 2018
  Publié: 7 mars 2016 à 11:28
Modifié:  7 mars 2016 à 11:29 par Bethsabée Mucho
Citer     Aller en bas de page

Cà, çà fait plus fort qu'un poème par thème : voici les pâles écuyers très justement classés dans la "sous-catégorie", "éphémères" et "oubliés".

C'est évidemment impeccablement écrit.

Bravo !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 12:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de Bethsabée Mucho
Cà, çà fait plus fort qu'un poème par thème : voici les pâles écuyers très justement classés dans la "sous-catégorie", "éphémères" et "oubliés".

C'est évidemment impeccablement écrit.

Bravo !



Merci ma chère Betsy (j'aime bien ce surnom, ça vous a un côté "Les Quatre filles du Docteur March" —ou mars ?).

Ravie que ce petit poème t'ai plu.
Il fallait bien rendre hommage à ces personnes qui, lorsqu'elle envoie un message, me laisse perplexe: "Mais qui ça peut bien être ?"


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
10987 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 12:54 Citer     Aller en bas de page

Voilà c'est dit ... et c'est très bien dit

Belle écriture, Aude, comme à ton habitude

Amicales pensées

  ISABELLE
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 13:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Cioran
bien



Merci Cio-Cio

(j'ai toujours rêvé d'être une Ciorette)

Citation de Maschoune
Voilà c'est dit ... et c'est très bien dit

Belle écriture, Aude, comme à ton habitude

Amicales pensées



Merci beaucoup Maschoune.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 13:21 Citer     Aller en bas de page

Citation de Cioran

Citation de aude
Ciorette


C'est quoi ça ?



En un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, un certain Claude François, alias Clo-Clo se faisait accompagner par des danseuses aux chorégraphies sautillantes : les Claudettes. Moi je suis une Ciorette.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
409 poèmes Liste
13025 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 13:34
Modifié:  7 mars 2016 à 13:40 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Ces écuyers doivent-ils être heureux d'avoir rencontré Aude ou tristes d'avoir été oubliés par elle ?
Que devient la rosée des corps lorsqu'elle n'irrigue plus la fleur ?
Un poème joliment tourné.

 
Bethsabée Mucho

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
1205 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2013
Dernière connexion
3 mars 2018
  Publié: 7 mars 2016 à 13:36 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose

Citation de Bethsabée Mucho
Cà, çà fait plus fort qu'un poème par thème : voici les pâles écuyers très justement classés dans la "sous-catégorie", "éphémères" et "oubliés".

C'est évidemment impeccablement écrit.

Bravo !



Merci ma chère Betsy (j'aime bien ce surnom, ça vous a un côté "Les Quatre filles du Docteur March" —ou mars ?).

Ravie que ce petit poème t'ai plu.
Il fallait bien rendre hommage à ces personnes qui, lorsqu'elle envoie un message, me laisse perplexe: "Mais qui ça peut bien être ?"




Mars, docteur Mars je confirme.
Rhââ mais ouiii tiens, mais qui donc c'est-y que çà peut bien être, je vous le demande....

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 13:47 Citer     Aller en bas de page

Citation de Cioran
Donc tu rêves de m'accompagner partout et de danser à mes côtés, la classe !



Mais oui, pendant que tu déclameras, moi je danserai !

Tu imagines la tuerie ?

Citation de Ishtar
Ces écuyers doivent-ils être heureux d'avoir rencontré Aude ou tristes d'avoir été oubliés par elle ?
Que devient la rosée des corps lorsqu'elle n'irrigue plus la fleur ?
Un poème joliment tourné.



Je t'avoue qu'ils ne sont pas toujours ravis d'être tombés dans l'oubli, eux qui croyaient m'avoir tombée.
La rosée des corps s'évapore au premier soleil.
Merci ma Doudou.

Citation de Bethsabée Mucho
Rhââ mais ouiii tiens, mais qui donc c'est-y que çà peut bien être, je vous le demande...



Le pire c'est quand, lorsque je réponds laconiquement : "qui êtes-vous ?" et qu'on me répond un prénom et ça ne me dit toujours rien.
Un blanc sidéral, un râteau astral.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Mat89


Sans l'amour, que la vie peut être triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
316 commentaires
Membre depuis
12 février 2015
Dernière connexion
2 juillet 2017
  Publié: 7 mars 2016 à 15:44 Citer     Aller en bas de page

Même si je devais avoir le bonheur (ou pas) de vivre quelques ébats avec une femme, il est certain que la dernière chose que je souhaiterai c'est qu'elle m'oublie. Ne laisser pour souvenir que du vide est bien triste. Enfin ceux dont tu parles le méritaient peut-être...
Amicalement Matthieu

  Mat89
Lilania Cet utilisateur est un membre privilège


Osez Etre
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
3253 commentaires
Membre depuis
14 juin 2011
Dernière connexion
18 mai
  Publié: 7 mars 2016 à 16:56 Citer     Aller en bas de page



Une bien jolie dédicace,
classieuse & audacieuse,
évidemment j'ai aimé..

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
279 poèmes Liste
4863 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 8 mars 2016 à 03:55 Citer     Aller en bas de page

Il y a des jours avec et des jours sans. Chaque monture doit s'apprivoiser et chaque cavalier doit savoir dans quels étriers il va appuyer son pied avant de le prendre... La force des éphémères qui permet d'exprimer la diversité des pensées et c'est bien!

Yvon

  YD
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 8 mars 2016 à 04:27 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mat89
Même si je devais avoir le bonheur (ou pas) de vivre quelques ébats avec une femme, il est certain que la dernière chose que je souhaiterai c'est qu'elle m'oublie. Ne laisser pour souvenir que du vide est bien triste. Enfin ceux dont tu parles le méritaient peut-être...
Amicalement Matthieu



Je ne sais pas si ils le méritaient et sans doute m'ont ils également oubliée. Pour ceux que j'ai oublié il y a beaucoup que je n'oublierai jamais, ça compense.

Citation de Lilania
Une bien jolie dédicace,
classieuse & audacieuse,
évidemment j'ai aimé..



Merci Lilania. L'occasion était trop belle pour la laisser échapper.

Citation de Y.D
Il y a des jours avec et des jours sans. Chaque monture doit s'apprivoiser et chaque cavalier doit savoir dans quels étriers il va appuyer son pied avant de le prendre... La force des éphémères qui permet d'exprimer la diversité des pensées et c'est bien!

Yvon



C'est très juste, merci Yvon de ta lecture.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
347 poèmes Liste
3597 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 8 mars 2016 à 04:49 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,
j''en déduis que tes pâles écuyers étaient plus au moins bons cavaliers ! Là où je te rejoins, c'est qu'il ne faut pas être à cheval sur les principes, surtout en amour.
Et peut être aussi que pour ces spadassins faire office de baldaquin, c'est pas glorieux.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 8 mars 2016 à 05:07 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pichardin
Bonjour Aude,
j''en déduis que tes pâles écuyers étaient plus au moins bons cavaliers ! Là où je te rejoins, c'est qu'il ne faut pas être à cheval sur les principes, surtout en amour.
Et peut être aussi que pour ces spadassins faire office de baldaquin, c'est pas glorieux.
Amicalement
Pichardin



Mes manières sont parfois cavalières, je l'admets. J'oublie les bourrins, les chevaux de réforme, les ânes et les bourriques et quand je tombe de haut je me remets immédiatement en selle.

Et comme disait mon grand père, cavalier émérite, lorsqu'il portait un toast :

"À nos femmes, à nos chevaux et à ceux qui les montent".

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 8 mars 2016 à 08:14 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pascal_F

Bonjour Aude,

J'ai bien aimé cette ode aux amants-kleenex.



Il faut bien penser à eux parfois.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Pyerre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
664 commentaires
Membre depuis
13 janvier 2016
Dernière connexion
2 mars
  Publié: 8 mars 2016 à 15:58 Citer     Aller en bas de page

Furent-ils si pâles, furent-ils si insignifiants que tu ne t'en souviennes, ma chère Aude...?
Ou alors furent-ils si nombreux...??
Je pense qu'ils t'ont déçu, au lit peut-être...dans ta vie plus sûrement...
Tu leur rends un bien bel hommage dans ce poème magnifique...!!!
Amitiés... Pyerre

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 11 mars 2016 à 14:16 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pyerre
Furent-ils si pâles, furent-ils si insignifiants que tu ne t'en souviennes, ma chère Aude...?



Ben à vrai dire c'est tout l'objet du poème.

Citation de Pyerre
Ou alors furent-ils si nombreux...??



Le nombre n'y est pour rien, j'ai des gigaoctets de mémoire pour garder les bons souvenirs.

Citation de Pyerre
Je pense qu'ils t'ont déçu, au lit peut-être...dans ta vie plus sûrement...
Tu leur rends un bien bel hommage dans ce poème magnifique...!!!
Amitiés... Pyerre



La vie est pleines de choses décevantes je m'en console en les oubliant. Merci de ta lecture

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aalis


Qu'importe la manière pourvu qu'on ait l'orgasme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
113 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
7 juin 2014
Dernière connexion
1er février
  Publié: 19 mars 2016 à 07:00 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose

Il en est de vous autres, comme des romans qu’on lit
Achetés à la gare, ces lectures hâtives.
Rayés de ma mémoire, Ô combien sélective,
Vous meublez un moment mais n’ornez pas un lit.



Mon lit dont les draps sont devenus les suaires
Des bien pâles fantômes que vous êtes à présent
Grossissant la cohorte de tristes don juans
Qui, par manque d'esprit, ne surent me satisfaire.


Bien à toi
Aalis

  Mes définitions: Salope: Don Juan au féminin - Erotisme: Parfum discret du porno - X: Côté pile de la moralité - Hymen: Soi-disant lys (À jeter aux bigots)
Aalis


Qu'importe la manière pourvu qu'on ait l'orgasme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
113 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
7 juin 2014
Dernière connexion
1er février
  Publié: 19 mars 2016 à 07:03 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pyerre

Tu leur rends un bien bel hommage dans ce poème magnifique...!!!
Amitiés... Pyerre



Franchement, je me demande bien où vous voyez un hommage. Je trouve plutôt qu'il s'agit d'un enterrement de première ou même d'une deuxième ensevelissement car, comme dit Mat89, "la dernière chose que je souhaiterai un mec c'est qu'elle l'oublie".

Bien à vous
Aalis

  Mes définitions: Salope: Don Juan au féminin - Erotisme: Parfum discret du porno - X: Côté pile de la moralité - Hymen: Soi-disant lys (À jeter aux bigots)
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
730 poèmes Liste
21669 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 19 mars 2016 à 07:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aalis

Citation de Aude Doiderose

Il en est de vous autres, comme des romans qu’on lit
Achetés à la gare, ces lectures hâtives.
Rayés de ma mémoire, Ô combien sélective,
Vous meublez un moment mais n’ornez pas un lit.



Mon lit dont les draps sont devenus les suaires
Des bien pâles fantômes que vous êtes à présent
Grossissant la cohorte de tristes don juans
Qui, par manque d'esprit, ne surent me satisfaire.


Bien à toi
Aalis



Tu as la capacité de te couler avec talent dans mes vers.
Serais tu une sœur cachée ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1151
Réponses: 25
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

un coup de sirocco (Autres)
Auteur : Varh

 

 
Cette page a été générée en [0,0672] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.