Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 308
Invisible : 0
Total : 309
· Lachésis (Moirae)
13128 membres inscrits

Montréal: 20 févr 02:06:25
Paris: 20 févr 08:06:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Rubrique exceptionnelle : "13 novembre" :: Deuil sur la ville Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Mat89


Sans l'amour, que la vie peut être triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
316 commentaires
Membre depuis
12 février 2015
Dernière connexion
2 juillet 2017
  Publié: 19 déc 2015 à 02:58
Modifié:  15 févr 2016 à 03:17 par Mat89
Citer     Aller en bas de page

Deuil sur la ville

Terre des hommes quelle est ta souffrance,
Cette plaie de terreur qui saigne en France,
Mal dont la blessure ne cicatrise,
Déchirée par la peur ou par traîtrise,
De son poids lourd fait résigner sans cesse,
Un sentiment de guerre et de tristesse,
De son poids lourd fait ployer mon visage,
La peine au cœur et aux larmes la rage.

Terre des hommes le temps a changé,
Depuis que ce siècle nouveau est né,
Un vent de violence souffle dans l'air,
Une tempête folle où le tonnerre,
Déchaîne son ire et crie: "Désespoir!"
Couvre le ciel laissant l'horizon noir,
Où apparaît d'une rouge traînée,
Le cœur meurtri de notre humanité.

Le sang coule sur les pavés d'automne,
Dans les rues de Paris des cloches sonnent,
Au son des morts leur écho retentit,
Imprègne chaque mur chaque parvis,
De la plainte profonde et légitime,
Issue des disparus à leurs intimes,
Puis vient s'évanouir dans le silence,
Au pied misérable de l'indécence.

Aucune rose n'est à sa saison,
Mais je les vois fleurir à l'horizon,
Telles des étoiles qui brillent la nuit,
Elles se distinguent du béton gris,
De ces avenues brumeuses et pâles,
De ce cimetière aux pierres tombales,
Jaunes, roses, blanches, elles décorent,
Rouges, nous rappellent l'amour alors.

L'amour que le poète a pour ses pages,
Noircies à l'encre de tous ces naufrages,
L'amour d'une mère qui voit son fils,
Lui échapper dans les tourments du vice,
L'amour que voue un homme à sa promise,
De ces jours heureux à ces pierres grises,
L'amour enfin, oui l'amour éternel,
Quand s'unissent chaque jour, terre et ciel.

Ainsi Paris continuera de vivre,
À la plume éphémère, aux mots des livres,
Aux chants d'amour qui brûlent tels des flammes,
À l'écho des cloches de Notre Dame,
Par ces gerbes de fleurs éparpillées,
Sur ces tombeaux bien trop vite édifiés,
Par toutes ces lueurs un peu fragiles,
Que des bougies dessinent sur la ville.

  Mat89
Ombline


Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie. Blaise Cendrars
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1120 commentaires
Membre depuis
25 février 2014
Dernière connexion
3 juillet 2019
  Publié: 19 déc 2015 à 03:16 Citer     Aller en bas de page

Trop de violence et de haine saigne le mot humanité, combien de personnes sont et seront marquées à jamais , soit dans leur coeur soit dans leur corps...

touchant

Ombline

  La musique exprime ce qui ne peut pas être dit mais qui est impossible de taire. Victor Hugo
Mat89


Sans l'amour, que la vie peut être triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
316 commentaires
Membre depuis
12 février 2015
Dernière connexion
2 juillet 2017
  Publié: 20 déc 2015 à 06:21 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ombline
Trop de violence et de haine saigne le mot humanité, combien de personnes sont et seront marquées à jamais , soit dans leur coeur soit dans leur corps...

touchant

Ombline



Bonjour Ombline, plus le temps passe et plus j'ai cette impression que seul un petit nombre d'hommes et de femmes dans le monde se soucient d'autrui. Bien sûr les poètes en font parti... Merci d'être passée.
Amicalement Matthieu



Citation de athena 38540
Coucou Mat ,

Qu'est ce que je suis contente de te lire. Tu as dans ton poème des mots puissants, mais tellement plein de vérité, combien de temps encore va t'on faire saigner l'humanité ? Combien d'humains auront des cicatrices à jamais ancrée dans leurs chairs et leurs mémoires ?
Merci Mat ton poème est très beau.

Belle journée
Laure



Bonjour Laure, j'aimerai pouvoir te dire que l'espoir est une raison de croire en un avenir meilleur... Mais tellement de gens œuvrent pour la guerre et le profit que j'ai du mal à discerner un bien commun futur pour tous. Au moins nous, nous avons LPDP Matthieu



Citation de lechantdupossible
Bonjour Matt89. J’ai été profondément touché par ton poème. Dans le fond, la forme, pour moi, tout y est. Cette « terre des hommes », cher à Saint-Exupéry, qui devrait être synonyme d’amour, d’amitié, de fraternité, d’égalité, et de quête de sens et de vérité, qu’est-elle devenue aujourd’hui?

Comme tu le dis très bien dans ce dernier quatrain :
« Ainsi Paris continuera de vivre,
À la plume éphémère, aux mots des livres,
Aux chants d'amour qui brûlent tels des flammes,
À l'écho des cloches de Notre Dame,
Par ces gerbes de fleurs éparpillées,
Sur ces tombeaux bien trop vite édifiés,
Par toutes ces lueurs un peu fragiles,
Que des bougies dessinent sur la ville. »

…malgré tous ces actes gratuits, la vie doit continuer à avancer vers l’inconnu… dans sa douleur, ses incertitudes, sa fragilité…
J’ai vu que ta profession était militaire. C’est tout à ton honneur. C’est tellement courageux et héroïque d’exercer une telle profession aujourd’hui. De plus, tu es doué d’une belle sensibilité. Prends soin de toi.
Amitiés.



Bonjour Jean,
merci pour ce beau commentaire que tu as écrit ici, merci beaucoup. Je me trouve depuis quelques mois loin du pays, c'est donc très réconfortant d'avoir un soutien moral de temps à autre d'où qu'il vienne.
Amicalement Matthieu



Citation de Vénusia
La terre est malmenée et se sent mal, craignons sa réaction...
belle soirée



Bonjour Vénusia, je suis entièrement d'accord avec toi, l'homme possède un orgueil démesuré par rapport à tous ce qui l'entoure, alors qu'il devrait craindre sans peur mais avec respect autrui.
Amicalement Matthieu

  Mat89
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
462 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
17 décembre 2019
  Publié: 11 févr 2016 à 14:48 Citer     Aller en bas de page

très joli texte ..oui pauvre terre malmenée..j'ai peur pour l'avenir de nos enfants

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Mat89


Sans l'amour, que la vie peut être triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
316 commentaires
Membre depuis
12 février 2015
Dernière connexion
2 juillet 2017
  Publié: 15 févr 2016 à 03:21 Citer     Aller en bas de page

Citation de ninette1952
très joli texte ..oui pauvre terre malmenée..j'ai peur pour l'avenir de nos enfants



Bonjour Ninette, merci à toi d'avoir apprécié ces quelques vers...
Même si tu as peur pour l'avenir de nos enfants, il faut garder notre courage et savoir faire preuve de discernement.
Amitiés Matthieu.

  Mat89
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 858
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0454] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.