Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 37
Invisible : 0
Total : 38
· ode3117
13303 membres inscrits

Montréal: 24 jan 14:24:30
Paris: 24 jan 20:24:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: La géante Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 24 mai 2010 à 16:16
Modifié:  22 août 2019 à 11:03 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page


Rattrapée, dans ma course vaine
Par mes pensées dans les nuits d'ombres,
Suivie de mes fantômes sombres
Tu vis, malaise, dans mes veines.

Je résiste aux assauts du vrai
Qui encercle ma citadelle
Et dresse de longues échelles
Où grimpe tout ce qui m'effraie.

Combien de temps me reste-t-il
Avant de céder sous leur nombre,
De m'effondrer dans les décombres
De mes illusions si futiles ?

Comme une femme Gulliver
Vaincue par leurs fines aiguilles,
Je saigne, souffre et je vacille
Et tombe avec mon univers.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 25 mai 2010 à 03:41 Citer     Aller en bas de page

Citation de halentien
Remarquablement triste
Un poème fort et très agréable à lire (Pardon )
Bien amicalement...



Merci Halentien, la poésie a cet avantage qu'elle peut transformer la tristesse en autre chose et son poids peut alors être partagé. Merci de m'en avoir pris un petit peu, bises

Citation de Pierre Cell
Citation de Aude Doiderose

Comme une femme Gulliver
Vaincue par leurs fines aiguilles
Je saigne souffre et je vacille
Et tombe avec mon univers



Ce texte est d'une tristesse luminueuse de beauté...

Je... .... ...

...il m'a profondément touché...surtout le passage que je cite, vraiment.

Je sais qu'il est triste, mais il est magnifique.

Porte-toi bien chère amie.

Pierre.



Merci gentil Pierre pour ton commentaire délicat. Je t'embrasse.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16145 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
10 août 2020
  Publié: 25 mai 2010 à 03:53 Citer     Aller en bas de page

Il est magnifique que ce poème là....il sonne le vécu, vraiment il est à lire sans modération

c'est pour bientôt
le temps a cela de vrai
c'est qu'il fait son office
même malgré nous

des

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 25 mai 2010 à 04:17 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Guido. Ce sont souvent les plus petites blessures qui font le plus mal.

Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Miroir


"il est un " (poème de Parménide)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
10 novembre 2008
Dernière connexion
2 novembre 2017
  Publié: 25 mai 2010 à 04:46
Modifié:  25 mai 2010 à 05:11 par Miroir
Citer     Aller en bas de page


Je saigne souffre et je vacille
Et tombe avec mon univers

tout est dit avec une grâce qui fait presque oublier la douleur

Je crois que c'est mon premier passage sous vos vers , mais en fait je vous lis souvent et j'aime bien votre poésie

Merci beaucoup

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 25 mai 2010 à 05:53 Citer     Aller en bas de page

Miroir, mon beau miroir, dis moi qui est la plus belle…

J'ai beaucoup écrit sur les miroirs et les reflets, ce thème fait partie de mes favoris. Merci d'avoir pris quelques instants pour écrire ce gentil commentaire. Amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
FeudB

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7402 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 25 mai 2010 à 05:58 Citer     Aller en bas de page

Aude, il est triste ton poème, mais il est beau en meme temps, et je me retrouve aussi dans cette description.
'Je saigne, je souffre, et je vacille...'
Il va dans mes favoris, pour ne pas oublier, et peut etre , un jour, me dire que c'est du passé, tout comme toi j'espère sincèrement.

de gros bisous..

F

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 25 mai 2010 à 06:24 Citer     Aller en bas de page

Merci Feudebelt, ce que tu m'écris me touche beaucoup. Le malaise ça s'en va et ça revient comme le disait ce grand poète du XXeme siècle : Claude François.

Il y a surtout une belle chanson de Barbara qui illustre le propos :

Le mal de vivre

On peut le mettre en bandoulière
Ou comme un bijou à la main
Comme une fleur en boutonnière
Ou juste à la pointe du sein
C'est pas forcément la misère
C'est pas Valmy, c'est pas Verdun
Mais c'est des larmes aux paupières
Au jour qui meurt, au jour qui vient

Le mal de vivre
Qu'il faut bien vivre
Vaille que vivre

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 25 mai 2010 à 07:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de James Px.
Aude tu n'as plus que deux solutions :
Créer une boîte de démolition et de transport d'encombrant toxique
Ou de reprendre des études pour être acupunctrice
Mais ne serais -tu pas en train de couver une hallucination lilliputienne

james px.

Nota la brune en avatar elle dégage moi aussi je fais des hallucinations




C'est moi que tu qualifies d'encombrant toxique ?


A vrai dire, James Px, l'image de Gulliver terrassé par les lilliputiens m'a toujours terrifiée.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1032 poèmes Liste
16673 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
29 décembre 2020
  Publié: 27 mai 2010 à 02:06 Citer     Aller en bas de page

Une part de toi, plus torturée, qui transparaît dans ce poème...je suis content que tu puisses la partager avec nous, car tu vois que nous sommes tous touchés par la tristesse de ces mots !
J'espère que ce moment d'intenses maux saura passer et trépasser pour que tu retrouves la gaieté, telle que tu la mérites, chère aude !
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 27 mai 2010 à 02:59 Citer     Aller en bas de page

Citation de pyc
Une part de toi, plus torturée, qui transparaît dans ce poème...je suis content que tu puisses la partager avec nous, car tu vois que nous sommes tous touchés par la tristesse de ces mots !
J'espère que ce moment d'intenses maux saura passer et trépasser pour que tu retrouves la gaieté, telle que tu la mérites, chère aude !
amitiés sincères à toi.
pyc.



Cher Pyc ta gentillesse est rafraîchissante. Question du bac philo : la gaité se mérite-t-elle ?
En tous cas ma réponse est qu'elle est toujours bonne à prendre et je la préfère de loin à tous les spleens. Comme tu le sais Pyc je ne suis pas d'un naturel triste, donc mon côté joyeux ressort toujours, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
SélénaéLaLouveFéline

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9826 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
31 décembre 2020
  Publié: 27 mai 2010 à 08:22 Citer     Aller en bas de page

Chère Aude

On n'écrit bien que dans le chagrin, il sublime nos rimes....en voilà la preuve....


Sélénaé ....bizzzzzzzzzzzzzzzz

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 27 mai 2010 à 08:26 Citer     Aller en bas de page

Citation de [Red
]Je ressent l'héroïne de ses mots comme un fantôme. (je me comprend je crois.)


Red, tu veux dire la "narratrice" ? Alors, elle fantôme assaillie par d'autres fantômes.

Citation de Sélénaé La Louve
Chère Aude

On n'écrit bien que dans le chagrin, il sublime nos rimes....en voilà la preuve....


Sélénaé ....bizzzzzzzzzzzzzzzz



merci Sélénaé pour ton passage. Parfois je me le dis aussi mais quand même j'aime pas être comme ça. Biiiz

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
809 poèmes Liste
22920 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 28 mai 2010 à 10:42 Citer     Aller en bas de page

Citation de [Red
]oui la narratrice c'est cela, mais il y a comme une sorte de "drogue" d'où le terme d'héroine, mais c'est un rescentie. Trés beau texte en tout les cas.



Merci Red.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 4468
Réponses: 13
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0317] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.