Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 428
Invisible : 0
Total : 435
· SHElene · Cioran · ami_des_vers · ori · Vampireofyournights · mido ben · gattopardo
13153 membres inscrits

Montréal: 25 févr 11:09:12
Paris: 25 févr 17:09:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Apparition, à l’ombre d’une statue. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 16 févr 2010 à 15:27
Modifié:  16 févr 2010 à 16:23 par argile
Citer     Aller en bas de page


Apparition, à l’ombre d’une statue.

Elle trône, sans mouvements, flamboyante,
Statue de pierre, compagnon fascinant,
Dans ses yeux, une braise qui s’enflamme,
Antique, poussiéreuse et mémorial,
Où se reflète sous une pluie diluvienne,
Une histoire archaïque, qui s’éveille.

Elle se tient, robuste, élevée en dieu,
En maître captif, otage de ces lieux,
Régnant sur le temps, éclatante, émérite,
Sur le lit de nos nuits vides, qui s’effritent,
Gardienne des maux antérieurs,
Mon sang colore ses teintes de noirceur.

Pâle, dans la clarté elle s’éveille, inerte,
Dans son cœur azur, une fortune désuète,
Comme morte, dépassée, elle invite de ses mains blêmes,
De ses doigts, impressionnants, longs et ternes,
A dissimuler, cacher les enfants et ensevelir,
Les fautifs, en quête d’évasions pour des rires.

Statue, des combles ravagés,
Maître de la quiétude et des araignées,
Ses prunelles, vétuste et triomphante,
Précurseur de nos peines titubantes,
Expédie un doux parfum de bonheur,
Témoin des chagrins qui s’effleurent.

Mille secrets morts dans ses contours,
Au creux de sa confiance, ravins de son amour,
Condamne son enveloppe, amorphe et acquitté,
D’un rôle perdu, dans l’empire des années.
Antique, la route des confidences,
S’est tue, comme une évidence…

Un courant d’air,
Étouffant, oppressant l’atmosphère,
Me rappelle, aux années fugaces,
A la brise du temps qui passe,
Un souffle qui court…
Obsolète pour toujours.

Elle s’est endormie, occultant à nos souvenirs,
Sa présence sans vie, sans plus rien à ravir,
Devenue invisible, elle meurt d’ennui, Jalouse la vie,
De retour à son chevet, m’est apparue une illusion, une envie,
Son cœur frappait, l’inutilité, les heures à l’envers,
Transparentes d’apaisement, une vision… la dernière.

Hallucination, Fantôme de mes plus beaux songes,
Spectre d’un ange, besoin d’une éponge,
Au pied inanimé, d’une statue dépourvue d’âme,
Une princesse est venue, endormir par une flamme,
Le vide et l’appréhension dans un sourire,
Les jours, les heures et les secondes qui s’étirent.

Belle à en mourir, dans une robe de dentelle,
Dans le flou d’une lumière, charmante et rebelle,
Réalisation visuelle de mes plus grands désirs,
J’ai cru à sa beauté et l’ai laissée m’envahir,
Dans le halo, de sa séduisante puissance,
La joie submergeait mon inconscience.

Tendant la main, la messagère m’invita,
A basculer avec extase, dans l’étreinte de ses bras,
Elle disparut dans un nuage, un craquement de remords,
Un chant d’os qui s’émiette, puis s’évapore,
Laissant là les ruines de son mirage,
A l’ombre d’une statue, d’une pierre sans âge.

La terre est froide, son regard me poursuit,
Le temps est mort, sans aucun bruit
Je pleure cet adieu, ce merveilleux cadeau,
D’une statue confidente, d’un esprit si beau,
Et les larmes coulent, mon ange disparut,
L’espace d’un instant, j’y ai tellement cru…

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 16 févr 2010 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Angitia, un grand et beau poème avec l’apparition de très belles images pour former une source magique nommée « poésie »

Merci pour ce partage

Amitiés

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 17 févr 2010 à 01:28 Citer     Aller en bas de page

Je partage les commentaires qui me précédent. Tu as écrit un magnifique poème . Un monde étrange d'ondes que l'on approche une à une...Nous capturons une image sublime qui s'évanouit... puis une autre... parfois c'est toi qui danse fragile feu-follet... Bravo. Merci Angie

Bisous
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Rousselaure


J'aime les mots de ciel bleu. J'en écrirai jusqu'à ma mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
197 poèmes Liste
5644 commentaires
Membre depuis
5 juillet 2009
Dernière connexion
12 mars 2019
  Publié: 17 févr 2010 à 02:11 Citer     Aller en bas de page

Ton poème est magistral et d'une grande profondeur.Bravo!
Amitiés.

  je suis et resterai celle qui t'attends
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
701 poèmes Liste
14963 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
23 février
  Publié: 17 févr 2010 à 02:35
Modifié:  17 févr 2010 à 02:39 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Belle à en mourir, dans une robe de dentelle,
Dans le flou d’une lumière, charmante et rebelle,
Réalisation visuelle de mes plus grands désirs,
J’ai cru à sa beauté et l’ai laissée m’envahir,
Dans le halo, de sa séduisante puissance,
La joie submergeait mon inconscience.

Tendant la main, la messagère m’invita,
A basculer avec extase, dans l’étreinte de ses bras,
Elle disparut dans un nuage, un craquement de remords,
Un chant d’os qui s’émiette, puis s’évapore,
Laissant là les ruines de son mirage,
A l’ombre d’une statue, d’une pierre sans âge.

La terre est froide, son regard me poursuit,
Le temps est mort, sans aucun bruit
Je pleure cet adieu, ce merveilleux cadeau,
D’une statue confidente, d’un esprit si beau,
Et les larmes coulent, mon ange disparut,
L’espace d’un instant, j’y ai tellement cru…


A ngel qui écrit avec le coeur
g rand est sa peine ,son besoin d'amour
i vre je voulais la rendre de bonheur
t oute mon affection je lui donne, tendre poète!
i mmense est son poétique talent
a mour et joie je lui souhaite en tonnes dorénavant





Galatea mère-avant-tout

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
26 octobre 2019
  Publié: 17 févr 2010 à 07:55 Citer     Aller en bas de page

Ta plume grandit très vite Angitia et j'en suis très heureux

très belle poésie !

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16122 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
31 janvier
  Publié: 18 févr 2010 à 05:40 Citer     Aller en bas de page

Un poème singulier qui offre une lecture originale

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 18 févr 2010 à 06:25 Citer     Aller en bas de page

clovis, Merci
Stephan, merci, si il a l'air décousu et un peu emmêlé c'est parce-que j'avais la tête comme un sac de nœud quand je l'ai écrit
Li, une apparition merveilleuse oui.. merci.
Ismael, merci, c'est un souvenir, un moment ou j'ai crus voir un ange..
Rousselaure, merci
Galatea&Aci merci toi
James, merci, ma plume grandit peut être mais elle tien encore dans ma main ca vas
James Px, merci, tu a raison, j'aime la relire, me souvenir et y croire a nouveau.
Guido, merci

Amitiés a vous

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1229
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0468] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.