Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 336
Invisible : 0
Total : 339
· Lafleurquirime
Équipe de gestion
· Ashimati · Catwoman
13575 membres inscrits

Montréal: 28 sept 13:52:45
Paris: 28 sept 19:52:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: L'homme qui nous regardait... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 23 déc 2009 à 09:06
Modifié:  23 déc 2009 à 09:39 par argile
Citer     Aller en bas de page

L’homme qui nous regardait…

***

Un homme dans une ruelle sombre, marchait.
Son pas, troublé par un vent froid vacillait.
Un homme qui avait le regard lourd et perdu,
Un regard, au gris mouillé de cette triste rue.

Un homme, de sa triste vie, réfléchissait.
Qui sait ce qu’il a fait, ce qu’il a vécu ?
Les pavés inégalés en ont gardé le secret.
Il ne me reste qu’à l’oublier, oublier de l’avoir vu.

L’homme comme chaque soir, revenait.
La démarche identique, le même vide dans les yeux,
Un pas après l’autre, l’autre toujours malheureux,
Il se frayait un chemin sous mon regard lassé.

La lassitude, pèse lourdement sur ses épaules.
Un sentiment qui ride un pas déjà vacillant.
Je crains, de croiser son regard terni par les ans.
Il passe, marche, une solitude qui me regarde et me frôle.

Ce soir, l’homme ne marche plus dans la ruelle.
Cette nuit, mon cœur est enfin apaisé. Je ne l’ai pas vu.
Ce soir l’homme n’est pas venu et son regard s’est tu.
Car cette nuit, les pavés ont gardé le secret d’une étincelle.

***

Pascal
23/12/09


Pour ces hommes et femmes qui meurent dans les rues sous nos regards lassés.

 
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9821 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
28 septembre
  Publié: 23 déc 2009 à 12:49 Citer     Aller en bas de page

Astre

Un poème remplit de vérité, combien de regards avons nous croisés comme celui-ci ..

Sélénaé très beau poème

Comme toujours j'ai aimé

Amitiés tendresse bon Noël et une très Bonne Année à
vous

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1027 poèmes Liste
16595 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 27 déc 2009 à 00:19 Citer     Aller en bas de page


Devant ces gens qui n'ont plus rien que dehors pour vivre, pour survivre, pourquoi est ce que l'homme les méprise, les oublie si souvent ? Malgré tout, il y a encore des gens qui essaient de les aider, je les salue et les remercie ! A l'heure des grands froids, on pourrait dire que tu as écris un poème d'actualité, et je trouve bien de nous faire réfléchir à cette misère émouvante, cruelle !
Je suis touché par la tristesse de ton poème, qui me parle beaucoup !
Amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 23 jan 2010 à 08:33 Citer     Aller en bas de page

Malika : un hommage ou une triste réalité... merci d'avoir ce cœur remplis de compassion

Samira : Merci d'avoir si bien compris et d'être passée sur les maux de ces hommes et femmes...

Sélénaé : Que nos regards ne se détournent pas lorsque nous croisons le leur, de peur d'avoir honte de nous même... merci

Pyc : je sais combien elle peut te toucher cette vérité... ton poème est tout aussi brillant de réalité, tu fais partis de ces hommes et à mon tour je t'en remercie. amitiés

Pascal

 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 13 mai 2010 à 06:56 Citer     Aller en bas de page

Un poème poignant, qui réveille nos consciences. Effectivement, on croise des gens une fois, deux fois, dix fois... juste un coup d'œil... pour ma part une timidité plus que de l'indifférence. Comment briser ces solitudes sans être indiscret... sans paraître avoir pitié. Une fois, j'ai tenté de converser et je me suis faite envoyer... au diable Vauvert. Cela refroidit. Sans doute cette femme était-elle si blessée par la vie que son jugement n'était plus apte à faire la différence. Merci pour cette lecture émouvante Pascal

amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 8 juin 2010 à 17:44 Citer     Aller en bas de page

Martine

"Effectivement, on croise des gens une fois, deux fois, dix fois... juste un coup d'œil... pour ma part une timidité plus que de l'indifférence. Comment briser ces solitudes sans être indiscret... sans paraître avoir pitié. Une fois, j'ai tenté de converser et je me suis faite envoyer... au diable Vauvert. Cela refroidit. Sans doute cette femme était-elle si blessée par la vie que son jugement n'était plus apte à faire la différence"

Tu sais, je ne suis pas différent... écrire ce poème pourrait être une marque de ma timidité, d'autre pourrait voir un moyen de se défiler et de se dire que je me cache derrière ces mots pour conforter ma conscience... mais non, je me fais souvent envoyé bouler quand j'essaye de converser avec eux, peut être agissent ils ainsi pour nous montrer qu'ils ne sont pas si différent de nous... la solitude on y a tous droit...

Merci d'être là Martine, je me suis attaché à tes passages.
Amitiés sincères
Pascal

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1082
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0331] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.