Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 46
· Chlamys · JYL · ori · Rose-Amélie · Llina · Lachésis (Moirae)
13153 membres inscrits

Montréal: 25 févr 14:11:24
Paris: 25 févr 20:11:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Il avait 8 ans Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 24 nov 2009 à 10:06 Citer     Aller en bas de page

« Chaque jour la même chose, la même histoire,
Chaque heure la même pensée, le même savoir,
Chaque minute le même présent, le même cauchemar,
Chaque seconde la même peur, le même four crématoire.

Tenir dans ses mains de hautes responsabilités,
Tenir dans ses mains ce qui permettra de chauffer,
Tenir dans ses mains des être à brûler,
Tenir dans ses mains le sort de l’humanité… »

Il a 8 ans, il s’appelle Yokim et il est encore en vie.
Chaque matin il sort de sa couchette de peur d’y rester cloué.
Chaque matin il fait le même trajet, celui qui l’emmène à son lieu de travail. Les empreintes qu’il laisse sur le sol retracent ses pensées.
Sang.
Une couleur à laquelle il s’est habitué. Son regard ne tremble plus devant la souffrance de ses aînés, ses yeux ne parlent plus lorsque l’un deux se fait tuer. Sa vision s’est arrêtée sur les traces qu’il laisse sur le pavé…
Sang.

Il a 8 ans, il s’appelle Yokim et il écrit.
Il écrit, car il a compris que seul cet acte pouvait l’empêcher de sombrer dans un état léthargique, dans lequel, l’instinct de survie avait du mal à rester en vie.
Il écrit, sur les murs des salles de gazage lorsqu’il vient « nettoyer » les lieux.
Il écrit, dans la neige, à côté des cendres qui lui réchauffent les pieds.
Il écrit, dans la boue, à côté de ceux qu’il vient d’enterrer.

Il écrit.

Il a 8 ans, il s’appelle Yokim et il écrit sa vie.
Il peint ce qu’il est avec son sang à demi séché.
Il dessine ce qu’il voit avec la crasse de ses doigts.
Lorsqu’une fois de plus ses pas le mènent à son lieu de travail, le décor change, le paysage se module, un artiste est passé. Le chef d’œuvre d’un enfant qui ne saura jamais qu’il apporte en ces lieux de désolation, une petite part d’humanité.
Tableau taillé avec le gris acier de son regard, tracé par son cœur torturé d’incompréhension, un tableau, celui d’un petit déporté.

« … Devenir à son tour la proie des flammes,
Celles qui viendront faire leur boulot infâme,
M’envoyer vers le ciel en petite fumée,
Me rendant ainsi ma vraie vie, ma liberté. »

Il avait 8 ans, il s’appelait Yokim et avec quelques charbons il écrivit ce qui lui restait de vie. Le tableau ainsi terminé, d’un cri il put le signer.

 
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1523 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
11 septembre 2019
  Publié: 24 nov 2009 à 11:18 Citer     Aller en bas de page

Monstrueusement beau.

Les images évoquées ici sont celles que j'ai vues tant de fois et qui m'ébranlent toujours autant. J'en ai pleuré, j'en pleurerai encore et j'ai honte de faire partie de cette race : l'homme.

Bravo pour ces vers, ils sont poignants.

LYKAN

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
26 octobre 2019
  Publié: 24 nov 2009 à 11:38 Citer     Aller en bas de page

Emu ! tes mots valsent en moi !

merci James

  Membre de la Société des poètes Français.
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je ne suis qu'un reflet, vous êtes cet abîme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
311 poèmes Liste
17996 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
24 février
  Publié: 24 nov 2009 à 13:45 Citer     Aller en bas de page

Grosse boule d'émotion là ...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 28 nov 2009 à 09:48 Citer     Aller en bas de page

Ton texte est bouleversant.. y a pas d'autres mots..

Amitiés.

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 29 nov 2009 à 11:40 Citer     Aller en bas de page

Lykan
James
james matis
Malika
Bestiole
Vénusia
Angitia

Je vous remercie de ce passage.
J'ai écris en ayant aussi cette grosse boule qui fait mal...
Des personnes m'ont demandé de ne pas parler de ce sujet, il fait mal, il fait honte, il fait peur.
J'en parle et je l'écris, cet enfant avait 8 ans il s'appelait Yokim, il est moi il est vous, il est n'importe qui.
Je vous remercie de cette sensibilité qui respire en vous, il existe encore des personnes qui prennent conscience de ce que peut être l'homme.
J'aimerais écrire un jour sur le même sujet, un autre côté de la Shoa, au lieu du H de honte pour écrire l'humanité, j'aimerais écrire le H de heureux. Suis je fou, ne risquerais je pas de dénaturer cet aspect de l'histoire, Le bonheur dans ce chaos, impensable... mais j'essaierais. C'est un défi que je me suis donné, une autre boule dans la gorge, mais une qui s'avale.
Merci
Mes amitiés à vous tous et toutes...
Pascal

 
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9809 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
23 février
  Publié: 29 nov 2009 à 15:11 Citer     Aller en bas de page

Astre

Un poème à couper le souffle, ce petit bonhomme de 8ans qui peut être des millions d'autres....j'ai toujours un mal fou à comprendre comment peut on faire mal à un enfant..c.'est si beau un enfant...

Merveilleusement et tristement beau ce poème...

Sélénaé Amitiés

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16122 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
31 janvier
  Publié: 30 nov 2009 à 02:11 Citer     Aller en bas de page

Yokim ? C'est notre enfant à tous !

beau texte, fort, touchant, vrai...

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Titou[Snif]


Il y a ces mots qui ne servent à rien, ces regards qui en disent long...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
507 commentaires
Membre depuis
10 octobre 2006
Dernière connexion
29 mai 2013
  Publié: 30 nov 2009 à 10:55 Citer     Aller en bas de page

une boule à l'estomac c'est réel et tellement prenant...
le titre m'a appelé le texte m'a bouleversé.
J'ai baigné dans cette vie de ... souvenirs de cette époque après tout je suis de la famille des déportés alors... ça me touche du bout des doigts.

Une mention spéciale pour se texte sans précédent, pour cette crampe que tu as créé en moi et pour les sanglots retenus au coeur de mon être.

  Tomber dans le coeur d'un adolescent qui .. ressemble à l'ado qu'on était.. c'est doux comme tomber sur un nuage...
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 1er déc 2009 à 15:11 Citer     Aller en bas de page

Sélénaé
On peut toujours là où nous sommes, montrer qu'il y existe énormement de personnes pour qui l'enfant est la vie, elle même. Je me battrais par mes propres moyens, si les mots peuvent aider à faire évoluer certaines mentalités j'en ferais usage.
Merci d'avoir aimé
Votre Pascal


Guido
Oui c'est notre enfant, celui qui un jour posera sa tête sur mon épaule et me dira dans les yeux, "c'est quoi la vie Papa?"
Merci d'être touché.
Amitié
Pascal

Marjorie
Une crampe avec laquelle on doit vivre quand même, devrais je être content de la peine qui est remonté à la surface... peut être, oui, une preuve de plus qui montre la grandeur de ton âme. Tu a répondu à cet appel silencieux, celui de l'humanité...
Merci
Ton petit frère...

 
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 3 déc 2009 à 15:55 Citer     Aller en bas de page

impressionnée !!

merci !

  Seirén - ©
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15491 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
24 février
  Publié: 8 déc 2009 à 09:59 Citer     Aller en bas de page

Dans le pays d'où je viens , enfant j'ai visité ces camps...atroce, des souvenirs que rien ne saurait effacer...honte à l'homme dans sa bestialité...
Alex

 
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 23 jan 2010 à 08:38 Citer     Aller en bas de page

Idou
Je le suis tout autant, lorsque me revienne en tête ces histoires de vie au sein de la mort...
Merci d'être passée je vous suis reconnaissant
amitiés
Pascal

Alex
J'ai mis les pieds sur les graviers qui ont accompagné le calvaire de ces hommes, des graviers qui restent rouge, à la couleur de leur souffrance... ces camps resteront gravés dans mon âme... merci, je comprends qu'elle peut être ta peine car elle est mienne...
Amitiés
Pascal

 
latortue59


vouloir, c'est pouvoir
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
735 poèmes Liste
2138 commentaires
Membre depuis
25 juin 2009
Dernière connexion
22 mai 2016
  Publié: 14 juil 2010 à 16:58 Citer     Aller en bas de page

très beau, émouvant,j'ai eu le coeur serré quand je t'ai lu,hélas beaucoup trop de petits dans le même cas, amitiés

  une hirondelle ne fait pas le printemps
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 22 sept 2010 à 18:04 Citer     Aller en bas de page

Clo
Ton commentaire (il date vraiment, alors excuse moi) m'a fait relire ce texte... la même émotion m'est revenue...
Merci beaucoup d'être touchée par ce genre d'histoire...
Amitiés
Pascal

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2014
Réponses: 14
Réponses uniques: 11
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0562] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.