Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 157
Invisible : 0
Total : 158
Équipe de gestion
· Maschoune
13321 membres inscrits

Montréal: 25 oct 15:15:16
Paris: 25 oct 20:15:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Un canon dans la bouche Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 23 sept 2009 à 09:12 Citer     Aller en bas de page

UN CANON DANS LA BOUCHE

Et quand tes mots détonnent, c’est mon âme qui déconne.
Suicidaire malgré mon bonheur, inexplicablement,
Ma bouche est affamée d’engloutir et d’avaler
Le canon d’un flingue glacé, l’enfoncer jusque dans la gorge,
Jusqu'à gerber sur cette tige de métal
Et retourner ritournelles, toutes les mélodies morbides
D’une vie emplie de parallèles, étrangement pleine, dangereusement vide,
Puis d’un quotient magnifique échanger le zéro et l’infini, l’infini et le néant.
Inversion puissante. Aversion démente.

Je verse et je déverse mon fiel sur ce monde,
Une averse acide de mots incompris pour célébrer l’Équation de la Passion,
L'équation de ma croix, règle de trois déréglée où l'une est de trop.
Tendre vers mes limites, vouloir les atteindre et savoir ne jamais le pouvoir,
L’asymptote est hors de portée !
C'est la Loi !
Persistance inutile.


Et quand tes mots détonnent, c’est mon âme qui déconne !
Le doigt sur la gâchette, caresser le destin de mes lèvres,
La bave comme lubrifiant, en des aller-retours impudiques.
Je viole de ma bouche la tige au goût cuivré !
Avant-goût écoeurant et fatal
D'une balle éjaculée...

J'ingère plus profondément encore toutes les pensées,
Tournoyantes, perturbantes, foudroyantes, assommantes, rayonnantes.
.

.

. "Ta gueule le poète, tes mots ne sont rien !"

. …………………………….. Le silence est d’or,

.

.

Les pensées sont-elles semblables à des vols de corbeaux,
Psychopompes en attente du flamboiement ultime,
De l'étincelle qui mettra le feu à la poudre ?

Rouge feu. Rouge Sang. Puis... Rouge Noir...


.

.

. .....................................................Blackout

. ..........................................Le silence est : MORT........................................

.
Le doigt contracté, plus de cachette pour le cadavre en sursis.
Dis Maman, ça fait mal de mourir ?
Quand la balle traverse le cerveau, que le crâne se fend,
Voit-on l’Ange ou ressent-on seulement la Douleur ?

_________________________L'Ange EST Douleur.

L'irrémédiable accompli, il est possible que le temps se ralentisse, slow-motion extrême,
La balle perforant lentement, ravageant sur cent milliards d’années ces quelques centimètres,
Le corps tout entier innervé de souffrance sur une durée tellement longue…
Te.l..l...e....m.....e......n.......t............l........o.........n..........g............u.............e


C’est si long de mourir, d’atteindre la délivrance, de se défaire des évidences.
L’enfer c’est peut-être ça : juste un peu de physique,
Le chat de Schrödinger se baladant sur une anomalie temporelle.

L’enfer, ce n’est pas les autres, l’enfer c’est juste moi.
Juste moi et toi.

Le paradis ?



LYKAN, le 18 Septembre 2009, Neuvième Lune Noire de l'An de Grâce 2009

 
Mystic4Ever


Le tant me manque et toi bien plus encore!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
762 poèmes Liste
10443 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 23 sept 2009 à 10:32
Modifié:  23 sept 2009 à 11:54 par Mystic4Ever
Citer     Aller en bas de page

Il s'en passe des choses dans la tete entre le moment où on appuie sur la détente et le moment où la balle atteint son objectif, on est fragile face à la mort, on est fragile face à la vie, un texte orphique où les mots ne sont pas deposés au hasard pour derouter le lecteur........que penser? si ce n'est que les mots sont les mots , les vivre c'est une autre emotion, voila j'ai ma tite analyse à deux balles.... le loup "c'est ce que je ressens en vous lisant, un chaos, une deroute à l'insu de mon plein gré"


Mystic

ps: je pourrais en ecrire et en ecrire pendant des heures
vu que ce texte a de multiples interpretations et c'est ça qui me plait

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23541 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 23 sept 2009 à 10:49 Citer     Aller en bas de page

je n'ose imaginer les images mon ami
je crois que tu viens d'écrire le suicide de mon frère
qui s'est donné la mort le 20 aout 1992 à l'âge de 26 ans !

je crois que je viens de lire ce qu'il a fait ce jour là
je me pose des questions

comment vas-tu mon ami ?
c'est bizarre que tu écrives des vers comme ceux-ci !
mes sincères amitiés

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 23 sept 2009 à 11:51 Citer     Aller en bas de page

Pas le temps de répondre maintenant mais pour éviter tout malentendu je veux juste dire que je vais très bien, no suicidal tendencies in me !
Des mots à double-sens.

 
Miroir


"il est un " (poème de Parménide)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
10 novembre 2008
Dernière connexion
2 novembre 2017
  Publié: 23 sept 2009 à 11:58
Modifié:  23 sept 2009 à 12:23 par Miroir
Citer     Aller en bas de page



Mon cher Lykan :

bonjour à toi

j'ai lu ton texte , mais cette fois je ne ferai pas d'analyse ....et si je me suis planté avant dans certaines de tes devinettes ...j'ai vraiment l'impression de l'avoir dans mon corps ce texte ...mais sans aucune idée suicidaire bien sur parceque ...tout comme toi ...Je suis increvable


merci pour ces cou de canon qui ne laissent personne endormi

un texte très très fort

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23541 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 23 sept 2009 à 15:48 Citer     Aller en bas de page

je suis rassuré mon ami , la poésie c'est aussi cela
et apparemment tu as réussi a nous faire peur avec ce texte aussi vrai que la vérité

mes amitiés a plus tard

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 24 sept 2009 à 13:20 Citer     Aller en bas de page

Et bé whaouw
Tu me laisse un goût d'intensité dans la bouche!
De ces vers qui crient sans couvrir le murmure des sensations, des sentiments, de la peur même
J'ai adoré ce vers là:
"
Et quand tes mots détonnent, c’est mon âme qui déconne !"

J'ai beaucoup apprécié de le voir répéter deux fois

Et ça aussi:
"Le doigt contracté, plus de cachette pour le cadavre en sursis.
Dis Maman, ça fait mal de mourir ?
Quand la balle traverse le cerveau, que le crâne se fend,
Voit-on l’Ange ou ressent-on seulement la Douleur ?"

La peur enfantine du noir, de l'oubli
Vraiment bravo poète!
Et merci plus encore

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 26 sept 2009 à 07:25 Citer     Aller en bas de page

Mystic,

Il doit s'en passer des choses, effectivement...
Il faut un sacré cran pour presser la détente.
Perso, je ne pourrais pas. Je m'enfermerais sans doute dans mon garage, ivre pré-mort, m'installerais dans ma voiture, la musique que j'aime à fond et contact. Un peu mauviette mais sans doute indolore.

Bravo pour votre perspicacité, ce texte est 100% orphique. Un choix douloureux, pour deux. Il faut être capable d'assumer. Quatre mois ne lui ont pas suffi pour m'apprivoiser...
Celui qui se flingue ici, vous le connaissez aussi dans le fond...

Merci l'amie !

****************************************************************
L'insoumise,

Je vous cite :
"il me laisse un sentiment de malaise ton texte.

je ne saurais dire ce qui prime le plus, le défaitisme, la désespérance?
je ne ne sais pas!

merci en tout cas de ma lecture."

C'est clair qu'il n'est pas gai mais y voir du défaitisme, une désespérance est erroné.
Il faut y voir de l'assurance, de l'indépendance et du réalisme.

Merci pour vos mots, et bonne route !

****************************************************************
James,

Totalement désolé et confus si j'ai réveillé chez toi des souvenirs douloureux.
Je ne connaissais pas cette partie de ton histoire.
Un tel acte, c'est du désespoir, rien d'autre.

Mes amitiés et merci pour ton inquiétude qui m'a touché.

****************************************************************
Miroir,

Dommage si tu n'analyses plus, car tes analyses étaient toujours intéressantes car elles mettaient en avant des côtés inattendus.
Increvable ! Oui, bon mot. Restons increvables !

Mes amitiés, Miroir.

****************************************************************
Echo,

Tu y as vu des sentiments, la clé est là.
L'amour impossible en filigrane, la raison qui doit triompher de la passion, en toutes circonstances.
Ne l'oublie pas...

Merci pour tes mots.

****************************************************************

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15512 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 26 sept 2009 à 09:13 Citer     Aller en bas de page

Cher Lykan, tu connais ma sensibilité , donc je ne parlerai pas du fond, trop dur....mais j'admire le poème pour sa forme et ses mots parfaitement posés sur le papier...
Alex

 
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 26 sept 2009 à 09:27 Citer     Aller en bas de page

Alex,

En effet, je connais ta sensibilité et te voir sous ces mots m'a plus que surpris, sincèrement.
C'est tout à ton honneur de t'exprimer sur la forme en faisant abstraction du fond. Je n'en suis pas capable. Mais tu es une Grande Dame et moi seulement un petit loup...

Merci beaucoup.

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
896 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
23 avril
  Publié: 30 sept 2009 à 07:56 Citer     Aller en bas de page

Je suis totalement "bloqué" devant ce "texte".
Je me revois il y a 2 ans, me posant les mêmes questions, ayant les mêmes inquiétudes.
Ironie d'un instant de lassitude.

Merci à toi d'avoir si bien su "exprimer" ce que je n'ai jamais su dire à cette époque.

Chapeau bas.

 
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 30 sept 2009 à 09:28 Citer     Aller en bas de page

Ce sont plus que des instants de lassitude... Certaines décisions se prennent comme un suicide. Plus motivées par le désespoir que par toute autre chose. Il est nécessaire d'agir parfois contre sa passion, de laisser triompher la raison et ça fait mal. Très mal. Vient alors le temps de cette nouvelle compagne, cette boule au ventre qui vit en nous quelques jours, quelques mois, quelques années... Tout dépend. Si elle reste toujours alors c'est que la décision n'était pas la bonne. Mais comme celui qui a pressé la gâchette il est alors trop tard.

Bienvenue sur le site.

 
Kaissy Tadrim


Faites l'humour, pas la gueule!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
101 poèmes Liste
2040 commentaires
Membre depuis
18 mai 2009
Dernière connexion
27 septembre 2011
  Publié: 4 oct 2009 à 13:12 Citer     Aller en bas de page

Le paradoxe du comédien (ou de l'artiste ou de l'écrivain): doit-il forcément ressentir les émotions qu'il expose (ou couche sur papier), ou bien avoir du recul, disons pour traduire le ressenti des autres sans les partager, sachant qu'il les "vit" d'une certaine manière?
Texte superbe, tant dans la forme que pour le fonds qui donne à réfléchir.

  Viridiane, jamais je ne t'oublierai!
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 6 oct 2009 à 03:00 Citer     Aller en bas de page

Kaissy,

Jouer la comédie, je ne sais le faire. Du ressenti il y en a donc toujours.
Un écrit pour moi part nécessairement de quelque chose de bien précis. Cela peut être une image, une "chanson", une vidéo. Puis c'est souvent comme si quelqu'un d'autre voulait s'exprimer au travers de mes mains. Je pense qu'un psychiatre nous dirait que ce n'est rien d'autre que notre inconscient.
Pour ce texte, ce fut un mail de quelqu'un à qui je tenais énormément qui m'a fait comprendre l'impossibilité de notre relation. Nous ne l'envisagions pas sur le même plan, tout simplement (un problème de définition de l'amitié je dirais) et ses mots ont engendré les miens.
Ce suicide est celui de cet amitié/amour impossible.
Le reste... n'est que littérature.
Merci pour vos mots très encourageants.

****************************************************************
S.,

Une fin prévisible, donc... Sans doute. Pas facile de me faire dévier !
Renaissance... Peut-être. Cela ne dépend plus de moi. Mais est-ce réellement souhaitable ?
Sachez enfin, chère amie, qu'un être peut pourtant faire cesser ce que je suis. Cet être n'est autre que moi.

A bientôt, dans la beauté de vos mots...

 
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 nov 2009 à 12:04 Citer     Aller en bas de page

Citation de CHANELLE
Bonjour likan


je viens de lire ton terrifiant texte dur dur

mais j'apprécie la qualité de ton écrit merci



CHANELLE



Est-il vraiment si terrifiant que cela ? Si tel est le cas, un double-merci pour l'avoir tout de même lu et commenté.
Bienvenue sur le site, j'espère que vous vous y plairez.

 
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 29 nov 2009 à 10:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de james matis
L'homme est lâche ... Si tu étais vraiment mal ... Un conseil pense aux autres .... et tire la Mystic en évitant le canon ou alors ... bois en un ... avant d'aller la bouffée !
Gaudi le mal voyant



Heu... Je ne comprends pas trop le rapport avec Mystic... Serait-ce vous qui auriez abusé des canons ?

 
Chevalier Liqueur


Je ne suis pas là pour être aimé...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
2476 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2007
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 30 mai 2010 à 08:56 Citer     Aller en bas de page

décidemment, j'aime beaucoup te lire.
Merci.

Clem

  N'attends pas que je sois tombé pour la France...
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1566 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 30 mai 2010 à 09:34 Citer     Aller en bas de page

Citation de Condamné Liquoreux
décidemment, j'aime beaucoup te lire.
Merci.

Clem



Eh bien celui-ci parle de la même muse que celle de "graine orphique", mais là c'était à mon tour de mettre un point (de suspension ?) à notre "histoire" compliquée, un peu comme on se tire une balle.

Ravi qu'il vous ait plu.

LK

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1832
Réponses: 17
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0375] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.