Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 731
Invisible : 0
Total : 731
13170 membres inscrits

Montréal: 6 août 11:57:05
Paris: 6 août 17:57:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Pardon Paris - Adamantine et Aude Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 12 avr à 14:43
Modifié:  13 avr à 00:55 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page




Tu es à deux pas, comme un homme
Qui me repousse et que j’adore,
J’effeuille en songe notre album,
De Concorde à la Goutte d’Or.

Les joailliers, place Vendôme
N’ont plus de rubis pour mes doigts.
Le Palais n’est qu’un vague dôme,
Le Louvre étreint ses rois, sans joie.

Dans ma folle envie, je te foule :
Tes quais, tes places, tes ponts, tes rues.
Sous la scène, mes paupières coulent 
Ces canaux que je ne vois plus. 

Je reviendrai, sois-en certain,
Lécher ta poitrine insolente,
Des Champs au faubourg Saint-Martin,
Brassée dans la foule grouillante.

Nos vies continuent, parallèles,
Sans feu, sans passion, sans éclat.
Je t’en prie, reste-moi fidèle,
Pardon, Paris, ne m’oublie pas.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12406 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
6 août
  Publié: 13 avr à 03:41
Modifié:  13 avr à 03:41 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Joliment dit, mais on n'a pas dit notre dernier mot...

Il y aura des jours meilleurs où l'on viendra fouler les quais et les boulevards de Paris, et les Parisiens râleront après les touristes !
Juste retour des choses en somme

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
14261 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
6 août
  Publié: 13 avr à 03:48 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
Joliment dit, mais on n'a pas dit notre dernier mot...

Il y aura des jours meilleurs où l'on viendra fouler les quais et les boulevards de Paris, et les Parisiens râleront après les touristes !
Juste retour des choses en somme



Tu as tout à fait raison. J'ai bien l'intention d'user mes talons hauts sur les pavés parisiens. Une amie m'avait parlé d'un excellent restaurant de homards à tester. Raison de plus
Merci de ton passage Isa

 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
392 poèmes Liste
4291 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
2 août
  Publié: 13 avr à 04:16 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude et Adamantine,
les images (vu à la télé) de Paris en ce moment me font penser aux images de Paris sous l'occupation allemande, les rues désertes, etc ...
J'arrête là la comparaison et j'espère nous serons délivré du virus avant 4 ans
Bises
Pierre

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 13 avr à 06:39 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
Joliment dit, mais on n'a pas dit notre dernier mot...

Il y aura des jours meilleurs où l'on viendra fouler les quais et les boulevards de Paris, et les Parisiens râleront après les touristes !
Juste retour des choses en somme



J'adore les touristes ! Où que l'on soit, on peut toujours les éviter car ils sont tous aux mêmes endroits !
Merci de ta lecture Maschoune.

Citation de Adamantine
Tu as tout à fait raison. J'ai bien l'intention d'user mes talons hauts sur les pavés parisiens. Une amie m'avait parlé d'un excellent restaurant de homards à tester. Raison de plus
Merci de ton passage Isa



Quoi ? Du homard ? Il va falloir réviser tes ambitions : un kebab et une bière !

Citation de Pichardin
Bonjour Aude et Adamantine,
les images (vu à la télé) de Paris en ce moment me font penser aux images de Paris sous l'occupation allemande, les rues désertes, etc ...
J'arrête là la comparaison et j'espère nous serons délivré du virus avant 4 ans
Bises
Pierre



J'ai une Evie folle de prendre mon vélo et de sillonner Paris désert.
Mais bon, je vais me contenter de regarder scintiller la Tour de ma fenêtre.
Elle m'inspire cette Tour…

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
162 poèmes Liste
4699 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
4 août
  Publié: 13 avr à 13:40
Modifié:  13 avr à 13:41 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Aude et Adamantine,

Mais non, c'est Paris qui vous attend ! la Parisienne que chacun croît connaitre, créature fabuleuse, femme rêvée au suprême bon goût dans l'habillement…même si votre suprématie est aujourd'hui contestée. Tenez bon et patience

Votre texte est un petit bijou
JLOUIS

  Poésie, la vie entière
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 13 avr à 13:55 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Louis
Bonsoir Aude et Adamantine,

Mais non, c'est Paris qui vous attend ! la Parisienne que chacun croît connaitre, créature fabuleuse, femme rêvée au suprême bon goût dans l'habillement…même si votre suprématie est aujourd'hui contestée. Tenez bon et patience

Votre texte est un petit bijou
JLOUIS



Merci Jean- Louis, tu nous as parfaitement décrites.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
1160 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 13 avr à 13:55 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,
J'habite loin de Paris mais j'y venais fréquemment.
Votre joli poème me rappelle combien j'aime cette ville et combien elle me manque ...
J'espère moi aussi que Paris ne m'oublie pas.

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
14261 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
6 août
  Publié: 14 avr à 03:22 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Louis
Bonsoir Aude et Adamantine,

Mais non, c'est Paris qui vous attend ! la Parisienne que chacun croît connaitre, créature fabuleuse, femme rêvée au suprême bon goût dans l'habillement…même si votre suprématie est aujourd'hui contestée. Tenez bon et patience

Votre texte est un petit bijou
JLOUIS


Je ne suis pas parisienne mais picarde , j'adore cependant notre capitale.


Citation de Chlamys
Bonsoir,
J'habite loin de Paris mais j'y venais fréquemment.
Votre joli poème me rappelle combien j'aime cette ville et combien elle me manque ...
J'espère moi aussi que Paris ne m'oublie pas.



Merci Chlamys, elle me manque pareillement

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
1744 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
1er août
  Publié: 14 avr à 09:41
Modifié:  14 avr à 09:41 par Jean-Claude Glissant
Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux ; Magali et Aude, pour le partage de ces clichés cartes postales postés à l'adresse de Paris. bises. A bientôt !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 14 avr à 12:17 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Claude Glissant
Merci à vous deux ; Magali et Aude, pour le partage de ces clichés cartes postales postés à l'adresse de Paris. bises. A bientôt !



Mais ce ne sont pas des clichés ! Paris existe encore ! Enfin, je crois…
Merci Jean-Claude

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3921 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
4 août
  Publié: 25 avr à 11:46 Citer     Aller en bas de page

Joli ! Deux belles plumes pour parler de Paris, juste à côté, inaccessible pour l'instant..

"Nos vies continuent, parallèles,
Sans feu, sans passion, sans éclat."

Comme je le comprends ce poème ... Mais la vie reprendra ses droits, à Paris et ailleurs, partout dans le monde, c'est sûr (enfin, je crois)

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 25 avr à 12:42 Citer     Aller en bas de page

Citation de Sidonie
Joli ! Deux belles plumes pour parler de Paris, juste à côté, inaccessible pour l'instant..

"Nos vies continuent, parallèles,
Sans feu, sans passion, sans éclat."

Comme je le comprends ce poème ... Mais la vie reprendra ses droits, à Paris et ailleurs, partout dans le monde, c'est sûr (enfin, je crois)



Ho ben moi je m'en fous, si c'est trop long, je prendrai mon vélo et j'irai ! Pour Adamantine ce sera plus compliqué.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
156 poèmes Liste
3555 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
3 août
  Publié: 25 avr à 12:57 Citer     Aller en bas de page

Tendre est Paris, meurtri est Paris, bien solitaire...j'ai mis mes pas dans les vôtres. Et je suis sûr qu'il entend...Il est fidèle à ses amant(e)s...

Merci à vous 2...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 28 avr à 10:44 Citer     Aller en bas de page

Citation de RiagalenArtem
Tendre est Paris, meurtri est Paris, bien solitaire...j'ai mis mes pas dans les vôtres. Et je suis sûr qu'il entend...Il est fidèle à ses amant(e)s...

Merci à vous 2...



On lui manque aussi, je pense.
Merci Riaga

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
502 poèmes Liste
23276 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
4 août
  Publié: 18 mai à 11:36 Citer     Aller en bas de page

Moi qui ne connais pas Paris, je le découvre avec ce duo bien décrit et comme le dit la chanson, Paris sera toujours Paris, tant de monde ont voulu la blesser, et elle s'est toujours redressée et défendue. Alors ce virus à la con ne va pas détruire ce que nous avons de plus cher.
Partout nous subissons ces contraintes, mais j'espère que nous pourrons respirer comme avant.
Un bien joli duo
Bises à toutes les deux
ODE 31 - 17

  OM
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 18 mai à 14:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Moi qui ne connais pas Paris, je le découvre avec ce duo bien décrit et comme le dit la chanson, Paris sera toujours Paris, tant de monde ont voulu la blesser, et elle s'est toujours redressée et défendue. Alors ce virus à la con ne va pas détruire ce que nous avons de plus cher.
Partout nous subissons ces contraintes, mais j'espère que nous pourrons respirer comme avant.
Un bien joli duo
Bises à toutes les deux
ODE 31 - 17



Merci Ode. J'ai pris le pouls de Paris, elle/il va mieux, marchant au ralenti mais j'ai confiance.
Si les parisiens ne sont pas trop cons, ils feront attention.

C'est pas gagné quand même

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 386
Réponses: 16
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0437] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.