Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 116
Invisible : 1
Total : 120
· Hector Leroi · mido ben · généralissime
13122 membres inscrits

Montréal: 21 nov 11:29:30
Paris: 21 nov 17:29:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Syndrome de Stockholm en Sicile - Gattopardo & Aude Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22181 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 4 sept à 08:46
Modifié:  4 sept à 08:50 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page




Chista è la tragica storia di dui giovani ‘nnamurati…*



En Sicile, le conteur, nommé cantastorie
Raconte des histoires de vengeance ou de crime
Mêlant les traditions et les allégories ;
En voici une belle, écrite toute en rimes :

Il existe à Palerme et à Siracusa
Une organisation vouée au banditisme,
Un peu comme les nippons avec leurs Yakusa,
Mélangeant la Kalash avec les archaïsmes.

Le syndicat du crime, branche spécialisée
Dans les enlèvements en vue d’une rançon,
Avait mis dans ses geôles une fille : Alizée,
Une blonde Normande (pas la fille aux chansons).

Chargé de surveiller notre belle saintloise,
Luigi de Bagheria, le fils du grand patron,
Devint amoureux fou de ses iris turquoise ;
La belle s'enticha du basané garçon.

Il la suivait partout, avec sa lupara** :
Lorsqu'elle devait passer le matin à la douche,
Ou lorsqu'il lui servait quelque carbonara,
Ses yeux ne perdaient rien de son corps ou sa bouche.

Un beau jour il lui dit en servant son ragoût :
"Biddizza mia, ma tu mi fà propriu sangu
—Se jetant, tragique et farouche, à ses genoux—
Nun ti pozzu tuccari ca m’ammazzanu"***

Ils s’embrassent et bientôt, Luigi et la Normande
Consomment leur passion sur un vieux lit de camp.
Puis fumant une MS à deux, de contrebande,
Projettent de s’enfuir aux Iles Caïman.

Et les voilà partis, à minuit, en caïque,
Pour Malte, où les attend un navire au long cours.
Malgré sa trahison, Luigi est héroïque
Et Alizée qui l’aime, lui prête son concours.

Ce que ne savaient pas nos tendres tourtereaux,
C’est que le père mafieux s’en allait pour affaires,
À George Town, où la banque lessive ses euros.
Père et fils (quel malheur ! ), en ville se rencontrèrent :

« Figghiu miu, mi tradisti, meriti la morti
Patri miu, ti tradivu, ma fu pi amuri »****
Vi cuntu la fine di ‘sta triste storia
Si scannarunu lu figghiu cu' lu patri*****


Le père et le fils morts, que fit notre héroïne ?
Elle versa une larme sur ce triste carnage,
Ramassa la mallette du père trop indigne
Et fit l’acquisition d’un hôtel sur la plage.




Notes

*C'est la tragique histoire de deux jeunes amoureux…

**Une lupara (n.f.) fusil de chasse avec deux canons sciés

*** Ma beauté, tu me fais bouillir le sang
Mais je ne peux te toucher, car on me tuerait.

****Mon fils, tu m'as trahi, tu mérites la mort,
Mon père, c’est vrai, car je suis enamouré.

*****Voilà comment finit cette triste histoire
Le père et le fils s’égorgèrent l’un l’autre

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13567 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 4 sept à 14:35 Citer     Aller en bas de page

Hé bien, quelle collaboration fructueuse ! Je suis épatée. Une histoire qui finit mal sauf pour la femme de l'histoire et ça me plaît

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22181 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 4 sept à 15:07 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Hé bien, quelle collaboration fructueuse ! Je suis épatée. Une histoire qui finit mal sauf pour la femme de l'histoire et ça me plaît



Je savais que cette fin plairait aux filles. Moralité et féminisme : le combo idéal.
Gato voulait faire subir des atrocités affreuses à notre Alizée, mais je suis restée ferme : j'ai horreur des fins tragiques et des vendettas.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
7091 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 4 sept à 16:21 Citer     Aller en bas de page

J’ai regardé Gomorra, une série sur l’autre mafia italienne, celle de Naples.. il y a des similitudes dans les scenari... beaucoup de morts à la fin, mais ici c’est plus fun !

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22181 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 5 sept à 01:54 Citer     Aller en bas de page

Citation de FeudB
J’ai regardé Gomorra, une série sur l’autre mafia italienne, celle de Naples.. il y a des similitudes dans les scenari... beaucoup de morts à la fin, mais ici c’est plus fun !



Certes et tout en alexandrins pur jus.
Gato a été très bien sur ce coup là, inventif, bilingue, râleur mais pas trop.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
435 commentaires
Membre depuis
6 janvier
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 5 sept à 03:11 Citer     Aller en bas de page

Merci, Adamantine, pour ce commentaire élogieux.

Merci, FeudB, pour le rappel de Gomorra et surtout pour le "fun" !

Merci, Aude Doiderose, pour dissimuler (gentiment) que j'ai juste inséré quelques mots en sicilien pour faire couleur locale ...

  gattopardo
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22181 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 5 sept à 03:39 Citer     Aller en bas de page

Citation de gattopardo
Merci, Adamantine, pour ce commentaire élogieux.

Merci, FeudB, pour le rappel de Gomorra et surtout pour le "fun" !

Merci, Aude Doiderose, pour dissimuler (gentiment) que j'ai juste inséré quelques mots en sicilien pour faire couleur locale ...



Mais c'est ça qui donne sa crédibilité au texte !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
7091 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 5 sept à 05:35 Citer     Aller en bas de page

Alexandrins oui j’ai vu ! 6 pieds (x2) ... sous terre ^^
Le cru mafieux 2019 a le sens du détail !

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22181 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 5 sept à 06:22 Citer     Aller en bas de page

Citation de FeudB
Alexandrins oui j’ai vu ! 6 pieds (x2) ... sous terre ^^
Le cru mafieux 2019 a le sens du détail !



La tradition sicilienne !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 301
Réponses: 8
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0340] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.