Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 103
Invisible : 0
Total : 104
· Romuald Augustin
13174 membres inscrits

Montréal: 3 juin 18:34:04
Paris: 4 juin 00:34:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Mouvement Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jean
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
20 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2007
Dernière connexion
19 août 2014
  Publié: 2 avr 2009 à 00:05
Modifié:  2 avr 2009 à 01:36 par Jean
Citer     Aller en bas de page

L'homme est bien trop lourd de tant de légèreté
Et léger de paraître un grand mât dans la brume
Des souvenirs du vent des gouttes de rosée
Engourdissent mes yeux comme la mer l'écume

Je suis une onde lasse une mélancolie
Une ombre languissante une nuit téméraire
Une lumière aveugle un phare une ancolie
Un joli mois de mai envahi par l'hiver

Tandis que le vent passe et passent les saisons
Et repassent aussi le silence et le bruit
Et repassent encore et l'aurore et la nuit
Et repasse toujours le printemps de l'ennui
Je suis un point qui bouge et fixe l'horizon

J'avance dans l'oubli avec l'oubli pour cible
comme avance un croyant ne croyant plus la Bible
Comme songe un enfant avant de s'endormir
Que le songe est bien beau puisqu'il permet de rire

J'oublie à ma manière une étrange berceuse
Où tonne un long refrain un songe une musique
Que me conte la mer comme un doux narcotique
Qu'est ce rien qu'est l'oubli mon bateau pacifique
M'emporte à la dérive au loin ma nébuleuse

Même ma misère là-bas n'est misérable
Et même mon bonheur un bonheur enviable
C'est une fin d'espoir pour un chaud crépuscule
Pour mon entier vouloir une aube canicule

le calme est la tempête en puissance d'abord
Puis en acte pendant enfin en mouvement
Qui se meut et me meut sans instant à son bord
Et mon tout finira comme un commencement

 
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
2346 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 2 avr 2009 à 08:40
Modifié:  2 avr 2009 à 08:43 par saldday
Citer     Aller en bas de page

Bonjour, je voulais prendre une strophe
pour la ressortir des autres...Je ne suis pas arrivée
car tout ton poème est une mélodie qui
se lis si bien et si agréablement
mais celle de:

( J'avance dans l'oubli avec l'oubli pour cible
comme avance un croyant ne croyant plus la Bible
Comme songe un enfant avant de s'endormir
Que le songe est bien beau puisqu'il permet de rire)

mais plais tellement!!
Merci d'écrire de nous faire partager.


Saldday

  Nous sommes le temps qui nous reste.
Nymphette


Aimer jusqu'à la déchirure. Aimer même trop, même mal... J. Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
690 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2008
Dernière connexion
21 juin 2013
  Publié: 31 juil 2009 à 07:51 Citer     Aller en bas de page

J'avance dans l'oubli avec l'oubli pour cible
comme avance un croyant ne croyant plus la Bible
Comme songe un enfant avant de s'endormir
Que le songe est bien beau puisqu'il permet de rire


J'ai beaucoup aimé te lire, et j'aime beaucoup ce strophe.

Il est un tout, la vie est ainsi faite, quoique la société y est pour quelque chose, enfin c'est ce que je pense

Mille Bravos

Mes amitiés Sabine

  Aimer, sans songer à aimer
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 453
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0525] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.