Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 38
· Lapoètesse · La Brune Colombe · Angel-ik · Le Soldat Bleu
13003 membres inscrits

Montréal: 21 août 16:31:09
Paris: 21 août 22:31:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours 2014 : Fables poétiques :: Texte 11 - Avoir le choix. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 30 jan 2015 à 03:55
Modifié:  8 févr 2015 à 12:34 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page

Après neuf mois,
À peine né, déjà élu roi
Choyé, aimé, l'enfant boit
Au sein de sa mère.

Il épate la galerie,
Gazouille et sourit,
Les adultes s’extasient,
Devant sa frimousse.

À quatre pattes il explore,
Prend conscience de son corps
Se muscle, devient fort
Pour un enfant.

Avec sa bouche il forme
Ses premiers mots dans les normes
Papa, maman, pas de réforme
Pour leur grand plaisir.

On l'habille déjà de marques
Si jeune et déjà le blé à son arc
Et pourtant on le remarque
Il paraît étrange.

Cinq ans, au rayon jouets,
Le petit est planté devant les poupées
Sa mère devant le camion de pompier
L'oblige à venir.

À l'école il ne joue qu'avec les filles,
Quand les garçons sortent leurs billes,
Parfois même en cachette il se maquille
Ça fait jaser.

Papa est rentré très en colère,
« Fils, je n'irai pas avec le dos de la cuillère
Tu es homme, ce ne sont pas des manières »
L'enfant pleure.

La mère s'inquiète des paroles des voisins
« Ils diront que nous ne sommes pas des gens biens,
Mon dieu, notre fils est malsain ! »
Le fils entend tout.

Les parents tentent le tout pour le tout,
Les menaces et parfois même les coups
Mais ils n'en viennent jamais à bout
Il les ignore.

Ce n'est pas qu'il aimerait changer,
Mais juste dans l'idée pouvoir se l'imaginer
Être tout simplement libre de décider
Rien de bien grave.
Ils finissent par l'emmener chez le psychologue
S'entame entre l'enfant et lui un dialogue
Il s'avère que ce dernier est pédagogue,
Convoque les parents.

« Madame, monsieur, ne vous inquiétez pas
Vous savez c'est commun à cet âge-là
Laissez-le s'exprimer, faire ses choix ! »
Furieux ils s'en vont.

Tous deux élevés dans la tradition,
De l'homme fort, fier et qui ramène le pognon,
C'est tout un monde qui ne tourne plus rond
Depuis sa naissance.

L'enfant grandi rétorque cette fois,
« Tu sais je reste un homme, papa
Je ris, je pleure oui parfois,
J'ai des sentiments. »

Le lendemain il revient avec sa copine
Une fille très bien, un peu magnanime
« Non papa ce n'est pas une gouine ! »
La mère s'en veut.

Elle réalise que son fils est un grand garçon,
Qu'il partira bientôt de la maison
Qu'ils n'ont tissé aucune relation
Alors reviendra-t-il ?

Elle oublie toutes ses différences
Rattrape le temps, en tant que mère, son absence
Le fils en oublie presque son enfance,
Le père colère.

Les années passent et il refuse de le voir
De changer son fils, il a perdu l'espoir
Tandis que sa femme s'éclipse souvent le soir
Pour le rencontrer.

Bien trop fier pour venir au mariage,
Absent lors de la naissance de son héritage
Obsédé par la pensée d'un fils mirage,
Il rate tout.

L'homme se fait vieux, reste seul à la maison
Dès qu'elle s'en va, de la fenêtre il bougonne, ronchon
Au fond de lui il sait que c'est un pauv' con
Regrette ses erreurs.

Poussé par sa mère, le fils lui rend visite
L'homme dévasté, s'excuse pour sa conduite
En tenant dans ses bras la toute petite,
Fruit de son fils.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
666 poèmes Liste
14513 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
21 août
  Publié: 30 jan 2015 à 04:03 Citer     Aller en bas de page

L'enfant grandi rétorque cette fois,
« Tu sais je reste un homme, papa
Je ris, je pleure oui parfois,
J'ai des sentiments. »

Quoique un peux tortueux et douloureux, un chemin qui fait voir enfin la lumière...
Belle description d'une croissance et ses- possibles- aléas...

Merci
galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 30 jan 2015 à 04:48 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi pour ton passage.

Oui, j'avais envie d'écrire sur le sujet, le concours m'en a donné "l'occasion". Il n'y a pas une possibilité, mais une infinité ! Ce que l'on déclare comme "normalité" ne s'avère pas l'être toujours.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Catwoman

Administratrice


« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
427 poèmes Liste
8253 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
21 août
  Publié: 30 jan 2015 à 05:01 Citer     Aller en bas de page

Hello Ely,
Des histoires comme celle-ci, j'en connais plein.
Les parents ne sont pas toujours compréhensifs et ressentent souvent de la honte dans ces cas-là.
Catherine

 
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 30 jan 2015 à 06:06 Citer     Aller en bas de page

idem et c'est bien dommage ! Il est temps qu'on arrête de sortir des trucs comme "tu fais ça comme une fille", ou "pleurs pas t'es un homme".

Merci pour ton passage !

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Shaim


Prends soin de toi et de ta plume, et accouche sur papier tes envies, tes joies et ton amertume....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
3485 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2013
Dernière connexion
12 juillet
  Publié: 30 jan 2015 à 09:18 Citer     Aller en bas de page

j'ai cru au début à un dissociation entre le réceptacle et l'étincelle, entre le genre et le sexe..
mais dans tous les cas, ce n'est pas évident.. Bien souvent la "Normalité" d'une société peut soit nous protéger et nous permettre de vivre tous ensemble, ou soit nous damner, sans gêne sans honte sans regret.

merci bien du partage qui me touche énormément...



sincèrement,

  Celui qui se se crée dans cette succession de moments donnés
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
4392 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
20 août
  Publié: 30 jan 2015 à 11:29 Citer     Aller en bas de page

les choses évoluent, la tolérance, le respect de l'autre devient chose admise.
simplement le temps ne fait rien à l'affaire quand on est con on con, il n'y pas d'âge

Yvon

  YD
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 30 jan 2015 à 12:05
Modifié:  30 jan 2015 à 12:05 par Eylork
Citer     Aller en bas de page

Ilizia chaim, ça aurait pu mais non C'est là toute la...complexité de la chose, je voulais surtout casser ce 100% l'un 100% l'autre et ce qu'on y attribue.

La "normalité" des uns n'est pas celle des autres, une société qui impose une normalité est une société qui exclue forcément des gens.

Merci pour ton passage, content que cela t'ait touché !

YD, tu as raison, il y aura toujours des cons, mais la plupart du temps les cons suivent les "modes" qui vont avec leur temps et leur éducation, alors si cela change avec les générations, les cons se focaliseront sur autre chose Merci pour tes mots

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Lullaby


Carpe Diem
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
967 commentaires
Membre depuis
31 mai 2012
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 30 jan 2015 à 12:26 Citer     Aller en bas de page

Elyork,

J'aime les différences ... si tout le monde se ressemblait ... ouffff comme cela serait terne, mais il est vrai que trop peu accepte les différences et pourtant ce sont les différences qui font nos richesses.

Merci pour ce magnifique texte.
Amitiés

Lullaby

  Lullaby
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
12077 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
21 août
  Publié: 30 jan 2015 à 16:19
Modifié:  30 jan 2015 à 16:24 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Avoir le choix est une richesse. Ce genre de remarques est souvent monnaie courante, même et surtout chez les ados. Les parents investissent tant dans leurs enfants que bien souvent, quelques soient leurs choix de vie, l'incompréhension sera présente. Enfin, je ne sais pas si je me fais comprendre, mais juste pour dire que j'ai aimé le propos.

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 30 jan 2015 à 16:26 Citer     Aller en bas de page

Lullaby, tu as bien raison ! On se ferait...on s'embêterait Merci à toi pour ton passage et content que tu ais apprécié !

Ishtar, et c'est dommage que tout le monde ne soit pas aussi riche J'ai compris ce que tu voulais dire oui. Si le "schéma" n'est pas suivi, pour ceci et pour bien d'autres choses, les parents ont tendance à avoir une impression de "raté" voire même culpabilisent ! Merci

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
151 poèmes Liste
3171 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
20 août
  Publié: 30 jan 2015 à 23:22 Citer     Aller en bas de page

Très touchant et intéressant ton récit, Ely
Les parents ont parfois du mal à accepter leur enfant tel qu'il est.
Je ne dirai pas qu'ils sont "cons"... c'est plutôt une vision de la "normalité" qui leur a peut-être été inculquée par leurs propres parents... souvent !
C'est aussi la peur des jugement "des autres" qui les fait réagir de façon irrationnelle.
Heureusement, les mentalités évoluent ! On devient plus tolérant, on comprend mieux.
Il y a certaines cultures où c'est plus difficile de faire changer les mentalités, mais je pense qu'avec le temps
ça viendra, du moins je l'espère.
J'aime bien la chute où l'amour de père, devenu grand-père, réussit à dépasser ce qu'il avait, au départ, condamné.
L'amour des enfants est inconditionnel à mes yeux.
Merci de ce texte qui décrit joliment une belle leçon de vie

Amitiés.
Emme


  la vida son dos dias...vivelos !
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 31 jan 2015 à 01:48 Citer     Aller en bas de page

Merci Emme, je te rassure je n'utilisais pas le mot con dans son sens strict, en tout cas pas vulgaire
Oui, je voulais quand-même que ça se termine bien ! Merci à toi pour ta lecture et ton commentaire !

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 2 févr 2015 à 01:29 Citer     Aller en bas de page

Merci SillonsDesMots pour votre passage et votre commentaire. C'est bien cela, exister et cohabiter !

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 694
Réponses: 13
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0449] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.