Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 440
Invisible : 0
Total : 440
13153 membres inscrits

Montréal: 1er avr 18:59:10
Paris: 2 avr 00:59:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Juste un peu plus longtemps… Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 5 mars 2009 à 13:03 Citer     Aller en bas de page



Le soleil brûle encor les murs blancs, le plafond
La nuit tombe soudain, il fait juste un peu froid
Ma main s’est détendue et chante sous tes doigts
Reste un peu, ne pars pas ! J’ai peur du noir profond.

Maintenant passe… Hélas, c’est la fin de visite
Juste un peu plus longtemps demeure auprès de moi !
Ma larme contera le dernier jour de toi
Pour glisser sur l’instant… Pour y trouver ma fuite.

Tes yeux me parleront des plus beaux ciels d’été
De l’étoile allumée à penser au bonheur
Que miroitent tes eaux juste en frôlant ton cœur
Par les jeux de lueurs d’un amour reflété.

Et même si mon corps ne trouve plus ta peau
Reste un peu, juste là… Puis donne ta tristesse !
Je veux bien l’emporter, puis donne ta détresse !
Pour que tes lèvres d’or puissent rire à nouveau.

Je n’ai plus peur tu vois, mais t’implore : Pardonne !
De te lâcher ainsi ; seule à couvrir le temps
Laissant tes souvenirs seuls, à pleurer l’absent
Sur ce silence cru qui dans ton âme sonne.

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 5 mars 2009 à 15:18 Citer     Aller en bas de page

un poème très beau a lire malgré une encre triste !

amitiés
james

  Membre de la Société des poètes Français.
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 5 mars 2009 à 15:30 Citer     Aller en bas de page

un joli poème qui laisse derrière lui beaucoup de tristesse .....

amicalement

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Athenea


quand l'élève est prêt, le maître apparait.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
2526 commentaires
Membre depuis
4 août 2008
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 6 mars 2009 à 03:25
Modifié:  6 mars 2009 à 03:26 par Athenea
Citer     Aller en bas de page



Vrai coup de coeur pour ton poème qui est superbe et dont les mots résonnent en mon coeur.

Je le joins donc à la liste de mes préférés malgré sa mélancolie profonde ; il a quelque chose de spécial.



Athénéa

  L'essentiel est invisible avec les yeux
fransua


Parce que les mots sont ma passion copyright00044468
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
899 commentaires
Membre depuis
19 mai 2008
Dernière connexion
23 mars 2011
  Publié: 6 mars 2009 à 05:14 Citer     Aller en bas de page

un poème qui nous transporte sur la mer de ta mélancolie oh combien bien décrite

  Les amis sont des anges silencieux qui nous remettent sur nos pieds quand nos ailes ne se rappellent pas comment voler !
Miroir


"il est un " (poème de Parménide)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
10 novembre 2008
Dernière connexion
2 novembre 2017
  Publié: 7 mars 2009 à 06:12 Citer     Aller en bas de page



un texte fort dans sa beauté et sa tristesse , j'ai bcp aimé

merci bcp

 
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 7 mars 2009 à 07:22 Citer     Aller en bas de page

Partir… Est parfois pour soi une délivrance et une cruelle souffrance pour ceux qui restent… L’on y pense peu…
Merci James

Peut-être que c’est parce que lorsqu’on part, on emporte l’amour avec soi ?
Merci Pierre

Seul, l’amour charnel peut se déchirer… Le véritable amour, lui, perdure…
Merci Katia

Le « quelque chose de spécial » est dans ton cœur Athénéa, puisque le bien être de l’être aimé, passe avant le tien.
Merci

Se perdre est l’avers de se trouver… Herm’
Merci.

Hoooo ! Fransua, un de mes tout premiers écrits prenait comme anaphore : « dans ma mer de mélancolie ». Autant te dire combien ta divination m’est agréable
Merci.

L’amour a besoin de tristesse pour apprécier ses joies, Chantal… Jamais l’un sans l’autre… Jamais.
Merci

Merci Miroir, de donner vie à ces mots…

et des par centaines...

 
Claire de lune


Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
151 poèmes Liste
984 commentaires
Membre depuis
21 septembre 2007
Dernière connexion
9 novembre 2019
  Publié: 7 mars 2009 à 13:57 Citer     Aller en bas de page

l'amour ne serait pas l'amour s'il n'y avait pas de tristesse....

J'aime bien, ça coule tout seul

 
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 9 mars 2009 à 10:48 Citer     Aller en bas de page

D'une beauté toute blanche, d'un amour qui se réflète dans vos jeux de lueurs...

Chantal tendresse


Le soleil brûle encor les murs blancs, le plafond
La nuit tombe soudain, il fait juste un peu froid
Ma main s’est détendue et chante sous tes doigts
Reste un peu, ne pars pas ! J’ai peur du noir profond.

Maintenant passe… Hélas, c’est la fin de visite
Juste un peu plus longtemps demeure auprès de moi !
Ma larme contera le dernier jour de toi
Pour glisser sur l’instant… Pour y trouver ma fuite.

Tes yeux me parleront des plus beaux ciels d’été
De l’étoile allumée à penser au bonheur
Que miroitent tes eaux juste en frôlant ton cœur
Par les jeux de lueurs d’un amour reflété.

Et même si mon corps ne trouve plus ta peau
Reste un peu, juste là… Puis donne ta tristesse !
Je veux bien l’emporter, puis donne ta détresse !
Pour que tes lèvres d’or puissent rire à nouveau.

Je n’ai plus peur tu vois, mais t’implore : Pardonne !
De te lâcher ainsi ; seule à couvrir le temps
Laissant tes souvenirs seuls, à pleurer l’absent
Sur ce silence cru qui dans ton âme sonne.


Coup de coeur !

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 15 mars 2009 à 07:28 Citer     Aller en bas de page

L’amour est l’Amour Quoi qu’il advienne…
Merci Lune

Merci Chantal d’y trouver une aura…

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1890
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

premiers silences (Autres)
Auteur : silence.
Je suis le monde... (Amour)
Auteur : (...)
Poésie Land... (Autres)
Auteur : (...)
Le tiroir de mon coeur ...(repost) (Autres)
Auteur : Alphonse BLAISE.
L'oeil poétique (Tristes)
Auteur : Mariesarah
Dans Le DÉferlement Du Malheur Qui Rira! (Autres)
Auteur : pengyou42
Les étoiles feulantes... (Autres)
Auteur : (...)
Le masque de givre (Autres)
Auteur : Lauriane
À coeur veillant... (Amour)
Auteur : (...)
L’an fend… (Autres)
Auteur : Lunastrelle
Ether (n) Elle... (Autres)
Auteur : Lunastrelle
Pauvreté sociétale (Autres)
Auteur : Idou
Et l'enfant... (Autres)
Auteur : (...)
Elle est... (Amour)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Nos silences dépareillés (Tristes)
Auteur : Mariesarah

 

 
Cette page a été générée en [0,0534] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.