Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 9
· Myster
13029 membres inscrits

Montréal: 18 déc 22:48:44
Paris: 19 déc 04:48:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Acrostiches :: Ad Augusta per Augusta Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
372 poèmes Liste
1240 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 10 août à 10:38
Modifié:  11 août à 03:32 par Emme
Citer     Aller en bas de page

A u dessus du berceau une fée s'est penchée,
D ans sa main une branche de l'arbre mélancolique,

A ux peupliers défunts elle tressa une couronne.
U n jour l'enfant grandit, le front défenestré,
G oûtant aux vents violents qui s'échouaient sur ses joues.
U n obscur héritage vint ternir ses yeux gris,
S ilhouette devenue homme je l'entends qui s'écrie :
T u hantes toutes mes nuits, tu rends mon esprit fou...
À quoi je répondrai dans un léger murmure :

P ourquoi le temps sur nous a-t-il posé dix ans ?
E tais-tu amoureux, voulais-tu ces enfants ?
R egarde dans mes yeux, tu liras la fracture,

À voix basse pour te plaire, je reparaîtrai nue.
U ltima ratio, par la force tu prendras,
G albes le long de mes hanches et ma rose bien en vue...
U n instant de plaisir pour deux amants sans foi,
S'il n'y avait que nous peut-être dirai-je "encore"...
T u sais la route est longue, mon cœur est un soldat,
A tes pieds déposé, il n'ose pas le combat...

 
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
667 poèmes Liste
3934 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: 11 août à 05:24 Citer     Aller en bas de page

Joli texte avec l'acrostiche

 
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
372 poèmes Liste
1240 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 11 août à 05:59 Citer     Aller en bas de page

Merci Odin!

 
M@rselO


“ Les lèvres de la sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la raison „ — H. Trismégiste
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
1076 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2017
Dernière connexion
19 décembre
  Publié: 11 août à 07:38 Citer     Aller en bas de page

L'énigme du titre n'enlève rien à la force de cet acrostiche habillé, pour un soldat résigné.

  M@rs
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
372 poèmes Liste
1240 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 11 août à 10:20 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi...
Le titre signifie que pour atteindre le succès, les chemins sont étroits.

Amicalement.

Cocci

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
7288 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: 6 oct à 03:06 Citer     Aller en bas de page

merci ***Cocci***
j'ai aimé la construction.
j'ai aimé aussi l'histoire.
mes pensées ont fait un bout de chemin avec ce texte.

Veillant sur ces deux présences
Occasion bien sûr virtuelle
Imagine d'autres séquences
Là qui soient nouvelles
Ainsi pense à nos présences.

 
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
372 poèmes Liste
1240 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 23 oct à 08:26 Citer     Aller en bas de page

Merci Sam

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 231
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0232] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.