Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 343
Invisible : 0
Total : 346
· Adria d'Orances · doux18 · pftprive
13145 membres inscrits

Montréal: 9 avr 16:05:18
Paris: 9 avr 22:05:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Eté 2008 - Improvisation texte sur début imposé "La vieille batisse.." :: A la recherche d'un rire Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Karasu


Qui sème le vent, Récolte la tempête.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
10 août 2007
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 24 juil 2008 à 21:43
Modifié:  25 juil 2008 à 00:37 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Je ne suis pas un grand écrivain mais j'avais envie de me lancer (malgré l'heure tardive oO) dans cet essai de prose. Voilà donc ma suite, en espérant que ça plaise un toutipeu


==========





La vieille bâtisse découpait l'horizon quand le crépuscule pointait... Laissée à l'abandon peut-être et surtout au fracas incessant des vagues qui grignotaient les contrebas de la falaise. D'aucuns disaient, qu'à la tombée de la nuit, l'on entendait des cris ou bien toutes sortes de musique inquiétante... Mais tous étaient bien ignorants... Moi, je savais...

Du moins c’est ce que je pensais jusqu’au siècle dernier. Tout le monde criait au spectre sanglant, mais il fallait bien être fou pour penser à de telles inepties ! Et c’est en tant que nouveau Maire du village que je décidai de m’y « aventurer »…

C’est par une soirée embrumée par la marée que je partis au sommet de cette roche. L’air frais s’infiltrait dans les mailles de mes vêtements, poussé par un vent tantôt calme, tantôt violent. La vieille demeure siégeait difficilement au centre de la cour, et semblait capable de s’effondrer à tout moment. Je m’introduisis doucement, faisant craquer les antiques planches faisant office de sol. A se demander si ce n’était pas plutôt mes pieds qui tenaient ce sol que l’inverse.

La frêle porte grinça à l’ouverture, laissant apparaître un grand hall tout de blanc vêtu. Chaque meuble, chaque objet était recouvert d’un long drap blanc poussiéreux. Les courants d’air les faisaient danser tels des pantins. On aurait pu croire à des fantômes valsant en rythme. Finalement il ne manquait que la musique pour les accompagner ; musique qui, à ma grande stupeur, ne se fit pas attendre. Cette macabre mélodie semblait venir d’en bas, ce qui signifiait bien que quelqu’un vivait encore ici !

« Je suis le Maire de la ville ! Il y a quelqu’un ? » Aucune réponse audible me parvint. Et plus j’avançais dans les couloirs et plus l’air ambiant se faisait frais, encore plus que dehors. Un frisson parcourut ma colonne lorsque j’entendis brusquement un rire qui semblait être celui d’un enfant. Me retournant doucement j’aperçus vaguement une chétive silhouette s’infiltrant dans un étroit couloir encore inexploré. M’approchant à pas feutrés, jetant délicatement un œil inquiet, j’aperçus cette même silhouette entrant dans une des pièces.

Prenant mon courage à deux mains, je bondis jusqu'à la porte encore ouverte. Une multitudes de jouets et de livres jonchaient le sol de ce qui ressemblait à une chambre d’enfant. Sous un second frisson glacial, se fit de nouveau entendre ce petit rire discret, il semblait parvenir de sous le lit. Sortant ma petite lampe de poche, je m’approchai doucement de la « planque », m’abaissant au niveau du sol pour en éclairer sa noirceur. Je lâchai brusquement la torche à la vue de deux petits yeux jaune brillant me fixant. A mon grand soulagement et suite à une seconde « expédition », je découvris que ce n’était que le reflet des maigres lueurs de la lampe se reflétant dans deux minuscules billes gisant sous le lit. C’est alors que je découvris un trou dans le plancher…

Repoussant le petit lit sans trop d’effort, j’essayai de plonger ma torche pour en voir le fond, mais en vain. La sinistre mélodie se faisait de plus en plus présente, et l’air de plus en plus glacial. Je jetai ma torche et sautai pour la récupérer aussitôt. Suivant à tâtons un étroit couloir, une pâle lumière se délogeait dans un encadrement de porte. J’arrivai enfin au but, la mélodie provenait bien de cette pièce. Je m’engouffrai progressivement vers cette pièce. Ici, les murs n’était que roche, comme si cette chambre était non plus une partie de la bâtisse, mais la falaise elle-même. Au centre de celle-ci, trônait un ancien piano dont le couvercle était encore relevé. Par un large détour je le contournai peu à peu.

Une torpeur m’envahit lorsque j’aperçus les cordes danser dans l’estomac de la bête. Sur le chevalet reposait une partition jaunie par le temps. Un titre à peine lisible pouvait être déchiffré. « Re… Requi … » Ne parvenant pas à lire la fin, je saisis l’une des grosses bougies qui brûlait pas loin, puis éclairait la partition. Je lis à voix haute « Requiem pour Intrus ». A ces mots un vent inexplicable arracha la lueur des bougies, me laissant seul avec le silence… Dans la frayeur je reculai et buttai sur le siège du piano et tombai sur le plancher. Ce fut finalement un silence de courte durée, tout se passa très vite, le rire d’un enfant, un léger souffle à mon oreille, une douleur dans la poitrine, puis… plus rien.





Encore aujourd’hui je vadrouille dans cette bâtisse, virevoltant au gré de cette nostalgique mélopée nocturne, La recherchant encore et encore. Il m’arrive même parfois de retourner voir ce piano, sous lequel gît le corps – familier – d’un homme baignant dans son propre sang séché par le temps.


… Où es tu ? Mais où te caches tu mon enfant ?


  Avant j'étais schizophrène, aujourd'hui nous allons bien.
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
660 poèmes Liste
18608 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
5 avril
  Publié: 25 juil 2008 à 00:44 Citer     Aller en bas de page


Hello...

Faudra que je relise... J'ai lu trop vite émettre une critique de fond...

Par contre, sur la forme... Je serais toi... Je mettrais bien le récit au passé composé, je suis sûr que le récit passerait mieux...

Enfin... A mon avis^^

*Repasserai moins en speed pour lire plus tranquillement *


Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Amoureux fou


La poésie est à l'écriture ce que Celle que j'aime est à la femme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
101 commentaires
Membre depuis
2 juillet 2008
Dernière connexion
13 août 2008
  Publié: 25 juil 2008 à 02:31 Citer     Aller en bas de page

Très bien écrit à mon goût. Un récit très intéressant. Quelques fautes de Français, mais au regard de la qualité de l'ensemble, elles sont négligeables (d'autant qu'avant de critiquer, je ferais bien de regarder ce que j'ai écrit quant à moi LOL).

Un détail : Et les cris ? On entend de la musique ... et des cris.

En conclusion, à 3 heures du mat', c'est génial ^^

  Errare humanum est, perseverare diabolicum est
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16125 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 25 juil 2008 à 02:43 Citer     Aller en bas de page

Il n'y a pas d'heure pour écrire car quand ça veut sortir, ça doit sortir....

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Karasu


Qui sème le vent, Récolte la tempête.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
10 août 2007
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 25 juil 2008 à 06:29 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos remarques

De toute façon j'ai surtout écris ça par plaisir, sachant très bien que mon niveau d'écriture n'arrive même pas a la cheville de certains


Pour ce qui est des temps, de la même façon que j'ai eu envie soudaine d'écrire sur ce concours j'ai aussi eu envie de le faire au passé simple. Ne me demandez pas pourquoi j'en sais rien moi même

Quant à l'heure, j'ai du commencé vers 2h du mat pour finir vers 3h30 ^^' Heureusement que je ne bossais pas ce matin ^^'


N'hésitez pas à émettre des critiques négatives aussi, ça ne me fera pas de mal, bien au contraire ^^

  Avant j'étais schizophrène, aujourd'hui nous allons bien.
chromatic


J'ai décidé d'écrire non pas pour décrire mais pour m'écrier
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
15 mars 2007
Dernière connexion
5 septembre 2014
  Publié: 25 juil 2008 à 14:56
Modifié:  25 juil 2008 à 17:40 par chromatic
Citer     Aller en bas de page

Je viens de lire ta suite du texte moi aussi.

Pour ce qui est de ton style d'écriture Karasu, ne t'en soucie pas trop. L'envie et l'inspiration que tu as mis dans cette histoire suffisent à la rendre à la fois agréablement lisible et entraînante.

Du coup si j'avais une critique, ça serait plutôt sur le dénouement de ton histoire. Le début qui est imposé demande qu'il y ait une explication au mystère qui pèse sur la bâtisse c'est vrai. Mais là je trouve que tu es allé un peu loin.

Il n'empêche que l'ambiance de la découverte des lieux par ton personnage principal est fantastique. On s'identifie à lui et on le suis pas à pas, comme si on vivait la scène.

J'aime bien.

  Chromatic
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20742 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 30 juil 2008 à 17:05 Citer     Aller en bas de page

Je suis aussi déçue de la manière dont cela se termine, c'était trop précipité... En même temps j'ai rencontré le même problème, et puis faire quelque chose en 50 lignes... C'est assez contraignant je ne peux que comprendre!


Enfin... J'ai pris goût à ton histoire tout de même, juste dommage pour la fin!


Amitiés


Justine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
LE PASSANT


La plume peut être l'arme de nos révolte comme son encre peut être l'arme de notre conscience THOMAS
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
2941 commentaires
Membre depuis
9 août 2006
Dernière connexion
14 avril 2019
  Publié: 1er août 2008 à 17:35 Citer     Aller en bas de page


J'ai bien aimé le déroulement de l'histoire, jusqu'à la fin qui nous
laisse quand même dans l'expectative ....

Si non bien écrit et conté, Merci l'ami pour cet agréable moment...

Mes amitiés

Yvon

 
Karasu


Qui sème le vent, Récolte la tempête.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
10 août 2007
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 1er août 2008 à 19:08 Citer     Aller en bas de page

Apparemment la fin ne plaît pas des masses


Merci en tout cas pour vos commentaires, ça fait toujours plaisir d'être lu

  Avant j'étais schizophrène, aujourd'hui nous allons bien.
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 5 août 2008 à 09:05 Citer     Aller en bas de page

poignant, j'ai aimé ce mélange de suspense et d'envie!! je suis subjuguée!! bravo

amitié
angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 26 août 2008 à 10:42 Citer     Aller en bas de page

j'ai aimé te lire , suspense et très poignant aussi
au plaisir de te relire

amitiés
james

  Membre de la Société des poètes Français.
Karasu


Qui sème le vent, Récolte la tempête.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
10 août 2007
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 26 août 2008 à 13:49 Citer     Aller en bas de page

J'pensais pas avoir à nouveau des commentaires après tant de temps


merci de m'avoir lu ^^

  Avant j'étais schizophrène, aujourd'hui nous allons bien.
henry maivers


Prenez le temps d'avoir le temps.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
126 poèmes Liste
365 commentaires
Membre depuis
27 mai 2012
Dernière connexion
12 février
  Publié: 7 oct 2012 à 14:22 Citer     Aller en bas de page

J'aimé lire et relire cet écrit,c'est un agréable moment que tu m'as offert,merci...P.S:tu dis ne pas arriver à la cheville de certains,n'oublies pas que les goûts et les couleurs ne se discutent pas,aussi même à tes yeux tu as peux de talent,un lecteur peut voir les choses différament...Coordialement.Henry Maivers.

  Henry Maivers
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3391
Réponses: 12
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Nos Jalousies (alec-to et Ondine) (Collectifs)
Auteur : Alec-to
Le silence ne s’entend qu’à travers les attentes (Poèmes par thèmes)
Auteur : cartouche
c’était à mourir… de rire. (Poèmes par thèmes)
Auteur : sourcerette
L'histoire d'okana (Tristes)
Auteur : okana
Ma version des faits... (Poèmes par thèmes)
Auteur : chromatic
Ombre et lumière (duo chromatic/élo...un monde de magie) (Collectifs)
Auteur : moi, élo
Il y a des chairs privées de caresses. (Contes d'horreur)
Auteur : Aeshne
Tu es une rose (Amour)
Auteur : Un petit prince
Au revoir (Amour)
Auteur : Alifa
les complices (Poèmes par thèmes)
Auteur : fransua
Nyu (Autres)
Auteur : Tilou8897
Orient/occident (Autres)
Auteur : --La Ligne
A Toi Mon Amour (Poèmes par thèmes)
Auteur : Mississipi2009
Yann de Kérangal (Poèmes par thèmes)
Auteur : Ashimati
(Collectifs)
Auteur :

 

 
Cette page a été générée en [1,0356] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.