Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 296
Invisible : 1
Total : 300
· Lafleurquirime · doux18
Équipe de gestion
· Allantvers
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 15:20:05
Paris: 2 juin 21:20:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Léopold à Hollywood Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 25 jan à 05:36 Citer     Aller en bas de page

Personne n’oublie les films de son enfance : Thierry La Fronde, les Aventures de Rintintin. J’aimais particulièrement les westerns. J’avais de la sympathie pour les Indiens, mais le héros était toujours un cowboy, un homme blanc de moins de cinquante ans à la démarche chaloupée. Des images me reviennent. Je vois les tuniques bleues, le froufrou des filles du saloon, le soleil du Nevada, un cactus dans le désert, un chérif qui somnole sur une chaise bancale, Billy the Kid, Jessy James, Big John et tant d’autres. Moi aussi, j’étais un héros dans mon immeuble au sud-est de Bruxelles. J’avais la panoplie du parfait cowboy. C’était l’époque où je chaussais du 36. Un pistolet en plastique était fixé à ma ceinture, à la portée de ma main droite. Je dégainais avec étrange facilité.

Hollywood aime revisiter l’histoire. Faire une version amère ou édulcorée de la vérité. C’est divertissant. Tout cela m’amuse. Pour une fois, j’appréhende sa nouvelle cuvée. Sous le regard acerbe de Ben Affleck, nous iront bientôt faire un tour du côté du Congo léopoldien. Je sais que j’aurai de la sympathie pour mes compatriotes congolais. Cette fois-ci je crains qu’il ait un bourreau vieux, ventru et barbu, à la place du héros blanc traditionnel, pas de scalpes mais des mains coupées, pas de whisky mais du sang sur les lianes. Une enquête à charge, sans nuance. Bien avant sa parution, ce film dégage une odeur de réquisitoire. Il fallait s’y attendre. La nature a horreur du vide. Comme les manuels scolaires se sont tus sur la colonisation belge, Hollywood va bientôt en parler.

Que le spectacle commence ! Le méchant est connu d’avance. Le décor sera la forêt équatoriale, le fleuve Congo, les peuples bantous. Sur grand écran, des millions de morts feront le plus bel effet. Surtout ne parlons pas des maladies endémiques, ni des guerres tribales. La mort n’est causée que par un seul homme, un roi juché sur son cheval, arrogant comme une statue équestre.

Hollywood exagère. C’est normal. Un film a besoin du sensationnel et d’effets spéciaux, pour autant tout n’est pas faux. Sous Léopold II, le travail forcé a bel et bien existé. Des familles entières étaient prises en otage pour que les hommes partent au travail. La chicotte pour convaincre les récalcitrants. Quelques viols pour se détendre. Le Congo était un gouffre financier à cause de son manque d’infrastructure, il fallait le rentabiliser à tout prix et profiter du boom du caoutchouc. L’industrie automobile naissante en redemandait.

Que restera-t-il de ce film ? Qui peut me dire ce que mon pistolet en plastique est devenu ? Nous verrons bien si ce film replacera les choses dans leur contexte. La situation des autres colonies ne sera sûrement pas évoquée. Léopold II était-il pire que les monarques de son époque, Guillaume II et la reine Victoria ? N’assistons-nous pas à un remake de la guerre larvée entre francophones et anglophones ?

J’espère que ce film sur le passé ne va pas occulter le présent, l’actualité tragique du Kivu, la demande effrénée pour le cobalt et le coltan avec en toile de fond ce même peuple congolais qui n’en finit pas de souffrir. En attendant une quelconque amélioration, Hollywood nous fera encore la leçon. Cette tragédie rapportera des millions de dollars. Comme les gens ne lisent plus, ce futur film -au succès garanti- fera probablement office de vérité historique.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1275 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 25 jan à 10:45 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Joker,

Merci de nous éclairer sur ce film à venir.
Film américain, il est vrai, servi par un réalisateur irano-américain sur la base d'un livre écrit par ... un journaliste américain. Evidemment, ce film sera la vision d'un oeil étranger à un peuple - le vôtre-, à une culture.
La vérité en sera-t-elle altérée ?
Un Congolais en dirait-il meilleure vérité ?
A voir, mais je conçois votre inquiétude et votre dernière phrase paraphe le tout :

Citation de Joker
ce futur film -au succès garanti- fera probablement office de vérité historique.



Amicalement
Adria

 
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
552 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 25 jan à 14:52 Citer     Aller en bas de page

.
C'est pourtant un blond Flamand bilingue, David Van Reybrouck, qui a écrit un livre éclairant :

"Congo une histoire".
.
Difficile d'en faire un film : l'histoire s'étale sur près d'un siècle.
.
Beau texte !
gattopardo

  gattopardo
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
2957 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 25 jan à 16:59
Modifié:  28 jan à 14:57 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

La vérité est pour moi dans la seule exploitation de l'homme par l'homme. Et pour être plus moderne je dirai que quelques uns font beaucoup d'argent sur le dos des autres, en aliénant un pays par exemple.
Merci de nous rappeler avec ton élégante écriture nos erreurs.

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 26 jan à 08:39 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup pour vos commentaires. C'est gentil d'avoir réagi.

J'aurais tellement voulu collaborer à ce film pour apporter une touche d'authenticité notamment pour le décors, la musique, le jeu de acteurs, etc. Quand je vois certaines scènes d'Afrique jouées par des Noirs américains ou des Antillais, j'ai juste envie de d'éclater de rire. Imaginez un film congolais avec des Allemands qui mangent des pâtes et des Italiens qui s’empiffrent de choucroute en buvant de la bière.

Concernant la vérité historique, chacun donnera son point de vue. Mais de grâce, que la culture congolaise soit respectée. C'est aussi une occasion de la faire connaître. Elle est très riche.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 31 jan à 10:31 Citer     Aller en bas de page

Merci du partage, Joker ! A bientôt !

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 1er févr à 12:31 Citer     Aller en bas de page

Merci Jean-Claude Glissant

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 412
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0348] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.