Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 275
Invisible : 0
Total : 280
· ALPETE LION · Adria d'Orances · Anticrépuscule · Fried
Équipe de gestion
· In Poésie
13176 membres inscrits

Montréal: 4 juin 10:49:20
Paris: 4 juin 16:49:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Love Hotel Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 jan à 03:14
Modifié:  16 jan à 03:16 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page


love-hotel-logo-neon-sign_91645-116 Free graphic resources .jpg

LOVE HOTEL
(Chanson)


Le LOVE HOTEL c’est mon turbin,
C’est là qu’je bosse jusqu’au matin,
Pour des amateurs qui préfèrent
Son charme et son confort précaire,
Au romantisme plus vulgaire
D’une banale pissotière.

J’suis gardien d’nuit au LOVE HOTEL
Et j’vois passer dans ma ruelle
Des filles qui vendent sans conviction
Un peu d’amour pour quelques ronds.


Un néon rose avec un cœur,
Chambre à louer pour moins d’une heure
Les clients, faut les faire tourner,
Ils’ont pas l’temps d’s’amouracher.
Souvent j’vais frapper à leur porte,
Le proprio veut qu’ça rapporte.

J’suis gardien d’nuit au LOVE HOTEL
Et j’vois passer dans ma ruelle,
Des filles qui vendent sans conviction
Un peu d’amour pour quelques ronds.


J’vois défiler devant ma caisse
Des histoires d’amour pas très fraîches.
Le sentiment, ça s’négocie,
Tu paies d’avance pour être servi.
Le septième ciel tu peux y’aller,
Mais faut douiller avant d’monter.

J’suis gardien d’nuit au LOVE HOTEL
Et j’vois passer dans ma ruelle
Des filles qui vendent sans conviction
Un peu d’amour pour quelques ronds.


Les filles n’ont même pas l’temps d’chialer
La cuillère, faut la faire chauffer
Pour faire manger les p’tits julots,
Moitié dealer moitié maquereau
Qui s’donnent du mal pour mélanger
Le cul la dope dans l’même panier.


Tous droits réservés

 
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
53 poèmes Liste
568 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 jan à 03:32 Citer     Aller en bas de page

Il s'en passe, des choses, dans un hôtel de passe...quelle tristesse.
Une chanson très réaliste.

Bibises
MariePaule

  MariePaule
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9408 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 jan à 03:38 Citer     Aller en bas de page

Des mots gouailleurs pour un quotidien pas simple à vivre. C'est ce que je vois dans mon quartier. Des clients qui négocient le prix du corps des femmes. Beurf !
Pas joli-joli tout ça. Et les filles, sont de plus en plus jeunes.
Catherine

 
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
540 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 jan à 04:02
Modifié:  16 jan à 07:39 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

Tu abordes ce thème de société dans un langage « argot parigot » parfaitement adapté à la violence de la situation, mais sans juger. L’aspect sordide de l’exploitation de ces corps de femmes transpire sans concession du premier au dernier mot. L’ensemble dégage une impression oppressante, suffocante, qui renforce le réalisme incroyable de cette chanson. La chute me laisse sans voix… Lucie

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 jan à 04:39
Modifié:  16 jan à 08:06 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

_Merci MariePaule pour ton commentaire. Les images de cette chanson semblent sorties d’un film noir et blanc réaliste des années 40, pourtant la situation est bien contemporaine. À bientôt, Georges.

_Merci Catherine pour ce commentaire, l’exploitation de la femme perdure depuis l’antiquité et malheureusement on n’est pas près d’en voir la fin. Amicalement Georges.

_Merci Lucie pour ton commentaire. Tu as raison le langage dans ce texte est essentiel. Je me voyais mal l’ illustrer avec du Ronsard ou du Flaubert. Le parigot convient parfaitement à la violence du sujet traité. G.I.

 
Cecel Cet utilisateur est un membre privilège


Il n'y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n'y a que de mauvais cultivateurs. - Victor Hugo
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
45 commentaires
Membre depuis
14 janvier
Dernière connexion
6 février
  Publié: 16 jan à 05:02 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Georges,
Ça déménage et j’aime ça… le rythme du poème s’entend !
Cette satire est très bien construite mais ça ce n’est pas nouveau pour celui qui t’a déjà lu.
Dès le premier couplet le lecteur ou l’auditeur est mis sur la voie.
Merci pour ce texte engagé qui dénonce sans paradoxalement prendre parti puisque la 3e pers. du sing. est habilement utilisée.
Amicalement.
Cecel

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 jan à 07:55
Modifié:  16 jan à 08:07 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

Citation de Cecel

ce texte engagé qui dénonce sans paradoxalement prendre parti puisque la 3e pers. du sing. est habilement utilisée.
Amicalement.
Cecel



Merci Cecel pour ton analyse. Je crois que la distance offre à chacun le temps de la réflexion. A bientôt. Georges.

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
147 poèmes Liste
1420 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 jan à 15:49 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Georges,
A la lecture du titre, je ne m'attendais pas à ce type de "bouge"... j'imaginais une petite escapade amoureuse et charnelle pour des tourteraux empressés, tu m'as ramenée à une bien triste réalité.
Mais tes registres d'écriture continuent à me surprendre

  SHElene
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 17 jan à 03:40
Modifié:  17 jan à 03:40 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

Bonjour SHElene.Mes textes en effet abordent de nombreux sujets sous différentes formes.Merci d'avoir noté ce détail qui pour moi est essentiel, Amicalement, Georges.

 
Lee Tchi-Doo

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
4 mai 2019
Dernière connexion
13 mai
  Publié: 17 jan à 05:26
Modifié:  17 jan à 05:30 par Lee Tchi-Doo
Citer     Aller en bas de page

Les Love Hotels sont une particularité du Japon. On trouve dans toutes les villes des secteurs spécialisés comme le quartier de Shibuya à Tokyo.

Mais, ils n'ont rien à voir avec les hôtels de passe française plus ou moins sordides comme tu les dépeins dans ton poème.

Ce sont des hôtels où l'on peut louer une chambre pour une heure, deux heures à n'importe quel moment de la journée...ou de la nuit, pour passer du temps entre adultes. Très populaires au Japon, ils permettent aux jeunes amoureux de s’échapper du cocon familiale. Il faut savoir que beaucoup de jeunes Japonais vivent encore chez leurs parents, parfois même après le mariage. Il permet donc aux couples de se retrouver et d'avoir un échange plus intime. Il faut savoir que les Japonais n'ont pas la même conception du sexe qu'en France. Pour eux, il n'y a pas vraiment de tabou à aller dans un Love Hotel, c'est même un acte relativement banal.

Pour les Occidentaux, aller dans un Love Hotel est une idée un peu saugrenue, mais cela peut être une expérience intéressante car, en plus de l'offre brute sont proposées de nombreuses activités annexes la restauration, le karaoké, regarder une vidéo, jouer à la console, prendre un bain moussant, etc
Les chambres sont en général très bien entretenues, bien décorées et propres
(La célèbre propreté japonaise), mais petites.

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 17 jan à 05:47
Modifié:  22 févr à 08:03 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

Merci pour tous ces détails touristiques et/ou culturels. Le Love Hotel que j’évoque ici est sans rapport avec cette intéressante particularité Japonaise, chacun a vite compris qu'il s'agit d'un hôtel de passe…. A part ça j’espère que le texte vous a plu (?). Amicalement, Georges.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
712 poèmes Liste
15175 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 18 jan à 19:04 Citer     Aller en bas de page


Salut Tychlios, j' aime venir te lire car chez toi on trouve un peu de tout et chaque fois tu abordes les différent sujets aver le juste langage. Ce poėme présente une réalite triste des villes mais bien connue.
Le parigot que tu utilises peint bien les situations, mais je trouve toutefois que parfois manque la musicalité des vers. Note bien cher ami, je ne suis pas une fan des rimes!


Merci pour ce partage, galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 19 jan à 05:55 Citer     Aller en bas de page

Merci, Galatea, pour cette visite . Je te suis reconnaissant d’avoir remarqué la diversité des thèmes que j’aborde. Je suis un gros gourmand et je vais tenter une comparaison téméraire. La poésie c’est comme la cuisine, on se lasse vite de déguster toujours le même plat ou d’autres qui y ressemblent. Je m’efforce avant tout dans chacun de mes textes de susciter des émotions. Peu importe le style, académique ou non, l’important, c’est de traduire une émotion. Mais c'est vrai que le parigot peut déplaire, même si des dialoguistes comme Prévert ou Audiard , à mon avis, ont élevé ce langage au rang d’un art (je ne parle pas bien sûr du pseudo verlan d’aujourd'hui qui me donne la nausée). Je range la plupart du temps ce genre de textes dans la rubrique chanson. Merci pour ta lecture et ton riche commentaire, Amitiés, Georges.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 602
Réponses: 12
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0407] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.