Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 28
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 12:39:09
Paris: 2 juin 18:39:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: L'hécatombe en chantant Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 12 jan à 13:10
Modifié:  12 jan à 22:55 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

À Austerlitz ou Waterloo, les grenadiers de Napoléon avançaient sur l’ennemi en chantant :

« On va leur percer le flanc
Ran tan tan tire lire lan
On va leur percer le flanc
Ran tan tan tire lire lan
Ha nous allons rire !
ran tan tan tire lire. »



L’hécatombe en chantant

Ils partent en chantant
Ran tan tan tire lan
Et chargent sans frémir
Ran tan tan tire lire

Pour leur percer le flanc.
Ran tan tan tire lan
Avec un grand sourire
Ran tan tan tire lire.

Et pour mieux s'enhardir
Les soldats de l’empire
Choisissent leurs couplets
Pour saigner l’étranger.

Sur des chants guillerets,
Ils trucident l’Anglais,
Le Teuton, le Prussien,
Le Russe et l’Autrichien.

Ceux d'en face en retour
Ont la même passion,
C’est au son du tambour
Du fifre et du clairon,

Qu’ils chargent sans histoire
Dans la mêlée confuse,
Et meurent pour la gloire
Au son des cornemuses.

Ils ne sont pas rustauds !
Et tous, à l’unisson,
Quand ils se trouent la peau
C’est toujours en chanson

‘La victoire en chantant’*
Leur ouvre la barrière
Et célèbre gaiement
L’hécatombe guerrière

Tous droits réservés.


* Le chant du départ est un hymne révolutionnaire composé en 1794, mais il a survécu à la révolution et était souvent entonné par les grenadiers de Napoléon.




 
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
535 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 12 jan à 14:02 Citer     Aller en bas de page

Le titre de cette poésie donne le ton. Le texte défile et les mots martèlent chaque vers au rythme des pas des soldats partant au combat. Le contraste est saisissant et très réussi entre le côté chantant et le côté sanglant de cette poésie. L 'envoi de tous ces hommes à l'abattoir, l'absurdité de la guerre, sont ici mis en avant avec subtilité.
A bientôt, Lucie

 
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
53 poèmes Liste
562 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 12 jan à 15:40
Modifié:  12 jan à 15:55 par Allantvers
Citer     Aller en bas de page

Citation de Tychilios

‘La victoire en chantant’*



* Le chant du départ est un hymne révolutionnaire composé en 1794, mais il a survécu à la révolution et était souvent entonné par les grenadiers de Napoléon.




La victoire, en chantant, nous ouvre la barrière
La liberté gui-i-de nos pas.
Et du Nord au Midi la trompette guerrière.
A sonné l'heure, l'heure des combats.
Tremblez, ennemis de la France!
Rois ivres de sang et d'orgueil!
Le peuple souverain s'avance:
Tyrans, descendez au cercueil!
Refrain: La République nous appelle,
Sachons vaincre ou sachons périr:
Un Français doit vivre pour elle,
Pour elle un Français doit mourir!

J'entends encore mon grand-père, très exalté, chanter cet hymne, aussi bien que "La Madelon", lorsque j'étais enfant. Du coup j'ai toujours cru qu'il s'agissait d'un souvenir d'ancien poilu, et à présent je doute. Peut-être alors le chantait-il en hommage à Napoléon, corse comme lui? J'ai bien peur que plus personne ne puisse me répondre.
Merci pour la madeleine...

Pour le reste : Lucie a déjà tout dit.



MariePaule

  MariePaule
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 12 jan à 16:39
Modifié:  12 jan à 23:34 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

_Merci Lucie. Ton commentaire résume parfaitement cette petite poésie. Aujourd’hui bien sûr on imagine mal un technicien derrière l'écran qui le relie à son drone siffler ‘Sambre et Meuse’ ou ‘Le chant du départ’, mais la musique a longtemps illustré les massacres guerriers. La musique et l'armée c'est une longue histoire, et que serait le défilé du 14 juillet sans la fanfare militaire ? G.I.

_ Merci MariePaule. Napoléon voulait remplacer la Marseillaise par ce chant au lyrisme aussi guerrier. Les âmes sensibles qui critiquent notre hymne national pour son aspect sanguinaire savent à quoi ils ont échappé. Le chant du départ a traversé les époques et Valéry Giscard d’Estaing en avait même fait son illustration musicale pendant sa 1re ou 2e campagne électorale. Quoi qu’il en soit ; pour ce qui concerne la violence du texte de ces deux chants, les historiens ont raison de prendre des distances avec leurs sentiments. Ils savent qu’on ne juge pas une époque ancienne avec la sensibilité de l’ époque contemporaine. Sinon la République française devrait intenter un procès à la République italienne parce Jules César a affamé Vercingétorix et ses Gaulois en -52 au siège d'Alésia. Pour ma part, je n’ai rien d’un sanguinaire ou d’un militariste, mais j’avoue que la Marseillaise me donne des frissons. Amicalement Georges.

 
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
53 poèmes Liste
562 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 13 jan à 05:02 Citer     Aller en bas de page

Citation de Tychilios
. La musique et l'armée c'est une longue histoire, et que serait le défilé du 14 juillet sans la fanfare militaire ?


J'attribue sans certitude cette citation à Cabu (Mr Google n'a pas su me le confirmer) dont c'est aujourd'hui même l'anniversaire :
"L'homme est le seul animal de boucherie capable de défiler au pas derrière ses hachoirs"

  MariePaule
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 13 jan à 11:47 Citer     Aller en bas de page

Oui, on peut citer aussi Boris Vian :
…On n’est pas là pour se faire engueuler
On est la pour voir le défilé
Si tout le monde était resté chez soi
Ça f’rait du tort à la République….
Et plus explicite encore le génialissime Georges Brassens :
…. La musique qui marche au pas
Cela ne me regarde pas..
Je ne fais pourtant de tort à personne.
En n’écoutant pas le clairon qui sonne …
La musique militaire a toujours inspiré… Amicalement Georges ;

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
22885 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 3 févr à 03:23
Modifié:  3 févr à 03:24 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Peut - être que tous ces chants c'était pour se donner du courage face à l'ennemi, car lorsque l'on est attaqué, il faut bien se défendre.
Comme tout le monde je hais les guerres, mais aujourd'hui encore face à ce qui se passe, il faut être vigilant, mais loin de moi la pensée d'en faire des chansons.
J'ai en mémoire pléthore de chants que mes grands parents aimer entonner. Il vaut mieux des chansons d'amour, la guerre en jupons, je ne sais plus qui a dit ça.
Ton poème est bien résumé.
Les animaux ne font pas la guerre, on les a sacrifié pour cela, comme des millions d'innocents d'humains.
Les guerres ça rapporte beaucoup pour les marchands d'armes et aux puissants de ce monde.
Bises amicales ODE 31 - 17
Colombe de la paix et cigogne

Belle chanson d'Aznavour "Les enfants de la guerre".

  OM
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège


Mieux vaut avoir raison seul que tort avec la foule.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 3 févr à 07:13
Modifié:  4 févr à 00:19 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

Merci, Cigogne, pour cette lecture. Chanter peut effectivement donner du courage, et il en fallait pour de tels carnages. j'ai voulu dans ce texte établir un parallèle entre chant et sang. Je tiens, en aparté, à te remercier aussi pour l'attention particulière que tu portes à tous tes commentaires ainsi qu'aux réponses que tu accordes à ceux que l'on t'adresse. Pour ma part, je ne commente plus ceux qui ne répondent jamais ou qui le font en tir groupé de manière systématique. La moindre des politesses veut que l'on éprouve un certain intérêt à l'égard des personnes qui en ont montré pour son propre texte. Merci de m'avoir permis d'évoquer ce détail, Amicalement, Georges.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 522
Réponses: 7
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0315] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.