Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 50
Invisible : 0
Total : 56
· Rose-Amélie · Lachésis (Moirae) · Chlamys · La Brune Colombe · ori
Équipe de gestion
· Catwoman
13154 membres inscrits

Montréal: 25 févr 14:27:34
Paris: 25 févr 20:27:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: l'anneau de vermeil & l'i phone Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
7091 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
27 septembre 2019
  Publié: 28 avr 2010 à 02:56
Modifié:  1er mai 2010 à 12:05 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Assise sur un banc, chauffé par le soleil,
Entourée par les fleurs peintes sur son tablier
A son doigt ridé tremble un anneau de vermeil
Ses yeux laissent deviner le bleu d’un ciel voilé

Elle attend patiemment que la vie se clepsydre*
Dans l’entonnoir du temps ses amis sont passés
Et de tous ses travaux elle a même vaincu l’Hydre
Son unique refuge, des photos délavées

Les collines rondes et tendres comme son sein naguère
Sont gonflées par les blés, les orges et les colzas
La grand-mère ne voit plus les beautés de la terre,
Elle se sait juste vivre grâce à son cœur qui bat

Dans ce village de pierres où le temps se suspend
Les heures se gouttent à goutte, s’évaporent au soleil
Les villes d’à côté grouillent de mille gens
Aucun ne peut venir, pour écouter la vieille

Les villes sont vivantes de mille et un désirs
Où les talons qui courent, de toute part résonnent
Et comment conjuguer le verbe ‘se souvenir’
Quand communiquer se décline en I Phone.



*se clepsydre : n'existe pas

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
7091 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
27 septembre 2019
  Publié: 28 avr 2010 à 12:03 Citer     Aller en bas de page

Merci Mystère X.
Par ces jours ensoleillés et chauds, mon esprit est reparti en arrière, aux temps, où, dans les villages, les 'vieilles gens' etaient assises comme ca, sur les bancs...
j'adore me remémorer ces 'tableaux' . peut etre aujourd'hui sont ils plus seuls qu'avant...
je ne sais pas
Mais si tu as fait un voyage en arrière aussi en me lisant .. alors je suis heureuse..
Amitiés
fred

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1022 poèmes Liste
16502 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
28 décembre 2019
  Publié: 29 avr 2010 à 01:48 Citer     Aller en bas de page

Je suis pris par cette évocation réaliste d'une vie d'hier...je me rappelle avoir vu dans certaines régions du sud ces vieillards assis sur des bancs et discuter entre eux, j'imagine aujourd'hui à quel point leurs conversations devaient être riches de souvenirs. a l'heure actuelle, les nouvelles technologies sonneront-elles le glas de ces instants ?...ce que tu dis toi même avec toi dernier vers, malheureusement vrai !
Je suis marqué par cette personne dont tu parles si bien, victime du temps qui passe !
une lecture très intéressante !
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
7091 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
27 septembre 2019
  Publié: 29 avr 2010 à 06:34 Citer     Aller en bas de page

Pyc : oui c'est en pensant à ces gens que l'idée m est venue, avec la meme question que toi ; quid de la technologie face à ces instants de 'temps suspendu' riches en partages.. espérons qu'ils ne se perdent pas.

Merci d'avoir pris le temps de me lire.

Amitiés

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Malice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
536 commentaires
Membre depuis
12 mars 2008
Dernière connexion
17 mars 2018
  Publié: 2 mai 2010 à 05:29 Citer     Aller en bas de page

Que de belles images dans tes mots!! Oui, oui, continue à inventer des verbes, ils sont si évocateurs!!
Il y a de la solitude, dans ces collines, et les champs semblent aller à perte de vue... ça me donne envie d'aller m'asseoir à côté de ta vieille dame, d'éteindre mon portable, et de garder le silence.

  On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. (Al Capone)
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
7091 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
27 septembre 2019
  Publié: 2 mai 2010 à 06:59 Citer     Aller en bas de page

Malice,
oui moi aussi je voudrais aller m'assoir à coté d'elle , et de 'communier' le temps et le silence avec elle.
Merci de ton escale dans les champs avec elle.
amitiés

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1062
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0443] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.