Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 183
Invisible : 0
Total : 183
13085 membres inscrits

Montréal: 21 juil 17:22:37
Paris: 21 juil 23:22:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: La poésie c'est quoi, grand'père ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
260 commentaires
Membre depuis
6 janvier
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 13 juil à 11:55
Modifié:  13 juil à 16:04 par gattopardo
Citer     Aller en bas de page

La poésie c'est quoi, grand'père ?

Et bien, au hasard,
François Villon,
gibier de potence
chantant
presque sur le gibet
la ballade des pendus
« Freres humains, qui après nous vivez
N'ayez les coeurs contre nous endurcis 
… »,

Victor Hugo se battant
pour la République, ferraillant
contre Napoléon « le petit »
depuis son exil à Guernesey.
« Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là ! »

Charles Baudelaire,
sur les barricades en février
mil huit cent quarante-huit
goûtant aux Paradis artificiels,
ses « Fleurs du Mal » condamnées
« pour outrage à la morale publique
et aux bonnes moeurs. »
« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle ...»
Bon, c'est lugubre, d'accord,
mais de là à censurer !

Arthur Rimbaud, rebelle, fugueur
à seize ans pour s'embarquer
sur on ne sait quel bateau ivre,
s'essayant à la peinture,
« A noir, E blanc I rouge, U vert, O bleu ...»

Verlaine, pas très gai non plus,
« Il pleure dans mon coeur
comme il pleut sur la ville ..
. « 
emprisonné à Mons
pour avoir tiré sur son jeune amant
(pour avoir un jeune amant, déjà !)

les deux, Verlaine et Rimbaud
partisans, un siècle trop tôt
du mariage pour tous.

Et aussi …
… grand'père ? C'est ça, la poésie ?

T'as raison petit, la poésie,
c'est conter fleurette
au ras des pâquerettes
tandis que les vachettes
broutent la tendre herbette.
C'est les jolies fleurs, les papillons, les oiseaux
La mélodie du vent chantant dans les roseaux.
C'est la mer, le ciel, les étoiles,
un bateau à voiles.
Les montagnes, les forêts,
les lacs, au bord desquels
s'asseoir sur une pierre,
La pluie, le vent, la neige,
le soleil, les prés, les bois jolis,
et, dans les fables,
les animaux aussi.

C'est beau la nature, grand'père !

Mais grand'père,
il n'y a pas aussi
sept milliards de gens sur terre ?

Bien sûr, mon petit,
la poésie chante également
les humains, par paires,
avec un tiers larron, l'amour.
L’amour trouvé, l'amour perdu,
l'amour retrouvé, l'amour passion,
l'amour n'est-plus-qu'une-habitude
l'amour toujours, toujours l'amour ...
(De préférence, sans
ses fâcheuses conséquences,
les enfants,
l'amour en poésie
n'en produit pas ou peu,
étrangement).
… l’amour déçu,
l'amour éternel,
l'amour charnel,
l'amour, ah ! l'amour …

Grand'père ? Oui, mon petit,
un peu de nostalgie.

Voilà, c'est un peu tout ça,
la poésie.
.

N.B. Textes d'opinion :
Prose de longueur variable, de style variable, présentant une opinion sur un sujet quelconque, appuyée par différents arguments, écrite par l'utilisateur lui-même.
En effet, 1. ce n'est pas de la poésie ; 2. c'est de longueur variable ; 3. de style variable, 4. présentant une opinion, en effet c'est une sélection arbitraire ; 5. sur un sujet quelconque, non, poésie sur un site de poésie ; 6. appuyée par différents arguments, oui ; 7. écrite par l'utilisateur lui-même. je le jure!

  gattopardo
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
1550 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
21 juillet
  Publié: 13 juil à 15:55 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir gattopardo

Un bien joli texte que j'ai aimé lire, car oui, la poésie, " c'est tout ça ! " , c'est tout ce que tu veux, tout ce que tu ressens, tout ce que tu veux faire partager et surtout... tout ce qui te fait plaisir !

Merci à toi pour cette lecture !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
260 commentaires
Membre depuis
6 janvier
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 14 juil à 03:40 Citer     Aller en bas de page

La poésie, c"'est parfois aussi un peu d’ironie, Mawringhe

  gattopardo
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
242 poèmes Liste
8340 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 juillet
  Publié: 14 juil à 12:05 Citer     Aller en bas de page

- merci à vous deux GATTOPARDO et MAWR,
- je n'ai pas du utiliser les mêmes cheminements que toi.
- pour moi la poésie est un assemblage de mots choisis,
dans des formulations parfois faites de sous entendus,
pour offrir des voyages des pensées,
- pour des disponibilités qui s'accordent des temps de lectures.
- certains cheminements dits poétisés, sont des temps visuels, voir auditifs, voir dans des représentations faisant appel à différentes formes d'expressions dites artistiques,
en peintures, en sculptures, dans du théâtre, en virtualité de la cinématographie, en respectueux tags, à travers des
tenues vestimentaires, dans de la gastronomies, en faisant preuve d'humour, dans des écrits de libérations de sensualités, dans des pamphlets en révoltes des façons de penser, dans des constats d'inconforts, d'amours vécus ou imaginaires, de tristesses, d'amitiés, dans du loufoques, avec des nuances d'érotismes, dans des vulgarisations,
et combien d'autres lieux ou moyens proposés.
- invitant à des voyages de pensées ou de réflexions.
- j'aime Ésope et la fontaine, j'aime les chansonniers, j'aime Hugo, j'aime les BD, et j'aime certaines chansons dites de textes. (Brel et bien d'autres)
- imagine un grand-père de 80 ans qui réponds aux curiosités de son petit fils de 10 ans. c'est dans le même esprit que ton texte.
- douces pensées à vous deux de SAM.

 
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
260 commentaires
Membre depuis
6 janvier
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 16 juil à 03:48 Citer     Aller en bas de page

Réflexion faite (et incursion au pays des synonymes), s'agissant d'un site de poésie, ce texte me semble

absurde, bizarre, choquant, déplacé, dissonant, faux, grossier, impertinent, inadéquat, inconvenant, incorrect, 
indécent, inopportun, insolent, irrévérencieux, malséant, saugrenu et j'en passe.

La "preuve" c'est que les deux seuls commentateurs, Mawringhe et Samamuse, pleins de bonne volonté, sont quand-même passés à coté.

Ceci vaut avis mortuaire,
gattopardo

  gattopardo
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
21786 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 juillet
  Publié: 16 juil à 07:46 Citer     Aller en bas de page

Tu n'as cité que des écrivains hommes, la parole fut aussi aux femmes dont ma préférée Olympe de Gouges.

"Pâlissez, vils destructeurs, votre règne passe comme celui des tyrans.
Apôtres de l'anarchie et des massacres, je vous ai donnés à l'humanité depuis longtemps.

Voilà ce que vous n'avez pu me pardonner.

Droit de la femme et de la citoyenne "Olympe de Gouges"
ODE 31 - 17

  OM
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 137
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0213] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.